Education et religion : la véridique histoire de la «longue jupe noire à caractère ostentatoire»

Bonjour

Traiter de religion à l’école impose de rouvrir bien des dictionnaires. Le dernier évènement en date concerne le port d’une jupe par une élève d’un collège de Charleville-Mézières, dans le département des Ardennes. Une ville célèbre par le poète qui l’a tôt quittée pour aller se frotter à d’autres religions.

Jupe perçue

Manchette du Monde daté de ce 30 avril : « Les jupes longues des musulmanes, nouvelle fracture à l’école Une collégienne musulmane a été sanctionnée au motif qu’elle portait une jupe longue perçue comme « ostentatoire » ».

Longueur de la jupe. Caractère ostentatoire du port de celle-ci. « Va-t-on interdire les jupes plissées bleu marine? » interroge le sociologue François Dubet. Le genou, le creux poplité vont-ils redevenir les frontières de l’acceptable ?

Dialogue ouvert

Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, est revenue sur le sujet. C’était ce matin sur RTL. Elle a dit qu’en la matière il fallait savoir faire preuve de discernement  pour juger du caractère prosélyte de l’attitude des élèves. « Aucune élève ne peut et n’a d’ailleurs été exclue en raison de la longueur ou de la couleur de sa jupe, a déclaré la ministre. « Ce qui s’est réellement passé (…), c’est que l’équipe pédagogique a fait preuve de discernement pour juger du caractère prosélyte, ou pas, non pas de la tenue, mais de l’attitude de l’élève. En l’occurrence, il a été jugé qu’il y avait du prosélytisme de la part de l’élève. Ça n’a pas été une exclusion qui a été prononcée, mais un dialogue qui a été ouvert avec la famille. Et je note que sa mère s’est exprimée pour demander que les choses s’apaisent. »

Quelle que soit la longueur

Il faut préciser que la direction du collège Léo-Lagrange a interdit de cours (en avril et à deux reprises) une élève de troisième (âgée de 15 ans et de confession musulmane) en raison du port d’une longue jupe noire jugée comme un signe religieux ostentatoire  – un signe, qui plus est, concerté avec d’autres élèves. Cette décision alimente de nombreux débats depuis quelques heures en France.

Patrice Dutrot est inspecteur d’Académie dans les Ardennes. Il avait expliqué n’avoir « rien contre une jupe évidemment, quelle que soit sa longueur ». « Le problème est qu’on est en face d’une action concertée avec une tenue qui en l’occurrence relève symboliquement de l’ostentatoire », avait-il ajouté. Ces adolescentes sont dans le tutoiement des règles et dans la confrontation, comme beaucoup de jeunes de cet âge, et l’équipe pédagogique doit leur rappeler les principes de l’école de la République : la neutralité et le respect de l’autre. »

Les études de ma fille

Tutoyant ou pas les règles, la jeune fille se défend de toute provocation. Sa mère a indiqué qu’elle demanderait à sa fille de se conformer aux directives de l’Éducation nationale. « On ne cherche pas de problème ; l’important, c’est que ma fille continue ses études, mais on ne comprend pas pourquoi l’école a réagi comme ça » a-t-elle déclaré à l’Agence France-Presse.

Rien de grave, donc. Il suffira de s’expliquer. Et dans la foulée on bousculera un peu les programmes. Avec deux jolis mots au tableau noir : prosélytisme et ostentatoire. On n’oubliera pas Léo Lagrange (1900-1940), mort à Évergnicourt d’un éclat d’obus. Et puis, alcool de mirabelle ou pas, la classe prendra le bateau de Rimbaud. Vers les sables.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s