La vie moderne : dilatations labiales sans fin ; mise en bouteille du parfum du défunt

Bonjour

Rien ne sert d’espérer pour entreprendre. A commencer par la reproduction de l’odeur humaine individuelle ; du moins de sa fraction aussitôt reconnaissable par les intimes de la personne.

Katia Apalategui s’en souvient comme si c’était hier : il y a sept ans elle perdait son père. Elle en parle à sa mère qui, elle aussi, gardait la fragrance en mémoire – et n’avait jamais voulu laver la taie de son oreiller. Le concept était né. Mme Apalategui, 52 ans, est agent d’assurances. Les hasards de la vie la font entrer en relation avec des spécialistes de l’Université du Havre. Ce sont eux qui ont transformé l’idée en réalité.

Alcool et molécules

«On prend le vêtement de la personne, on extrait l’odeur, ce qui représente plus d’une cinquantaine de molécules, et on la reconstitue sous forme d’un parfum, dans de l’alcool au bout de quatre jours», a expliqué à l’AFP Géraldine Savary, maître de conférence au sein de cette université. Si tout se passe comme prévu le fils de Katia Apalategui (étudiant en école de commerce) démarrera l’affaire à la mi-septembre, avec l’aide d’un chimiste.

«Nous proposerons aux familles, par l’intermédiaire des pompes funèbres, un coffret contenant un petit flacon avec l’odeur du défunt qui aura été prélevée sur un tissu qu’elles nous auront fourni, explique Mme Apalategui. Ce sera  du sur-mesure, de l’intime, qui sera vendu aux alentours de 560 euros», précise-t-elle. Il suffit, à ce stade, de dérouler le concept. Ce sera du «réconfort olfactif» qui viendra s’ajouter aux photos, vidéos et autres souvenirs de la personne disparue. Ces reliques elle-même pourront être parfumées.

Odeur de soi-même

Le marché du funéraire n’est pas mince et on est certain qu’il se développera : l’Insee dénombre 560.000 décès par an et les prévisions annuelles à l’horizon 2045 sont de 740.000. Sans compter l’immensité de l’étranger. Et l’infinité de la Toile vectrice. Dans les années 1980 Jean Lenoir avait eu l’idée prémonitoire avec ses coffrets disséquant les fragrances des vins (« Le nez du vin »). Puis du café, du whisky etc.

Trente ans plus tard nous sommes sur le point de franchir une nouvelle étape et temporelle et individuelle. On peut aussi imaginer proposer la bouteille de « l’odeur de soi-même ». Il n’est pas impossible que cela fasse un tabac. Le marché du bulbe olfactif a un boulevard devant lui.

Furieuses aspirations

Il n’est pas besoin de réussir pour persévérer. Toutes les adolescentes vous le confirmeront. Slate.fr nous avait alerté, l’AFP vient de le confirmer :  « emprisonner » ses lèvres à l’intérieur d’un (assez gros) goulot puis aspirer (pendant quelques secondes) permet (à terme) de les faire doubler de volume. Une affaire de pression et de dilatation des muqueuses. L’exercice fait fureur chez les jeunes. Des jeunes qui postent leurs vidéos et photos post-aspirations sur les réseaux sociaux.

Cette pratique a déjà un nom : «Kylie Jenner Challenge». Et on connaît la coupable de ce nouveau buzz : la demi-soeur de la vedette de télé-réalité américaine Kim Kardashian et fille de l’ancien athlète américain Bruce Jenner : Kylie Jenner Kardashian. Chacun sait désormais que ses lèvres soudain devenues très pulpeuses (on imagine un chirurgien esthétique dépassé par son talent) ont déclenché une épidémie virale.

Boursouflures

Instagram, Facebook, Twitter : incessant défilé de lèvres allant de l’enflure à la boursouflure après « avoir été enfermées dans un récipient allongé ».  #KylieJennerChallenge  est le dernier furet à faire parler. Sur Youtube pullulent les vidéos avec déroulé du processus de transformation labiale. Tweets mettant en garde sur les dangers d’un tel jeu : hématomes, gencives qui saignent, lèvres fendues…

On raconte que cette métamorphose  buccale n’est que temporaire. Rien ne permet encore d’en être certain. On attend les interprétations psychanalytiques et les corrections dermatologiques.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s