Colères médicales montantes : le risque de coagulation ou la métaphore du dentifrice

Bonjour

Rien ne va plus en libéral. La consultation à 33 euros ? On verra plus tard. La commission paritaire nationale du mercredi 28 janvier a fait long feu. Les syndicats de médecins libéraux et la caisse nationale d’assurance-maladie n’ont rien fait.  Devant le refus de la Cnam d’inscrire à l’ordre du jour  l’ouverture d’une négociation tarifaire les syndicalistes ont quitté la salle.

Paris, 15 mars

Rien ne va plus à l’hôpital. Le Quotidien du Médecin (Christophe Gattuso) qui tient la chronique fidèle des évènements nous apprend ainsi que la contestation médicale contre la loi Santé de Marisol Touraine « prend un tour nouveau avec la grève illimitée des internes de l’ISNI et la contestation des chefs de clinique de l’ISNCCA ».  Nous confirme qu’une manifestation nationale est programmée à Paris le 15 mars. Nous révèle que les syndicats de médecins libéraux « seniors » se réjouissent du renfort de la jeune génération. Et nous confie ce qui se dit sous le manteau : le Palais de l’Élysée s’inquiète de cette agitation qui ne se calme décidément pas. Une agitation avec la perspective rapprochée d’une coagulation.

Cars et routiers

Comme souvent dans ces situations le rationnel s’efface devant la contagion colérique pimentée des plaisirs de l’action collective. De ce point de vue il n’est pas sans intérêt de comparer la contestation médicale et l’actuel conflit des routiers (sans même parler de la loi Macron et des cars).

Nous sommes certes assez loin, avec les médecins, de l’antique grille marxiste et de la légitime contestation cégétiste du patronat. Reste quelques invariants, à commencer par les leviers des rapports de force et la cristallisation progressive et personnalisée de l’ire. Ici Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Reviennent alors les vocables traditionnels, le mépris qu’afficherait un camp vis-à-vis de l’autre, le refus de dialoguer. C’est un temps généralement incompressible dans de telles affaires. Quand il dure trop longtemps on fait appel à un médiateur. Ou alors on organise un Grenelle.

Jeune génération

Que nous dit encore Le Quotidien du Médecin ? Que le projet de loi de santé fait désormais presque l’unanimité contre lui. Qu’après avoir déclenché la fronde des syndicats de médecins libéraux représentatifs (CSMF, FMF, SML, MG France et Le BLOC) le texte de Marisol Touraine mécontente désormais « de plus en plus la jeune génération ». Que l’ISNI a déposé un préavis de grève illimitée contre le projet de loi de santé. Que les internes et les chefs appellent ensemble à la manifestation nationale du 15 mars à Paris. Qu’ils demandent eux aussi le retrait du « tiers payant généralisé ». Qu’ils s’opposent également à toute organisation territoriale qui donnerait aux ARS les pleins pouvoirs  sur les autorisations et les renouvellements d’activité mettant à mal la liberté d’installation.  Et que de nombreux syndicats seniors (CSMF, FMF, SML, UFML) se réjouissent du renfort des internes.

Histoire de tube

Dans ce paysage tourmenté Le Quotidien donne la parole au Dr Olivier Véran, 34 ans, député (PS, Isère) qui est « très attentif à la mobilisation ». Le député Véran, spécialiste hospitalier de neurologie,  se souvient de ses fonctions de vice-président du syndicat des internes. Il se souvient aussi  d’une métaphore de celle qui était ministre de la Santé (avant de devenir animatrice de télévision privée) : « Roselyne Bachelot disait que les internes, c’est comme le dentifrice, quand ça commence à sortir du tube, cela devient compliqué par la suite... »

C’est là, on en conviendra, une métaphore assez étrange, d’un goût douteux et, somme toute, assez difficile à filer.

A demain

Une réflexion sur “Colères médicales montantes : le risque de coagulation ou la métaphore du dentifrice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s