La cigarette électronique bientôt remboursée comme les autres substituts nicotiniques ?

Bonjour

Nouvelle station sur le chemin de croix de la reconnaissance de la cigarette électronique en tant qu’outil aidant au sevrage du servage tabagique. L’Académie nationale de médecine vient de s’exprimer sur le sujet. D’abord un long rapport. Il est intitulé « La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac ? » – il est signé des Drs Gérard Dubois, Jean-Pierre Goulle et Jean Costentin. Son résumé :

Opportunité nouvelle

« La cigarette électronique inquiète car elle pourrait ne pas être sans danger, être un moyen d’initiation des jeunes à la nicotine, rendre impossible l’application de fumer du tabac dans les lieux clos et couverts. Sa place comme moyen d’arrêt du tabac est en cours d’évaluation. Bien qu’encore partielles, les études indiquent que si la cigarette électronique doit être surveillée et réglementée, elle est aussi une opportunité nouvelle car son développement est accompagné d’une baisse notable du tabagisme en France. »

Abstinence

 Au terme de ce rapport l’Académie fait les recommandations suivantes à l’attention du gouvernement :

1. de réglementer la fabrication et la distribution de l’e-cigarette (et produits apparentés) afin d’en assurer la sureté et la fiabilité (norme AFNOR) ;

2. de ne pas dissuader les fumeurs qui l’utilisent et de favoriser l’émergence d’une e-cigarette « médicament » pour des produits revendiquant un effet bénéfique pour la santé et mis à la disposition des fumeurs qui désirent évoluer vers l’abstinence par le circuit pharmaceutique ;

3. de maintenir et d’assurer l’application de l’interdiction de vente aux mineurs, de son usage en public partout où il est interdit de fumer du tabac ;

4. d’en interdire toute publicité et promotion, sauf dans son utilisation comme méthode d’arrêt si celle-ci est reconnue.

 Logique

On retiendra cette recommandation : « les e-cigarettes devraient être mises à disposition des fumeurs qui désirent évoluer vers l’abstinence ». Comment mieux dire la dimension sanitaire de cet instrument  aux yeux de ces sages dont ma mission est de guider le gouvernement ? Et au risque de ne pas être comprises par une majorité des vapoteurs l’Académie est dans sa logique lorsqu’elle recommande de « favoriser l’émergence d’une e-cigarette ‘’médicament » » ».

Extrait du rapport :

« L’e-cigarette n’est aujourd’hui recommandée par aucune organisation officielle (OMS, HAS, DGS…) mais « la HAS considère en revanche que, du fait de sa toxicité beaucoup moins forte qu’une cigarette, son utilisation chez un fumeur qui a commencé à vapoter et qui veut s’arrêter de fumer ne doit pas être découragée.

Une incitation forte devrait être faite pour que ce dispositif soit mis au service de l’instauration de l’abstinence. D’éventuelles recharges contenant des concentrations de nicotine supérieures à 20 mg/mL ou revendiquant un effet bénéfique à la santé (aucune n’est actuellement sur le marché) devraient avoir le statut de médicament et disposer d’une AMM avec procédure simplifiée. En effet, il s’agit d’une variante du spray de nicotine déjà sur le marché (1) Le statut de médicament permettrait à l’assurance maladie de l’inclure dans le forfait de prise en charge du sevrage tabagique. Dans le cadre de l’éducation thérapeutique, une dispensation officinale pourrait être organisée.

La cigarette électronique contribue à aider les fumeurs qui l’ont adoptée à se libérer du tabac. Les recharges contenant plus de 20 mg/ml devraient avoir le statut de médicament. »

On attend désormais avec le plus vif intérêt la réponse à l’Académie de Marisol Touraine, ministre de la Santé, qui n’a jamais caché son allergie à cette même cigarette électronique.

A demain

(1) Par exemple : NICORETTESPRAY ®  utilisé pour aider les fumeurs d’arrêter leur consommation de tabac. Il s’agit d’un traitement de type Thérapie de Remplacement de la Nicotine (TRN).

Message officiel sur le site gouvernemental des médicaments :

« NICORETTESPRAY®   soulage les symptômes du sevrage nicotinique que l’on ressent lorsque l’on arrête de fumer, notamment les envies irrésistibles de fumer. Lorsque l’organisme est brutalement privé de nicotine apportée par le tabac, il ressent différents types de sensations désagréables, appelées symptômes de sevrage.

L’utilisation de NICORETTESPRAY®  permet de prévenir ou de réduire ces sensations désagréables et ces envies irrésistibles de fumer. Ces effets sont obtenus grâce à la petite quantité de nicotine que l’organisme continue de recevoir pendant une courte période.

NICORETTESPRAY ®  est moins nocif que le tabagisme. En effet, il ne contient ni goudron, ni monoxyde de carbone, ni autres toxines présentes dans la fumée de cigarette. Afin d’augmenter vos chances d’arrêter de fumer, bénéficiez d’un service de conseils et d’accompagnement, si possible. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s