6 000 euros: l’immigrant refuse finalement de vendre son rein à un prédateur espagnol

Bonjour

« Desarticulada una banda que trató de comprar un riñón a un inmigrante » ( El País). Nous sommes en mai 2015. Cinq personnes viennent d’être arrêtées à Tarragone en Espagne. Elles tentaient d’acheter un rein à un immigrant sans ressources. C’est une information donnée à la presse par la police espagnole. Ces personnes répondaient à la commande formulée par un criminel qui dirige une organisation spécialisée dans les cambriolages, à la recherche d’un rein pour son fils.

Coûte que coûte

La police espagnole a travaillé ici en collaboration avec ses homologues belge et allemande ainsi qu’avec la Organización Nacional de Trasplantes. L’acheteur était prêt à payer 6 000 euros. L’immigrant tenu pour être vendeur d’une partie de son corps faisait l’objet d’examens cliniques quand il a fait savoir qu’il ne marchait plus. Il a, de ce fait, « été séquestré, frappé et menacé de mort afin qu’il accepte de donner son organe coûte que coûte. L’opération de la police a conduit à des arrestations ainsi qu’au démantèlement de la bande de cambrioleurs.

Corps marchandé

L’Espagne est l’un des pays au monde qui a le plus fort taux de prélèvements d’organes destinés à être transplantés. La pauvreté est l’un des moteurs les plus puissants pour ce genre de commerce que l’éthique occidentale (et l’OMS) condamne. L’arrivée massive d’immigrants plus que démunis sur le sol du Vieux Continent et la pénurie chronique et croissante de reins transplantables ne peut que pousser à ce genre de marchandisation d’éléments du corps humain. Même en Espagne.

A demain

Une réflexion sur “6 000 euros: l’immigrant refuse finalement de vendre son rein à un prédateur espagnol

  1. Le texte laisse supposer que des équipes médicales espagnoles pourraient se commettre dans la transplantation d’organes issus d’un tel trafic ..
    Les espagnols ont un fort taux de prélèvements de par leur organisation de la prise en charge des comas « dépassés » mais pas par des moyens illégaux.On n’est donc pas surpris de la participation de l’organisation nationale espagnole des transplantation à l’enquête.
    Les patients et/ou leur famille ont parfois des démarches chaotiques et surprenantes par manque de connaissance ou difficulté d’accepter le temps d’attente. Ils peuvent aussi penser que tout s’achète comme le laisse supposer le contexte ici, et une certaine dérive financière de la médecine occidentale…
    La transplantation d’organes en Espagne ,en France et en Europe n’est autorisée que dans les hôpitaux publiques et aucune activité de type privée ne peut tirer profit de la greffe d’organes.
    Pourvu que cela dure!
    Ce n’est malheureusement pas le cas dans certains pays….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s