La «multimère» allemande (17 enfants, dont 4 à 65 ans). Axel Kahn postule la maladie mentale

Bonjour

Pourquoi tant d’indignation ? Annegret Raunigk vient, à l’âge de 65 ans, de donner la vie à des quadruplés. Elle avait déjà donné naissance à treize enfants. L’histoire de cette enseignante allemande est racontée, en exclusivité, à la chaîne de télévision privée allemande RTL à qui elle a vendu une partie de « ses droits ».

Ukraine

Mme Raunigk avait, dit-elle, eu ses précédents enfants de cinq pères différents. Cette fois elle dit avoir eu recours à des fécondations in vitro pratiquées en Ukraine avec les cellules sexuelles d’anonymes. L’annonce de sa grossesse insolite avait déjà suscité l’intérêt de médias allemands friands de sensationnalisme. La plupart des titres de la presse allemande n’a pas obtenu d’entretien avec elle, exclu oblige.

« En dépit d’une famille déjà grande, cette Berlinoise n’a pas hésité à se rendre à l’étranger pour recourir à de multiples inséminations artificielles depuis un an et demi, afin d’exaucer le souhait de sa plus jeune fille de 9 ans, qui désirait un petit frère ou une petite sœur » raconte RTL. La dernière insémination a largement excédé ses espérances : les quatre ovocytes fécondés et implantés se sont développés. « Cela a bien sûr été un choc pour moi. J’en ai parlé avec mon gynécologue qui m’a dit : ‘’vous avez déjà 65 ans’’  mais aussi : ‘’vous êtes encore en forme, c’est à vous de voir’’.J’ai réfléchi et j’ai ensuite pris ma décision, que je connaissais déjà au fond de moi » a-t-elle confié à Bild.

17 enfants

Cette professeure d’anglais et de russe en école primaire doit prendre sa retraite cette année. « Je n’ai pas peur. Je pars du principe que je reste en bonne santé et en forme. J’ai assez d’expérience en matière d’organisation. Cela n’est pas nouveau pour moi, a assuré à RTL celle qui est désormais mère de 17 enfants. Une telle initiative doit être décidée pour soi-même. Et on ne devrait, à mon avis, pas trop se laisser influencer par les autres. »

« Sa décision laisse toutefois de nombreux Allemands perplexes. Sur le site internet de Bild, 2.346 lecteurs ont réagi en cliquant sur le bouton « colère » en bas de l’article, contre 391 « wow », rapporte L’Obs. « Ses enfants entreront à l’école quand elle aura 71 ans. L’enfance sera cruelle », réagit Barbara Nagel, une lectrice du site de RTL dans les commentaires. »

Diagnostic à distance

En France c’est Axel Kahn qui s’indigne. Il le fait aujourd’hui jour de Pentecôte dans Le Parisien (propos recueillis par Frédéric Mouchon). Généticien, éthicien et médecin le Pr Kahn ne redoute guère d’enfreindre les règles en portant le diagnostic à distance. Selon lui Mme Raunigk présente « un probable désordre psychologique ». Les conseils de la vieille mère allemande engageront-ils des poursuites ?

Le médecin français prend soin de souligner qu’il « ne stigmatise pas le désir d’enfants des femmes ménopausées ». « Je préfèrerais cependant que l’on permît aux femmes de concilier une vie de jeune mère à une brillante carrière et à une progression hiérarchique ». Le Pr Kahn est reconnaissable entre tous à son usage du circonflexe sur des verbes utilisés à des modes généralement oubliés par les enseignants d’aujourd’hui, modes désormais ignorés de leurs élèves. Qui, hormis Kahn et Luchini (1) parlent encore ainsi ?

Appétit du gain

Pour le médecin français, « outre le risque pour la mère, le risque de grave prématurité des enfants était une redoutable certitude. De fait ils sont nés à vingt-six semaines et ne pèsent sans soute pas plus de 700g [ndlr : ils font entre 655 g et 960g]. Le pire est bien entendu la perspective de graves séquelles neurologiques chez au moins certains de ces enfants. »

Le Dr Kahn ne fait pas non plus œuvre de charité confraternelle : « Je dénonce  aussi l’attitude des professionnels, que j’hésite à appeler médecins, responsables de cette grossesse multiple (…) les médecins et biologistes ukrainiens qui ont pratiqué ces assistances médicales à la procréation, sans doute par appétit du gain, ont eu un inqualifiable comportement. En France ils seraient sanctionnés à deux titres : parce qu’ils enfreignent la loi et par le Conseil de l’Ordre, parce qu’ils ne respectent pas les principes déontologiques de la profession de médecin. »

Le Pr Kahn en est-il bien certain ?

A demain

(1) Toutes affaires cessantes, courir l’écouter chanter « Le bateau ivre » au Théâtre des Mathurins. Marché noir si nécessaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s