Cœur artificiel : la réponse de Carmat® aux dernières accusations de Libération

Bonjour

Libération dénonce le « black out » qui entoure les poses de cœurs artificiels Carmat®.  Les chirurgiens qui posent ces cœurs répondent qu’ils ne font que respecter le secret qui entoure toutes les gestes médicaux, cœurs artificiels ou pas. Qui l’emportera ?

Le quotidien  attaquait une nouvelle fois dans son édition datée du 28 avril. Il révélait qu’une troisième intervention avait été pratiquée « il y a environ deux à trois semaines » à l’Hôpital européen Georges-Pompidou de Paris.  Le Pr Daniel Duveau a confirmé l’information via l’Agence France Presse. Le Pr Daniel Duveau a participé à l’intervention aux côtés du Pr Christian Latrémouille et de ses nombreux collaborateurs. Ce sont là deux pontes de la chirurgie cardiaque. « L’implantation s’est bien passée. Les choses évoluent favorablement »  a déclaré à l’AFP le Pr Duveau.

Confiance chirurgicale

Le chirurgien a précisé que leur patient était septuagénaire, mais s’est refusé à dévoiler tout autre détail, invoquant le secret médical. « Il va aussi bien qu’on pouvait l’espérer après une telle intervention », a-t-il simplement déclaré – ajoutant que d’autres implantations pourraient avoir lieu « relativement rapidement ». « Nous sommes en train d’étudier un certain nombre de dossiers  de patients, a encore déclaré le Pr Duveau. Les cardiologues nous font de plus en plus confiance, ils voient qu’un patient peut regagner son domicile après une intervention, ils nous adressent donc des dossiers. »

Ce n’est pas tout. Libération  « croit savoir » que les suites de l’intervention pratiquée à Nantes sont problématiques. Après une mise en scène médiatique début avril dans le Journal du Dimanche (groupe Lagardère, associé à la société Carmat®) le malade, selon Libé, « a dû être réhospitalisé ». Toujours en secret.

Greffé à vélo

À propos de cet homme de 69 ans qu’il a opéré à Nantes en août dernier, le Pr Duveau a assuré qu’il se portait « très bien ». « Il a été réhospitalisé, ce qui est normal, il a des visites de contrôle toutes les semaines », a expliqué le chirurgien.

Il a redit à cette occasion que ce deuxième greffé reprenait petit à petit une vie normale et s’était remis au vélo. « C’est quelqu’un plein de bonne volonté, très tonique. On est un petit peu obligés de le freiner », a encore commenté le chirurgien lyonnais. Il se refuse à dire quelle était l’espérance de vie des patients dotés d’un cœur artificiel. « On la leur souhaite la plus longue possible, au moins cinq ou dix ans », a-t-il dit.

Superficialité

Où l’on voit qu’une communication chirurgicale parfaitement réussie peut suivre une agression assez superficielle. Libé contre Carmat®, le désir de dire contre le respect du secret. Qui doit l’emporter ?

Carmat® est actuellement dans la première des deux phases d’essais cliniques prévues avant une homologation et commercialisation de l’appareil dans l’Union européenne. Cette première phase prévoit l’implantation sur quatre  afin de « tester la sécurité de la prothèse » et évaluer la survie des malades. Les personnes concernées souffrent toutes de pathologies cardiaques spécifiques en phase terminale de leur évolution. La deuxième phase prévoit l’implantation du cœur artificiel sur une vingtaine de malades. Il s’agira dévaluer, outre le critère de survie, des « aspects plus qualitatifs d’efficacité », de « qualité de vie » et de « confort du patient ».

Boulevard d’enquêtes

Face à une telle aventure, plus que de s’accrocher à son désir « d’en savoir immédiatement plus » sur les essais en cours les médias, spécialistes ou généralistes, ont un boulevard d’enquêtes à mener.  Pourquoi réclamer ce que l’entreprise Carmat® devrait  donner aux médias ? On peut s’intéresser, en marge, à la propriété des   images médiatisées post-interventions. Où s’intéresser aux termes précis des contrats passés entre la firme et le service public hospitalier (en l’espèce l’AP-HP) – des contrats concernant  des interventions qui constituent certes de prometteuses avancées thérapeutiques, mais qui sont aussi pratiquées in fine (on peut le rappeler) dans l’intérêt financier de cette société française cotée à la Bourse de Paris.

A demain

2 réflexions sur “Cœur artificiel : la réponse de Carmat® aux dernières accusations de Libération

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s