Morts de la grippe et responsabilités des hommes politiques : l’affaire Favennec

Bonjour

Marisol Touraine et Manuel Valls le redoutaient – c’est arrivé. Pas la commission d’enquête parlementaire, certes, mais presque. La volonté de transparence exprimée depuis les urgences de La Pitié par la Premier ministre a été entendue jusque sur les bords de la Mayenne. Le gouvernement veut que l’on sache tout sur le nombre exact des morts dus à l’actuelle épidémie de grippe hivernale ? Il devra aller plus loin encore : avouer sa responsabilité dans une affaire qui, déjà, confinerait au scandale politique.

Lièvre triste

Etablir en quoi son incapacité à calmer la juste colère des médecins est impliquée dans la surmortalité dont parle, déjà, l’Institut national de veille sanitaire (InVS) : 8500 morts prématurées. Des victimes, tout bien pesé, de la volonté de Marisol Touraine, de vouloir coûte que coûte, imposer le tiers payant généralisé.

Yannick Favennec est le premier à avoir osé publiquement lever ce triste lièvre politique. M. Favennec est député (UDI) de la troisième circonscription de la Mayenne, département qui en compte trois. Etrange département que celui de la Mayenne, écartelé entre l’Anjou et la Manche, essentiellement connu par l’équipe de football de Laval, traversé par la rivière qui lui donne son nom, rivière qui vient de l’Orne avant d’embrasser la Maine seule rivière de France privée de source.

Rendre des comptes

Favennec vient d’interpeller la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits de la Femme « surles 8 500 décès supplémentaires enregistrés depuis la mi-janvier à cause de la forte épidémie de grippe ». Il a demande des explications sur ces chiffres alarmants qui « ne sont pas uniquement dus à la virulence  du virus et à la faible efficacité du vaccin ».

Le député mayennais s’explique : « la désorganisation de notre système de santé a certainement joué un rôle dans cette surmortalité de plus de 19% par rapport aux huit années précédentes ». Le député mayennais dénonce ici le comportement des médecins généralistes. Ou plus précisément « des médecins généralistes débordés, des établissements d’hébergement pour personnes âgées sous-médicalisés, des services hospitaliers engorgés, la désertification médicale chronique de certains territoires… ». Le député mayennais souhaite que le gouvernement « rende des comptes face à cette situation de rupture dans le système de soins dont les conséquences sont dramatiques ».

Archétype

Qui est cet élu mayennais, 56 ans, qui se pique de grippe et de politique ? Un archétype. Il est né à Chaudron-en-Mauges  qui n’est pas en Mayenne mais en Anjou chouan. Longtemps adhérent de  l’UMP et de La Droite libre, il a cinglé vers le centre pour rejoindre l’UDI cinq jours après sa création par Jean-Louis Borloo.  Après des études de droit, il devient l’attaché parlementaire pui intègre ensuite le cabinet de François Léotard  qu’il suit en 1986 au ministère de la Culture et de la Communication.

Fin de la politique en 1991 devenir directeur des relations extérieures de Bull France. Retour en politique quatre ans plus tard : chef de cabinet du secrétaire d’État au commerce extérieur. Se rapprochera ensuite de  François d’Aubert, le maire de Laval (Mayenne)  alors ministre de la Recherche, qui le nommera directeur de cabinet en 1997. Elu député (UMP) en juin 2002, puis conseiller régional  (opposition) des Pays de la Loire. Réélu député en 2007 il échoue à devenir maire de Mayenne contre un candidat divers gauche. Mauvais perdant il démissionne du conseil municipal quelques semaines plus tard. Puis il échoue aux élections régionales de 2010, première défaite de la droite mayennaise dans une élection départementale. Réélu député  (premier tour) le 10 juin 2012. Fuit l’UMP pour l’UDI (annonce faite via twitter).

 Miss pays de Gorron

L’interpellation de Marisol Touraine sur la grippe est datée du jeudi 5 mars. Le lundi 2 mars 2015 il dira que son week-end avait été un « week-end de terrain » : « le député UDI de la Mayenne a arpenté sa circonscription samedi et dimanche derniers, comme il le fait chaque week-end ». On peut être plus précis : « Après avoir distingué deux Montaudinois samedi matin, Raymonde Brégaint et Gilbert Moreau, Yannick Favennec s’est rendu au Salon de l’habitat à Mayenne où il a pu rencontrer et saluer les nombreux  artisans et commerçants du pays de Mayenne. »

Les amis de  Chocianow 

Le soir du même jour, le député mayennais a assisté à la manifestation organisée par l’association des commerçants de Gorron pour la première élection de Miss pays de GorronA cette occasion, des défilés de mode ont mis en valeur le savoir-faire du commerce gorronnais tout en permettant aux nombreux spectateurs présents de passer une soirée très conviviale.

Dimanche, Yannick Favennec a pris la route de Juvigné pour applaudir le très beau spectacle initié par l’association locale de jumelage avec la Pologne, « Les amis de  Chocianow », qui a rassemblé plus de 500 personnes afin de financer un voyage en Pologne pour quinze jeunes de la commune.

Fâcheries

On retiendra la date du jeudi 2 avril à 20 h 30. Un  nouveau forum-débat  (ouvert à tous) sera organisé salle des Châteliers, par Yannick Favennec, député de la Mayenne, et Elisabeth Doineau, sénatrice de la Mayenne. Le thème en sera : « Les Français sont-ils fâchés avec la politique ? ». En voici l’affiche :

« Les deux parlementaires souhaitent donner la parole aux Mayennais sur ce sujet car « depuis plusieurs années, une fracture se fait jour sous le triple sceau de la perte de confiance dans la classe politique, du doute sur la capacité des institutions qui animent la vie démocratique, et d’une non moins forte attente à l’égard  des responsables de notre pays.

Cela se traduit, au fil des différents scrutins électoraux locaux et nationaux, par une augmentation constante du taux d’abstention et par une montée des extrêmes». De plus, « deux mois après les attentats de Paris et le grand rassemblement des Français autour de valeurs communes », les deux élus nationaux estiment important de recueillir la vision de chacun « à l’égard du personnel politique ».

Débat en trois temps : Quelle offre politique pour les Français ? Comment les hommes politiques intègrent-ils les valeurs et les préoccupations des Français ? Débat avec le public. » La presse est conviée.

A demain

Une réflexion sur “Morts de la grippe et responsabilités des hommes politiques : l’affaire Favennec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s