Hépatite C et Sovaldi® : la France a économisé près d’un milliard d’euros. Vrai ou faux ?

Bonjour

Que peut comprendre le citoyen assuré social ? Hier Gilles Johanet, procureur près la Cour des comptes et ancien président du mystérieux Comité économique du médicament nous explique qu’il existe des rétro-commissions occultes et qui ont toutes les raisons de le demeurer. Aujourd’hui Christian Eckert, secrétaire d’État au budget se félicite ouvertement des économies considérables que la France vient de réaliser sur le prix affiché (pourtant faramineux) du Sovaldi ® , médicament de choix contre l’infection par le virus de l’hépatite C.

Dévoilements

Résumons. Aujourd’hui le prix (affiché) du Sovaldi ®  (de la firme américaine Gilead Sciences) est à 41 000 euros. « Imaginons par exemple que le laboratoire demande 50 000 euros pour Sovaldi ® , mais qu’il précise immédiatement être prêt à accepter de faire une remise à la Sécurité sociale pouvant être de 15 000 euros. Le prix réel n’est donc plus de 50 000 mais de 35 000 euros, explique Gilles Johanet dans l’ouvrage collectif  « La vérité sur vos médicaments » Odile Jacob. La différence reste secrète. Pourquoi ? Pour que les pays étrangers continuent à payer 50 000 euros, ajoute-t-il. Les autres pays n’ont pas recours aux rétro-commissions. Ce système constitue un avantage pour la France. Il est important de le préserver et de ne pas rendre trop rapidement public  le montant des remises. On sait que cela ne pourra pas durer, mais le jour où les montants seront dévoilés, ils devront disparaître. »

Mardi 24 mars Christian Eckert était  auditionné par la commission des Affaire sociales du Sénat. Sujet :  les résultats de la gestion du régime général de la sécurité sociale pour l’exercice 2014. Le Quotidien du Médecin était là (Damien Coulomb). Il nous rapporte que, selon le secrétaire d’État au Budget, les traitements de l’hépatite C par le  Sovaldi® n’ont coûté que 650 millions à la sécurité sociale en 2014. Et ce grâce à l’accord sur le prix du Sovaldi®  passé entre le ministère des affaires sociales et de la santé et Gilead Sciences.

500 euros par jour

Accord sur le prix ? C’était en novembre dernier, comme on peut le voir ici. Gilead réclamait  alors 56 000 euros pour un traitement de trois mois. « A  ce prix-là, c’est un véritable hold-up ! » avait avoué, quelques mois plus tôt,  Frédéric Van Roekeghem  alors directeur général de la Caisse nationale de l’assurance-maladie (aujourd’hui dans le privé à la tête de MSH International).

La firme américaine n’avait donc pas eu gain de cause. L’accord trouvé par les deux parties avait conduit à fixer le prix à 41 000 euros. Une différence bien modeste (pas loin de 500 euros le comprimé quotidien ; sans parler du sous-accord opportun obtenu via Harvoni® la future version, améliorée, du  Sovaldi ® elle-aussi commercialisée par Gilead Sciences).

Rien ne bouge

« Ainsi donc, rien ne bouge dans la fixation du prix d’un médicament : alors que de nombreuses voix se sont élevées, dans le monde associatif comme dans celui des responsables publics, pour protester contre de tels prix, le gouvernement a cédé, estimait alors  le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS). Il a cédé à tort  car d’autres médicaments très efficaces pour d’autres maladies vont arriver dans les prochains mois et prochaines années. Les meilleurs observateurs du domaine, et les pouvoirs publics eux-mêmes, parlent d’une vingtaine de molécules nouvelles. A ce niveau de prix, notre assurance maladie n’y résistera pas. »

Quatre mois plus tard le secrétaire d’État au Budget se félicite de l’accord et présente ses comptes aux sénateurs :  Christian Eckert explique ainsi qu’un autre mécanisme s’est ajouté à l’accord sur les prix : une disposition dite de « régulation renforcée ». Elle obligerait un laboratoire à reverser la moitié des dépenses excédentaires de l’assurance-maladie (au-delà de 450 millions d’euros).

« Moindres dépenses »

En l’absence de ces deux mécanismes, le traitement de l’hépatite C « aurait coûté 900 millions d’euros, et même 1,2 milliard s’il n’y avait pas eu de remises négociées », a déclaré Christian Eckert après son audition par la commission des Affaire sociales nous dit Le Quotidien du Médecin. Ces « moindres dépenses » ont « contribué à réduire le déficit global des quatre branches de la sécurité sociale ». Ce déficit n’a atteint que 13,2 milliards, (alors que le gouvernement, dans son pessimisme, tablait sur 15,4 milliards).

Le Quotidien ajoute qu’au cours des dernières Journées francophones d’hépato-gastroentérologie et oncologie digestive  le Pr Olivier Chazouillères (service d’hépatologie, hôpital Saint-Antoine, Paris) président de l’Association française pour l’étude du foie (AFEF) avait dressé un bilan : en 2014, 14 000 patients ont, en France, été traités par Sovaldi ®. Les  spécialistes du foie ne tablaient, initialement, que sur 10 000 patients.  Ce chiffre est « d’autant plus impressionnant » que les prescripteurs ont été soumis à « de fortes contraintes » : pour  chaque prescription passer par les fourches, administrativement caudines, des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) des trente-et-un « pôles de référence hépatite C ».

Engorgement

Face à l’engorgement prévisible de ces centres experts, l’AFEF a adressé une lettre ouverte à Benoît Vallet, à Jean Debeaupuis, respectivement directeur général de la santé et directeur général de l’offre de soin pour allonger la liste des services d’hépato-gastroentérologie  qui pourraient être labellisés (La Réunion, Brest,Chambéry, Vannes, Bayonne, hôpital Saint Joseph de Marseille etc.).

Tous ces spécialistes ne savent rien, par définition, des possibles rétro-commissions occultes de Gilead Sciences à la sécurité sociale.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s