Le Dr Michel Cymes, son dernier livre et le «malaise palpable» de la librairie de Strasbourg

Bonjour

Il est des papiers qui disent tout. C’est l’une des vertus de la presse écrite. Ainsi celui de Jacques Fortier, fidèle correspondant du Monde à Strasbourg. On le retrouvera en bas de la page 9 de l’édition datée des 1er et 2 février 2015 du journal qui vient de fêter ses 70 ans. Voici cet article. Nous n’y avons ajouté que les liens et les inters:

« Salle comble, vendredi 30  janvier, à la librairie Kléber à Strasbourg. L’auteur qui vient défendre son livre est  »  le médecin de la télé  « , Michel Cymes. Son thème : les médecins des camps de la mort, sous le titre Hippocrate aux enfers (Stock, 216 p., 18,50  euros). Ce que beaucoup attendent, c’est sa confrontation avec l’université de Strasbourg.

Musée

Mercredi 28  janvier, le président de l’université, Alain Beretz, et le directeur de l’institut d’anatomie, Jean-Luc Kahn, avaient mis en garde contre le caractère  »  léger   » du chapitre 9 du livre. Les chapitres 7 et 8 sont consacrés aux expériences du médecin nazi August Hirt à Strasbourg durant la seconde guerre mondiale. Celui-ci, qui  »  commanda   » notamment 86  déportés juifs à Auschwitz, les fit gazer dans le camp alsacien du Struthof (Bas-Rhin), puis les fit stocker dans les cuves de l’institut d’anatomie dans la perspective d’un horrible musée des  »  sous-humains  « .

Coupes

Après 1945, la faculté a-t-elle conservé des fragments de ces corps  ? L’auteur, dans le chapitre 9, rapporte les propos d’un médecin qui y a travaillé, Uzi Bonstein, qui a cru y voir un jour des bocaux étiquetés  »  Juden  « . M.  Cymes cite un autre médecin qui lui écrit par courriel qu' »  il existe probablement encore des coupes anatomiques constituées à l’époque nazie, malgré les dénégations des responsables de l’institut  « . En contrepoint, il rapporte les assurances du professeur Kahn : rien n’a été conservé.

Planer

Pour l’université, le livre  »  laisse planer un doute sur l’honnêteté intellectuelle de toute l’institution et des personnes citées  « . Les restes humains ont été inhumés. Ils reposent au cimetière juif où une stèle a été dressée en leur mémoire en  2005, en même temps qu’une plaque posée sur la façade de l’institut.

Ecrire

 »  Je n’ai jamais écrit qu’il restait des morceaux de corps des 86 à l’institut, affirme M. Cymes. Ces messieurs de la faculté m’accusent de l’avoir écrit : ce n’est pas dans le livre!  « Dans un face-à-face pénible avec le psychiatre dont il avait oublié le nom, Georges Federmann, connu pour son engagement pour la mémoire des  »  86  « , l’auteur lui fait confirmer les mots de son courriel. Le malaise est palpable. La directrice du Centre européen du résistant déporté, basé au Struthof, Frédérique Neau-Dufour, suggère une commission d’enquête pour clarifier les choses. »

Tout

Commission d’enquête ou pas, commission d’enquête surtout, le malaise est palpable. Et ce bien au-delà de la salle comble de la librairie Kleber. Bien au-delà de Strasbourg. Ce malaise est contagieux. Au-delà même du chapitre 9. On pourrait prolonger. On ne le fera pas. Il est des papiers qui disent tout.  C’est l’une des vertus de la presse écrite.

A demain

5 réflexions sur “Le Dr Michel Cymes, son dernier livre et le «malaise palpable» de la librairie de Strasbourg

  1. Je n’ai pas bien compris en quoi laisser un ou deux bocaux en témoignage des atrocités nazies pouvait mettre en cause l’institution. La question de savoir ce qu’il faut faire des restes humains est complexe.

    Le laboratoire anatomie de Tours avait un petit musée dans lequel des SDF momifiés attablés devant une bouteille de vin trônaient et aussi un crâne de suicidé à la serpette un autre surnommé Fernandel à cause de la ressemblance avec l’acteur. Était-ce un manque de respect des morts que de les exposer ainsi ?

    Ces défunts, qu’auraient-ils choisi ? Le cimetière et la fosse commune ? Le musée ou la vitrine d’exposition ? Il y a mille et une raisons de conserver ou de ne pas conserver des restes humains. Je ne suis pas toujours d’accord avec Michel Cymes, mais sa famille a payé un lourd tribu à cause du nazisme et chacun doit d’abord regarder la poutre qu’il a dans l’œil avant de viser la paille dans l’œil d’autrui.
    Si Cymes a commis une erreur qu’il la corrige mais on ne va pas en faire tout un plat et un évanouissement de vierge effarouchée. Le vrai malaise c’est le nazisme et rien d’autre.

    PS Je n’avais pas l’intention de lire son livre mais je me sens désormais obligé de le lire.
    PS2 Je t’ai cité, Cher Jean-Yves dans mon dernier post sur Jamais sans chapeau à l’occasion de la résurrection de la « Gouazette ».

  2. Bonjour,
    Un tel sujet impose un traitement sans reproche qui s’appuie sur des faits documentés.
    J’ai ouvert à Mr Cymes toute la mémoire du Cercle Menachem Taffel ( matricule 107969)
    en réciprocité de loyauté.

    http://judaisme.sdv.fr/perso/gyfeder/memoire.htm
    http://la-feuille-de-chou.fr/archives/23584

    Cliquer pour accéder à 9%20-%20Federmann.pdf


    Cela aurait mérité un traitement plus digne …et confraternel.

    Nous pouvons en parler ,documents historiques, et non pas vignette clinique non documentée, à l’appui.

    Le livre sera utile à la vulgarisation du sujet mais quelle occasion manquée ….
    Bonne route.

  3. Puis-je vous soumettre la pétition que j’ai réalisée avec mon ami le
    Professeur Georges Hauptmann , défenseur des mémoires des Dr Adélaide
    Hautval et Robert Waitz, au sujet de la partie obscure de la carrière
    de l’exemplaire ( par ailleurs) Professeur René Leriche: un de nos
    plus grands médecins du 20 ème siècle?

    Fidèlement.

    Georges Yoram Federmann
    Psychiatre
    Strasbourg

    https://www.change.org/p/mr-le-president-de-la-republique-mme-le-ministre-de-la-sant%C3%A9-mr-le-maire-de-strasbourg-mr-le-directeur-des-hospices-civils-de-strasb-nous-leur-demandons-non-pas-de-d%C3%A9baptiser-de-mani%C3%A8re-anachronique-les-rues-des-professeurs-leriche-et-carrel-mai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s