Drogues : de la confession du mangeur d’opium au spot-action de SOS Addictions

Bonjour

Comment écrire la drogue ?

« En 1821, quand paraissent les Confessions d’un mangeur d’opium, De Quincey est âgé de trente-six ans et sa réputation d’homme de lettres n’est plus à faire. Il consomme de l’opium depuis quinze ans ; père de plusieurs enfants, il est très lourdement endetté.

Écrites en quelques semaines dans un appartement londonien où il se dissimule pour échapper à ses créanciers, les Confessions sont d’abord pour lui un moyen de s’assurer un succès de librairie. Elles resteront le plus grand texte qu’il ait jamais écrit, l’un des plus touchants, plongée introspective sans équivalent dans la littérature de son époque. »

Ce sont les quelques lignes de la quatrième de la dernière édition des Confessions (d’un mangeur d’opium) – traduction de Henry Borjane – que viennent de publier les riches éditions Sillage.

 Comment montrer la drogue ?

« « Mon addiction », un spot réalisé par des jeunes et pour des jeunes, a remporté le Prix Prévention Addiction qui vise à sensibiliser les jeunes aux risques liés aux addictions.

«Juste pour..». C’est le thème du nouveau spot qui sera bientôt diffusé à la télévision et au cinéma pour lutter contre les addictions et réalisés par des jeunes de la Master Class Luc Besson. Laura Moruzzi, Raphaël Lourenço et Pierre Comas, de la Master Class Luc Besson, sont les gagnants du Prix Prévention Addiction, un concours de scénarios organisé par SOS Addictions et le laboratoire RB Pharmaceuticals pour sensibiliser les jeunes aux risques liés aux addictions. Un concours soutenu par la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) et la Fédération Addiction.

Laura, Raphaël et Pierre expliquent que leur spot «a pour objectif de permettre aux jeunes de s’identifier aux personnages et de réfléchir à la consommation de substances, sans moralisation ou culpabilisation déplacées». Le jury dit avoir apprécié que le spot soit totalement «en phase avec la réalité, à savoir la facilité du premier usage «juste pour»…». Dans le court-métrage, on voit en effet un jeune homme qui prend de la drogue «juste pour délirer», «juste pour décompresser», «juste pour s’évader», et s’enfonce peu à peu dans la dépendance et l’isolement, jusqu’à arriver au «juste pour tout gâcher

Les trois gagnants ont été choisis par un jury composé aussi bien de personnalités issues du monde du cinéma (Julie Depardieu, Vincent Moscato, Arnaud Henriet, Philippe Guillard) que de personnalités engagées dans la lutte contre les addictions (Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction, Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions, ainsi qu’Hélène Toulet-Libert, vice-présidente de SOS Addictions et réalisatrice).»

Ce sont les quelques lignes (complétées) que vient de consacrer Le Figaro au spot vidéo de SOS Addictions. Et que l’on peut découvrir ici-même. « Mon addiction ». Un spot qui commence sa cavalcade sur les réseaux sociaux.

Hémorroïdes

Pour un peu on en viendrait à presque à conseiller à celles et ceux qui lorgnent ces nuages à tenter un Houellebecq. Son Soumission, par exemple. Non sans précautions. Où l’une des questions majeures, souvent passée sous silence, est celle de savoir si l’alcoolisme du héros a un lien de causalité avec la dyshidrose  dont il est atteint. Longue torture palmaire suivie de crises hémorroïdaires. Rien n’interdit, ensuite, de passer à Huysmans. Ou à Flaubert.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s