« Bayrou, c’est comme le sida… » : Nicolas Sarkozy, « écœuré », va porter plainte contre une journaliste du Parisien

Bonjour

L’époque a les polémiques qu’elle mérite. Aujourd’hui 8 avril, dès l’aube, cela a commencé avec Le Parisien /Aujourd’hui en France (article payant). Puis cela a continué avec BFMTV : 

« Le rapprochement entre l’UMP de Nicolas Sarkozy et le MoDem de François Bayrou n’est pas pour tout de suite. Depuis plusieurs mois, l’ancien président de la République étrille dès qu’il le peut l’élu du Béarn, lui reprochant son soutien à François Hollande lors de la dernière campagne présidentielle.

Alors que le MoDem a réaffirmé son soutien à Alain Juppé, et que celui-ci appelle à une union de la droite et « des centres », UDI et MoDem, le président de l’UMP Nicolas Sarkozy n’est toujours pas prêt à cette éventualité.Selon des propos rapportés par Le Parisien de ce mercredi, et démenti par le principal intéressé, Nicolas Sarkozy aurait assuré à quelques proches : « Bayrou, c’est comme le sida… quiconque le touche meurt! » Une petite phrase explicite sur les relations entre les deux hommes (…) »

Le Figaro

Embrasement immédiat de la Toile. En fin de matinée, sur le site du Figaro cela donne :

« Le président du Mouvement Democrate, François Bayrou s’était amusé la semaine dernière d’être «élevé au rang d’obsession de Sarkozy». Selon Le Parisien, le président de l’UMP, qui ne pardonne pas au maire de Pau de l’avoir fait battre en appelant à voter François Hollande en 2012, serait allé jusqu’à l’assimiler au virus du Sida. «Bayrou c’est comme le Sida… Quiconque le touche meurt!», aurait assuré Nicolas Sarkozy devant ses proches.

Des propos «attribués de façon inadmissible et mensongère», selon la conseillère de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché :« Démenti ferme et absolu face aux propos attribuées de façon inadmissible et mensongère par @leParisien_pol à @NicolasSarkozy sur @bayrou »

On observera ici que l’assimilation, si assimilation il y a, ne concerne plus la maladie mais bien l’agent viral pathogène.

Aides

Peu après midi, l’association « Aides » dénonçait « le dérapage ignoble de Nicolas Sarkozy, digne des pires heures de Jean-Marie Le Pen » :

« « Cher Nicolas Sarkozy, nous vivons avec le « sida » et malgré le dégoût que vos propos nous inspirent, nous vous embrassons bien fort. Surtout ne vous inquiétez pas, vous ne risquez rien »  réagit Bruno Spire, président de Aides

Décidément Nicolas Sarkozy ne se contente plus de courir après le Front National. Il laboure désormais sur ses terres avec une ardeur inédite. On se souvient tous des déclarations sur Antenne 2 de Jean Marie Le Pen lors de l’émission « L’heure de vérité » du  6 mai 1987

Presque 30 ans après, Aides constate que les déclarations de l’ancien Président de la République n’ont rien à envier à celles du parangon de l’extrême droite.

Ces propos ne sont pas seulement vulgaires et infâmants, ils renvoient aussi les personnes séropositives à 30 ans de stigmatisation, de clichés et de discriminations de toutes sortes. Alors que les progrès de la médecine ont considérablement évolué, Aides rappelle que plus d’une personne séropositive sur deux continue à souffrir d’exclusion sociale et d’isolement affectif.

Ces déclarations sont indignes d’un responsable politique. Elles confirment le talent inégalé de l’ex-chef de l’état pour désigner à la vindicte populaire des catégories de citoyens.

Au nom de toutes les personnes concernées, Aides exige des excuses. Nous appelons toutes celles et tous ceux qui ont été choqués par ces propos, à demander immédiatement des comptes à Nicolas Sarkozy sur son compte Twitter, Facebook et tout autre moyen à disposition, pour lui faire réaliser l’infamie de ses propos. »

 Le Parisien 

Nicolas Sarkozy présentera-t-il avant ce soir (1) des excuses pour avoir dit ce que son entourage dit qu’il n’a pas dit ? Le Parisien maintiendra-t-il que quelques proches de l’ancien président de la République ont bel et bien dit ce qu’ils lui font dire ? A qui ces quelques proches l’ont-ils dit ? Peut-on connaître les noms de ces proches ?

A demain

(1) Dans la soirée du 8 avril (et sous la forme d’un communiqué publié sur sa page Facebook) Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il allait engager des poursuites judiciaires : « Ayant pris connaissance avec stupéfaction et avec écœurement des propos qui me sont prêtés et que je n’ai jamais tenus, dans l’article signé de Martine Chevalet paru dans l’édition du Parisien du 8 avril sous le titre ‘les centristes divisés face à l’UMP’, j’ai chargé mon conseil, Maître Thierry Herzog, d’engager immédiatement des poursuites judiciaires qui s’imposent du chef de diffamation ».

L’ancien chef de l’État ajoute : « tant mes convictions personnelles que mon engagement politique dans la lutte contre le sida viennent leur apporter un démenti catégorique. » Nicolas Sarkozy espère ainsi obtenir réparation du préjudice pour « toutes les personnes atteintes par la maladie, à leurs proches et à toutes des associations engagées à leurs côtés« .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s