L’Ordre des médecins manifestera dimanche prochain. Patrick Pelloux n’est pas certain

Bonjour

Une première : le président du Conseil national de l’Ordre des médecins vient de nous écrire un courrier incitant à la révolte. Ce n’est certes pas dit de la sorte mais il faut comprendre ce qui se joue entre les lignes ordinales. Et il apparaît bien clairement que c’est une exhortation à la manifestation : la grande, celle de dimanche prochain.

Heure (grave)

C’est une  longue missive que celle du Dr Docteur Patrick Bouet. Le président du National redit la volonté ordinale  « de mieux faire entendre sa voix dans le débat public ». Or l’heure est grave puisqu’il s’agit « de la défense des principes fondamentaux de notre déontologie médicale ».

L’heure est grave parce que le Conseil national alerte les pouvoirs publics depuis plusieurs mois sur les dangers du projet de loi santé  porté par Marisol Touraine. L’heure est grave car la ministre de la Santé ne veut rien entendre (ou presque) alors que son projet porte dans son esprit une méchante philosophie – une « philosophie qui conduit à une médecine réglementée et admi administrée, mettant en péril le fondement de notre système de soins sur l’indépendance de l’exercice médical ».

 Flou (persistant)

« À de très nombreuses reprises, le Conseil national a demandé au gouvernement le report de l’examen du projet de loi afin que l’ensemble du texte fasse l’objet d’une concertation avec les professionnels. Si l’Ordre a accueilli de façon très favorable l’annonce, en janvier, du lancement de groupes de travail avec l’ensemble des syndicats sur le projet de loi santé, il constate aujourd’hui que par ses dernières déclarations [lundi 9 mars] la Ministre transforme ce qui devait être un rapport d’étape en décision ». Et les propositions de Marisol Touraine « ne remettent nullement en cause l’équilibre général du texte ». « Par ailleurs, il constate que le flou persistant sur le contenu réel des amendements qui seront débattus par les assemblées parlementaires n’est pas de nature à apaiser les inquiétudes des médecins » ajoute le Dr Bouet.  Ce qui flirte avec l’euphémisme.

Guerrre (déclaration de)

« Par ailleurs, le flou entretenu sur la question du caractère obligatoire du tiers payant à partir de 2018, l’absence de prise en compte des problèmes de la formation et de son adaptation aux besoins des territoires, l’absence de réponse sur la gouvernance, les ARS et la place des professionnels et des usagers au cœur de la décision, ne peuvent satisfaire les acteurs impliqués qui attendent de vraies réponses sur ces points, ajoute le président du Conseil national de l’Ordre des médecins. Ce texte n’apporte également aucune réponse aux praticiens qui exercent dans le cadre du service public hospitalier. »

Le Conseil national de l’Ordre des médecins en appelle donc encore et toujours à la poursuite d’un travail de fond. Il poursuivra son travail de conviction auprès des parlementaires de la majorité et de l’opposition pour faire évoluer le projet de loi. Ce qui, dans les espaces démocratiques et républicains, et le synonyme de l’antique déclaration de guerre. Traduction :

«  Pour toutes ces raisons, et parce qu’aujourd’hui les conditions d’une réforme partagée ne sont pas réunies, le Conseil national de l’Ordre des médecins, entendant leurs inquiétudes, leur exaspération et leur colère, apporte son soutien aux médecins, aux internes et étudiants qui manifesteront le 15 mars à Paris ».

Yaourts (hospitaliers)

Le Dr Patrick Pelloux avait-il reçu ce courrier avant de rédiger son dernier billet pour Charlie Hebdo ? Il est intitulé « Faut-il une loi pour la santé ? » et c’est un billet miné. Après avoir salué la volonté de Marisol Touraine de faire une loi (comme avant elle Roselyne Bachelot) le célèbre urgentiste proche de François Hollande aimerait que l’on abroge les précédentes (celle de Bachelot-2008, qui complétait celle de Mattei-2003). Puis il fait la liste des innombrables manquements de celle portée par l’actuelle ministre de la Santé. En clair il faudrait du passé faire (presque) table rase. L’auteur répondra-t-il, dimanche, à l’invite de son Ordre ? Il ne nous le dit pas. Cela ne saurait tarder.

Le billet de Patrick Pelloux est en page 6 du Charlie du 11 mars (toujours 3 euros – si vous l’achetez). Une page médicale de stars : il est sous un papier traitant du dernier ouvrage à succès du Dr Michel Cymes – ouvrage sur lequel nous reviendrons sous peu. Il faut aller page 11 pour trouver une autre écriture, indirecte, sur la médecine : le papier ciselé, précieux,  de Philippe Lançon. Il est consacré au yaourt, le pauvre, celui que l’on rencontre, presque toujours, dans les espaces hospitaliers. Souvent sucré d’office.

Lançon, on le sait, est hospitalisé. Il revient lentement à la vie, aux sensations. C’est l’objet, désormais, de son reportage intime. Et il nous laisse entendre, à sa façon, que la médecine est belle. Et que celles et ceux qui la pratique et la servent ne doivent pas désespérer. Ce qui peut, parfois, pousser à manifester.

A demain

Une réflexion sur “L’Ordre des médecins manifestera dimanche prochain. Patrick Pelloux n’est pas certain

  1. L’Ordre est plus prudent qu’avant mais poursuit ses prises de position partiales, au nom de tous les médecins…Stoppons ce « syndicalisme obligatoire » imposé aux médecins

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s