Autoriser les pharmaciens d’officine à vacciner ? Pourquoi Marisol Touraine s’obstine-t-elle ?

Bonjour

C’est l’une des interrogations du projet de loi santé, un projet de loi qui n’en manque pas. Elle est apparue en octobre 2014, comme une incongruité : Marisol Touraine affirmait alors ( le 20 octobre) vouloir ouvrir la vaccination aux pharmaciens. Pourquoi ? « Pour que plus de gens se vaccinent ». « Pourquoi est-ce que je propose ça ? Parce qu’il y a de moins en moins de gens qui se vaccinent, a déclaré la ministre sur la chaîne i-télé. La couverture vaccinale baisse. Si vous prenez les bébés, ils sont vaccinés à presque 100 %. Si vous prenez un vaccin contre la grippe, chez les plus de 65 ans (…) il y a un Français sur deux seulement qui se vaccine. »

A écouter la ministre de la Santé les choses étaient assez simples : la mesure devait permettre de « simplifier les choses » et de « favoriser la vaccination », pour pousser chaque Français à « se protéger soi-même » et à « protéger les autres » en bénéficiant de la facilité d’accès à leur pharmacie. « Ça ne fait pas faire d’économies à la Sécurité sociale, pas particulièrement puisque l’objectif c’est qu’il y ait plus de gens qui se vaccinent, pas moins » ajoutait alors la ministre de la Santé. On parle de 10 euros l’injection officinale.

Malencontreuse initiative

Tout cela ressemblait à une sorte d’improvisation malencontreuse. Des discussions devaient encore être menées pour permettre de déterminer « quels vaccins, selon quelles procédures » seraient autorisés.  En France seuls les médecins sont autorisés à administrer des vaccins, les infirmières et les sages-femmes pouvant également le faire dans certaines situations. Les pharmaciens d’officine n’interviennent quant à eux que dans la délivrance des vaccins, les conseils et l’orientation vers les médecins traitants. Nombreux sont les spécialistes qui estiment que la prescription médicale de la vaccination demeurait essentielle et que l’injection devait conserver son caractère médical, en particulier pour le nourrisson, l’enfant et l’adolescent.

En octobre dernier la proposition de la ministre de la Santé apparaissait d’autant plus curieuse que l’accent était déjà mis depuis longtemps  sur une indispensable « réhabilitation médicale » du geste vaccinal – une mesure essentielle pour rompre avec la mécanisation de cette immunisation. Une tendance aux antipodes d’une hypothétique vaccination officinale. Pour leur part les pharmaciens d’officine ne  revendiquent nullement le droit de pratiquer un geste qu’ils n’ont pas appris à faire et qu’ils ne feraient peut-être pas sans trembler.

Naissante, la polémique naissante s’était dégonflée. Quatre mois plus tard la ministre de la Santé remet son ouvrage sur le métier. Tout en assurant ne pas vouloir « détricoter » le métier de médecin, elle ne renonce pas à son dossier « vaccins-pharmaciens »: aujourd’hui 9 mars  elle a publiquement annoncé que la possibilité offerte aux pharmaciens de réaliser certaines vaccinations n’était pas abandonnée.

Boucliers levés

«Une ou plusieurs expérimentations pourraient se mettre en place», a ainsi déclaré la ministre lors d’un point de presse consacré au projet de loi qui doit être présenté au Parlement le mois prochain. Un discret recul qui, selon le ministère, à pour objet «de répondre aux inquiétudes» des médecins chez qui l’annonce de ce projet avait suscité une levée de boucliers.

« La ministre  s’est en revanche refusée à fournir des précisions sur cette ou ces expérimentations, se contentant d’indiquer qu’elles pourraient intervenir «dans des délais relativement rapprochés» rapporte l’Agence France Presse. Marisol Touraine a ajouté qu’elle attendait pour se prononcer les conclusions d’un rapport sur la politique vaccinale que le Premier ministre vient de confier  il y a quelques jours à la députée (PS, Seine-Maritime) Sandrine Hurel.

Contre-courant

La « seule préoccupation » de Mme Touraine est «d’améliorer la couverture vaccinale» des Français qu’elle juge insuffisante, notamment en ce qui concerne la coqueluche chez les enfants et la grippe chez les personnes âgées. «Je veux relever le défi absolument décisif de la vaccination dans notre pays», a déclaré la ministre de la Santé. Pourquoi ne pas laisser travailler la députée ? Comment ne pas voir que cette forme d’obstination à contre-courant a pour effet de rendre un peu plus lointain l’objectif que l’on cherche à atteindre ? Pourquoi compliquer  ainsi ce qui, déjà, n’a rien simple ?

Il n’y a pas si longtemps Roselyne Bachelot, ancienne pharmacienne devenue ministre de droite, avait beaucoup perdu à ne pas comprendre ce que représentait symboliquement, pour les médecins, le droit de vacciner librement.

A demain

Une réflexion sur “Autoriser les pharmaciens d’officine à vacciner ? Pourquoi Marisol Touraine s’obstine-t-elle ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s