« Blagounettes » de François Hollande. Incitation à l’ivresse politique, par Gérard Depardieu

Bonjour

Hier le président de la République était sur Canal +. Ce matin les éditorialistes étrillent sa prestation. Au même instant le monstre Depardieu était à Saumur pour recevoir un prix. Flanqué de l’aigle bicéphale de Russie il a, enfin, dit à quel parti politique il appartenait.

Porte-manteau

Pour l’heure cela s’appelle de l’infotainment. Soit une monstruosité qui peut être définie ainsi :

’Infotainment is a neologistic portmanteau of information and entertainment, referring to a type of media which provides a combination of information and entertainment.[1] The term can also refer to the hardware/software products and systems which are built into, or can be added to vehicles in order to enhance driver and/or passenger experience. According to many dictionaries  infotainment is always television, and the term is « mainly disapproving. » However, many self-described infotainment websites exist, which provide a variety of functions and services, many of which include the several increasingly popular social media websites and applications being used daily by billions of users worldwide

Infotainment ? Une nouvelle attaque contre ce que l’on appelle le journalisme. Voici (avec l’aide de l’Agence France Presse) comment les éditorialistes ont apprécié la prestation télévisée du président de la République française :

Gaspillage

François Hollande a «gaspillé» la parole présidentielle dimanche midi sur Canal+ dans une émission de divertissement relevant de la «société du spectacle» et se résumant à des «blagounettes» et une «chansonnette».

«Le bilan de François Hollande ? Deux heures d’infotainment» devant un public «jeune, bobo, geek», alors que les Français «attendaient des réponses sur l’emploi, sur la croissance», s’indigne Rémi Godeau (L’Opinion). «Même recyclage en pseudo-annonces de mesures anciennes…Mêmes promesses floues ou vaines…Mêmes formules creuses et tics verbaux», énumère-t-il.

Guimauve

Pour Patrick Apel-Muller (L’Humanité), l’exercice présidentiel fut «accablant» de «vacuité» comme «un dépliant publicitaire ou une mauvaise émission de variété». «L’opération L’Élysée drague les jeunes, hier, sur Canal +, s’est résumée à des blagounettes, une chansonnette, un clip du Sirpa (le service com des armées), une interview guimauve et à un exercice laborieux du président face à des lycéens». Une hargne qui peut se comprendre et qui laissera des traces (1).

«Sur le seul sujet où les Français l’attendent vraiment, et qui pourrait lui assurer une réélection, la croissance et l’emploi, il a beau répéter qu’il ne lâchera rien, il donne l’impression d’attendre», renchérit Michel Urvoy (Ouest-France).

Brunch cathodique

«Mais que diable est-il donc allé faire dans ce théâtre cathodique, à l’heure du brunch dominical, sur une chaîne pour jeunes bobos branchés ?», s’énerve Florence Chédotal (La Montagne), dénonçant une parole présidentielle «gaspillée» et décrédibilisée.

Selon Pascal Coquis (Les Dernières Nouvelles d’Alsace), avec «ces deux heures de complaisant direct dans une émission branchée», Hollande nage en pleine «société du spectacle». Il sert à l’envi un discours «recyclable» visant à «simplifier et simplifier encore, sans prendre le risque de se voir contredit». «Sans prendre de risque tout court d’ailleurs», ajoute-t-il.

Sans voix

Lors de sa prestation» maîtrisée «mais largement anecdotique» (Dominique Garraud, La Charente Libre), François Hollande s’est aussi agacé, souligne Cécile Cornudet (Les Echos).«Le moment est fugace, mais le sujet essentiel.Un reportage vient de s’achever qui fait parler des électeurs PS passés au FN», raconte-t-elle. Or «leurs propos sont terribles». Mais, analyse l’éditorialiste du journal économique, «confronté à ceux qu’il a déçus, François Hollande reste sans voix».

Si le chef de l’Etat ne cesse de manier «l’art de l’esquive», rappelle Olivier Pirot (La Nouvelle République du Centre Ouest), « le mystère s’épaissit »  sur ses objectifs et ses méthodes. Et « les électeurs qui ont souhaité porter à l’Élysée un président normal font surtout face désormais à un inconnu ».

Remise des prix

La Nouvelle République du Centre Ouest, précisément. Elle était au même instant à Saumur (Maine-et-Loire) pour les Journées nationale du livre et du vin. Le journaliste Julien Coquet nous raconte le moment essentiel de cette manifestation millésimée 2015. Extraits :

« Les noms du palmarès s’égrenaient presque religieusement. Patrick Poivre d’Arvor était là, au milieu des Guillaume Musso, Yann Queféllec ou Dominique Besnehard. Du beau monde de la littérature, réuni sur l’esplanade du théâtre de Saumur, hier, pour la remise des prix des 20emes Journées du livre et du vin.

Un début de dimanche après-midi paisible. C’était sans compter sur l’arrivée de Gérard Depardieu, le trublion du cinéma français qui, en une poignée de secondes, leur a volé la vedette avec fracas.

Prix Jean-Carmet

Venu spécialement de Belgique, c’est barbe généreuse, lunettes de soleil et doudoune sans manche frappée de l’aigle bicéphale de Russie, que le Castelroussin s’est avancé vers le public. Lauréat du prix Hervé-Bazin, remis hier pour son autobiographie ‘’Ça s’est fait comme ça’’, Depardieu a ensuite remis le prix Jean-Carmet, du nom de son ami en l’hommage duquel le salon saumurois a été crée. Un ambassadeur emblématique des vins de Bourgueil dont il dit à l’envi qu’il « m’a appris le cinéma et le vin ».

Devant les Saumurois, qui l’ont accueilli chaleureusement, Gérard Depardieu a dépassé sa fatigue apparente pour un show de quelques minutes. Et leur dire « je vous aime, j’aime la Loire ».

Celui qui aurait aimé être Balzac

A ses côtés, chargé de lui remettre la récompense, Gonzague Saint Bris – « celui qui aurait aimé être Balzac »comme l’a présenté Depardieu – a pris le micro pour un hommage appuyé. « A chaque page de ce livre, on se dit que Gérard mérite cette devise d’Honoré de Balzac que toute sa vie incarne : «  J’appartiens à ce parti d’opposition qui s’appelle la vie  ».» 

Comme une invitation saisie au vol par le comédien. En vigneron voisin (il possède le le château de Tigné), Gérard Depardieu s’est illustré d’un « buvez et bourrez vous la gueule, c’est mieux que ceux qui nous gouvernent ! » (…) Visiblement agacé par les photographes, Gérard Depardieu s’en est allé, sa silhouette imposante disparaissant dans les coursives de la vieille ville. Au grand dam des visiteurs qui en auraient bien profité encore un peu. »

Saumur, ce jour là, ne captait plus Canal +.

A demain

(1) Plusieurs responsables du PCF se sont indignés, dimanche 19 avril, de l’une des « blagounettes » du président de la République française: la comparaison faite par François Hollande entre Marine Le Pen et un « tract » communiste des années 70. « Madame Le Pen parle comme un tract du Parti communiste des années 1970 (…) sauf que le Parti communiste, il ne demandait pas qu’on chasse les étrangers, qu’on fasse la chasse aux pauvres », a déclaré le chef de l’État sur Canal +

Le numéro un communiste Pierre Laurent a, lundi 20 avril, demandé  « des excuses publiques » à François Hollande. « Je suis scandalisé » par cette phrase qui est « lamentable », a déclaré sur France 2 le secrétaire national du PCF. « C’est la seule chose que le président de la République a trouvé à répondre à des électeurs qui lui disaient leur désarroi dans un reportage qui dénonçait ses trahisons par rapport à ses promesses de 2012! », a déploré Pierre Laurent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s