Val-de-Grâce et célébrités : la mort programmée de l’Hôpital d’instruction des armées

Bonjour

En langage militaire on dit « transfert d’activités ». On pourrait tout aussi bien dire « mort programmée ». Avec, ici, une programmation accélérée. La fin fut annoncée  il y a moins de six mois par le directeur central du service de santé des armées. « Modèle 2020 » : activités chirurgicales de l’Hôpital d’instruction des armées (HIA) Val-de-Grâce progressivement transférées vers les HIA Bégin et Percy. Objectif : création de la « Plateforme militaire hospitalière d’Île-de-France » (PFMH IDF). Plus rien dans Paris, tous hospitalisés à la périphérie, au-delà des fortifs.

Compte-à-rebours

On prend néanmoins des gants. Durant cette phase de transfert, « une attention particulière est portée aux patients du Val-de-Grâce ». Il s’agit  « de leur garantir la qualité et la disponibilité des soins qui font la réputation des hôpitaux militaires français ».

Le compte-à rebours vient de commencer : dès le 1er juin, le Val-de-Grâce assurera une prise en charge des patients uniquement sur rendez-vous. Les urgences ne seront plus assurées (le personnel du service médical d’accueil aura alors été transféré). Les patients pourront être accueillis dans les deux autres HIA parisiens « qui assureront ainsi une continuité des soins ».

Bégin et Percy

La suite est connue. Le transfert du personnel et des matériels du Val-de-Grâce conduira, dès le 1er juillet, à une reprise de l’ensemble des activités de chirurgie, de réanimation et d’oncologie sur les deux autres hôpitaux militaires :

  • HIA Percy (Clamart) : services de neurochirurgie, chirurgie vasculaire et ORL ;
  • HIA Bégin (Saint-Mandé) : services de chirurgie viscérale, urologie et oncologie.

Pendant un temps, l’HIA Val-de-Grâce continuera à assurer (« pour ses patients »), une activité de consultations chirurgicales programmées dans le domaine des spécialités transférées. Les services de médecine interne, neurologie, ophtalmologie et psychiatrie continueront à accueillir les patients jusqu’à leurs transferts – transferts prévus en 2016.  Toutefois à compter du 1er juillet 2015, la radiothérapie et le caisson hyperbare cesseront leurs activités.

Ancien potager

Pas de larmes au moment de la descente des couleurs :

« Ce transfert de compétences de l’HIA Val-de-Grâce permettra de densifier l’offre de soins de la future PFMH IDF afin de remplir la mission au profit des forces armées avec la même efficacité. Il correspond au nouveau modèle hospitalier du service de santé des armées défini dans le cadre du « modèle 2020 », pour répondre aux évolutions du monde de la Défense et de la Santé. »

Plus tard on organisera des visites. On racontera qu’un hôpital se dressait là, sur l’ancien potager de l’abbaye du même nom, celle que l’on n’aura pas détruite et qui comprendra toujours l’église et le musée du service de santé des armées. On remontera dans le temps, on dira que ce fut avec la Révolution de 1789 que l’ensemble du Val-de-Grâce devint un hôpital militaire. Et que celui, radicalement moderne, qui rendit l’âme en 2016 avait été inauguré en 1979.

Locations des balcons

Ainsi donc, trente-sept années seulement d’activité. Et un nombre considérable de personnalités et célébrités politiques françaises et étrangères.  A commencer par François Mitterrand, en 1981, pour un bilan qui resta bien longtemps secret en dépit des engagements du nouveau président.

Face au Val-de-Grâce, les habitants du boulevard jouxtant la caserne des pompiers ont l’une des plus belles vues qui soit sur le dôme, baroque en diable, de l’église Notre-Dame. Dôme qui abrite une coupole décorée par Pierre Mignard : « La Gloire des Bienheureux » (1663) et un baldaquin inspiré de celui de la Saint-Pierre de Rome.

Ces heureux habitants avaient, ces dernières années, pris l’habitude de louer leurs balcons: locations aux photographes de presse en mal de clichés de célébrités hospitalisées. C’est fini. Il leur faudra bientôt apprendre à retrouver, loin des tumultes des armées, le calme infini des potagers de Paris.

A demain

Une réflexion sur “Val-de-Grâce et célébrités : la mort programmée de l’Hôpital d’instruction des armées

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s