Morts et grippe : Marisol Touraine ne relance pas la polémique sur les vaccinations

Bonjour

Marisol Touraine déplore. La ministre des Affaires sociales, des la Santé et des Droits des femmes vient de déplorer  que les personnes de plus de 65 ans et les professionnels de santé n’aient pas été suffisamment vaccinés contre les infections grippales. Elle le fait alors que l’InVS vient de commencer à évoquer le poids de la surmortalité qui pourrait être attribuée à ces infections épidémiques et alors que le Premier ministre s’est engagé à faire toute la transparence sur cette mortalité depuis les urgences de La Pitié. Grippe sujet devenu en France éminemment politique.

Ne pas se résoudre

Interrogée sur la surmortalité enregistrée depuis la mi-janvier (évaluée à 8 500 morts avant ajustements) par l’InVS Mme Touraine a indiqué qu’on constatait une augmentation de la mortalité chaque hiver mais « cette année sans doute plus que les années précédentes ». La ministre  a également évoqué une épidémie de grippe « plus importante» notamment à cause d’un vaccin « peu utilisé » et « pas aussi efficace que les années précédentes ». Elle n’a heureusement pas répondu à l’interpellation de Yannick Favennec député (UDI, Mayenne) qui fait ici le lien entre surmortalité et grève des médecins libéraux opposés au projet de loi de Santé.

« Je ne peux pas me résoudre à ce que seulement 43 % des personnes de plus de 65 ans aient été vaccinées cette année. Même si le vaccin était moins efficace cette année puisque le virus avait muté (…), il protégeait néanmoins contre une partie des virus de la grippe », a déclaré Mme Touraine à la sortie d’une réunion ministérielle à Matignon. Elle a aussi jugé que les taux de vaccination étaient insuffisants chez les professionnels de santé et que « toutes les personnes en contact avec des personnes fragiles, des enfants, des personnes âgées devraient se faire vacciner ».

Ethique de santé publique

C’est là une évidence de santé publique doublée d’une obligation que l’on pourrait qualifier d’éthique. Mais c’est également et surtout, là encore, une affaire politique. Il est étrange que Mme Touraine se borne à juger sans annoncer comment elle entend agir. Rendre la vaccination antigrippale obligatoire chez tous les soignants ? Imaginer les moyens qui permettraient de les convaincre ?

« Je ne souhaite pas polémiquer sur cette question-là, je souhaite que nous ayons une réflexion collective, à froid, calmement, sur la manière de faire face à ces défis de la vaccination dans notre pays », a expliqué Mme Touraine.

Pharmaciens vaccinateurs

Cette volonté de ne pas polémiquer fait suite à la polémique déclenchée par Marisol Touraine qui aimerait que les pharmaciens d’officine puissent vacciner au même titre que les docteurs en médecine. Elle fait suite à la décision du Premier ministre de confier une mission sur la « politique vaccinale en France » à Sandrine Hurel, 46 ans, ancienne sénatrice aujourd’hui députée (PS, Seine-Maritime). Mme Hurel devra dans les six mois « formuler des recommandations afin de faire évoluer le principe de l’obligation vaccinale et de lever les obstacles financiers à la vaccination » mais également « faire des propositions concrètes pour améliorer le taux d’adhésion des Français et des professionnels de santé à la vaccination ».

On entend déjà, en coulisse,  les professionnels opposés à la vaccination affûter leurs argumentaires. L’émission « Science Publique » de France Culture (1) vient de décrire le cadre de la polémique qui s’annonce. 2015 sera  une année où l’on réfléchira à la place de la puissance publique dans l’espace vaccinal. Un thème dont il faudra comprendre pourquoi il fait à ce point polémique.

A demain

(1) « Science Publique » de Michel Alberganti « Faut-il en finir avec l’obligation de se faire vacciner ? ». On peut écouter l’émission ici.  Nous avons participé à cette émission avec  Patrick Zylberman, membre de la Commission spécialisée des maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique; professeur d’histoire de la santé à l’Ecole des hautes études en santé publique, Alain Goudeau, chef du service de bactériologie-virologie du CHU de Tours et Didier Torny, sociologue, directeur de recherches à l’Inra.

2 réflexions sur “Morts et grippe : Marisol Touraine ne relance pas la polémique sur les vaccinations

  1. A reblogué ceci sur The Ad Spreadet a ajouté:
    Fantastique flash back de 2015.
    Les mêmes causes produisent les mêmes effets mais notre ministre poursuit la meme erreur: simple négligence ou flagrante incompétence en santé publique? Certains n’apprendront donc jamais de leurs erreurs?
    13 morts évitables à Lyon dans un EHPAD à comparer avec une campagne de vaccination pour 650 €.
    Combien de temps encore devrons nous attendre pour faire bouger les choses et rétablir l’obligation vaccinale antigrippale pour les soignants?.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s