Transformation génétique des embryons humains: un responsable du Comité national d’éthique l’estime «légitime»

Bonjour

L’information était dans Le Figaro (Pauline Fréour). Le quotidien donnait la parole au Pr Patrick Gaudray. Le Pr Patrick Gaudray est directeur de recherche au CNRS. Il est responsable de l’équipe « Instabilité Génomique & Cancer » au sein de l’UMR 6239. Ses thèmes de recherche se concentrent sur la génétique des cancers (modèle de la néoplasie endocrine multiple de type 1 (MEN1) ; étude structurale et fonctionnelle de la protéine Menin dans les MEN1).

Une voix qui compte

Le Pr Patrick Gaudray est aussi (depuis 2008)  membre du Comité consultatif national d’éthique dont il préside la « section technique » (depuis 2009). Il est ancien directeur scientifique adjoint au CNRS (département des sciences de la vie), et ancien président du conseil scientifique des Conférences Jacques Monod du CNRS, il est aujourd’hui conseiller scientifique de l’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (IHEST), membre du Comité éthique et cancer de la Ligue nationale française contre le cancer, et, depuis 2008, membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), président de sa section technique depuis 2009.

C’est dire si va voix compte et peut porter. Le Figaro l’interrogeait il y a quelques jours sur ce bouleversement que constitue la découverte, confirmée, que des biologistes et généticiens chinois ont procédés à des modifications du génome d’embryons humains – une découverte due au développement d’une nouvelle technique et qui soulève une certaine émotion dans la communauté scientifique internationale. C’est si vrai que la Française Emmanuelle Charpentierco-inventrice de la technique (dite « CRISPR-Cas9 », estime «  qu’elle fonctionne si bien et rencontre un tel succès qu’il serait important d’évaluer les aspects éthiques de son utilisation ».

Eugénisme en pointillés

« Depuis quelques mois, des rumeurs commençaient à circuler dans le milieu de la génétique  sur des manipulations qui auraient été menées en secret en Chine et aux États-Unis sur des embryons humains. Cette fois, la rumeur a laissé la place à une information confirmée. Une équipe de chercheurs chinois menés par Junjiu Huang de l’université Sun Yat-Sen à Guangzhou a expliqué avoir modifié des gènes sur des embryons humains résume Le Figaro (Cyrille  Vanlerberghe) –  après Le Monde (Hervé Morin). Leur intention paraît louable, puisqu’ils veulent inactiver des gènes qui provoquent une grave maladie du sang, la bêta-thalassémie, mais leurs travaux provoquent tout de même de graves inquiétudes pour de nombreux spécialistes, avec de potentielles applications eugénistes. »

Refus de Nature et de Science

«Cet article soulève des grandes interrogations scientifiques et éthiques puisqu’il traite de la possibilité de manipuler le génome humain à partir de l’embryon et ceci d’une manière qui permettrait la transmission de cette modification à la descendance» a déclaré au Figaro Anne Galy, directrice de l’unité Inserm 951 au Généthon d’Évry. Le quotidien précise que la publication chinoise avait d’ailleurs été refusée par les titres de premier plan Nature et Science (« apparemment pour des raisons éthiques ») avant d’être finalement acceptée le 1er avril par une petite revue en ligne Protein & Cell.

La tentation n’est pas nouvelle mais il semble que ce soit la première fois que le pas soit (officiellement) franchi grâce à la technique CRISPR/Cas9.

Fracture symbolique

Les biologistes chinois ont réalisé leur essai sur 86 embryons, issus de FIV (hors « projet parental ») et a priori non viables (fécondés par deux spermatozoïdes) – 15 des 86 embryons « n’ont pas survécu au traitement ». Et sur les 71 restants, seuls 4 ont eu leurs gènes déficients «corrigés». A l’évidence ce n’est pas une performance technique. En revanche c’est une considérable fracture symbolique

Ce type de travail, qui touche au patrimoine héréditaire de l’espèce humaine, contrevient à la convention d’Oviedo, ratifiée par la France et vingt-huit autres pays européens en 2011. Il est en revanche tacitement autorisé dans tous les autres pays.

Coup d’éclat

C’est dire le coup d’éclat que constitue la prise de position, exprimée dans Le Figaro, du Pr Patrick Gaudray qui estime «légitimes» les travaux sur la modification génétique d’embryons humains. Extraits :

« Ces expériences sont à mon sens tout à fait légitimes, elles s’inscrivent dans un cadre de recherche fondamentale sans application médicale directe possible. Les chercheurs ont d’ailleurs utilisé des embryons qui ne pourront jamais se développer. Il est impératif de laisser la science progresser pour prendre une décision éclairée sur ce qu’il convient de faire au niveau sociétal. Cet article a du reste le grand intérêt de montrer que les outils techniques prometteurs dont nous disposons sont encore très imparfaits.

Arrogance

 Dans l’hypothèse où l’on parvient un jour à modifier le génome de cellules germinales, grâce à CRISPR/Cas 9 ou une autre technique qui n’a peut-être pas encore été découverte, une question éthique devra nécessairement se poser: convient-il, pour le bien de la société, de l’autoriser? Car c’est au génome de l’humanité que l’on touche, et la modification se transmettra à toute la descendance. N’est-il pas très arrogant de modifier le patrimoine génétique de l’humanité, de prétendre faire mieux que ce que la nature a modelé en 3,5 milliards d’années d’évolution? Je n’ai pas la prétention de répondre à cette question, c’est à la population de s’en saisir dans le débat.

 Quand on se place dans une logique éthique, toute la difficulté consiste à réfléchir au niveau de la société et non pas de l’individu. Il est logique qu’un médecin cherche par tous les moyens à soulager son patient. Mais l’idée d’offrir la même santé à tous peut-elle devenir un objectif de société?

Crime contre l’humanité

Qui définit ce qui est bon, ou mauvais, dans l’hérédité humaine? En poussant le raisonnement à l’extrême, on peut craindre d’arriver à la construction d’un génome idéal, dénué d’un certain nombre de maladies voire de caractéristiques, qui deviendrait la norme.

On perdrait ainsi la diversité génétique de l’humanité, qui fait pourtant sa force biologique. Vouloir standardiser l’être humain est un crime contre l’humanité. Sachant qu’en outre, il est illusoire de penser qu’on puisse entièrement maîtriser la dynamique du génome. Toutes les maladies génétiques ne sont pas héréditaires et l’on ne peut empêcher les mutations génétiques aléatoires. Ces malades-là seraient-ils dès lors encore plus discriminés? »

L’Aigle et le Foie

On observera que le Pr Patrick Gaudray soulève de très bonnes questions. On observera aussi qu’en qualifiant de « légitimes » les travaux chinois il prend le risque considérable d’y apporter des réponses que lui-même semble redouter. Où l’on retrouve, comme toujours sur ce terrain escarpé, le foie et l’aigle de Prométhée.

A demain

2 réflexions sur “Transformation génétique des embryons humains: un responsable du Comité national d’éthique l’estime «légitime»

  1. « En revanche c’est une considérable fracture symbolique » : surtout au niveau émotionnel. Puisque l’expérience a été réalisée sur des embryons non viables et sans volonté ni possibilité de réimplantation, je ne suis pas convaincu qu’elle contrevienne réellement à la convention dite d’Oviedo qui n’a pas empêché le Royaume Uni d’autoriser des manipulations génétiques (transfert mitochondrial) qui affecteront le devenir génétique d’être humains.
    De plus, si j’admets volontiers que le terme « légitime » est un peu fort, il reste que ce papier remet en perspective les fantasmes sur l’incroyable performance que représente cette technique. Donc il est utile.
    Je ne crois pas qu’il existe de « crimes du savoir », de « connaissance interdite » (Mary Shelley).
    Enfin, sans fausse modestie, je ne suis pas persuadé que ma « voix compte et peut porter »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s