Toujours souffrant, Renaud tente une sortie médiatique. Entre thérapeutique et pathétique

Bonjour

Les monstres, les phénix, sont de beaux aliments médiatiques. Veille de la Fête de la musique 2015. « Renaud sort du silence » trompette  Le Point qui reprend la Une du Parisien. Jusqu’à  France Inter qui, au journal de 19 h donna, gentiment, de la voix.

Les journalistes ne sont généralement pas des monstres, encore moins des phénix ; ils savent généralement quand ils marchent sur des œufs. Les plumes pourraient se briser. Il faut écrire entre les lignes, à travers les mots, travailler si possible à l’encre sympathique.  Faire avec les romans familiaux, les ombres psychiatriques. Un métier qui n’est pas, parfois, sans lointaines résonances thérapeutiques.

Dans Le Parisien  c’est Thierry Séchan, le frère avec lequel il était fâché, qui confirme la nouvelle : Renaud « réécrit ».

« Non ce n’est pas un AVC »

« Douze, quatorze chansons … il a fait toutes les paroles… les musiques ont été composées par son bassiste Michaël Ohayon et son gendre, le chanteur Renan Luce… l’album est presque terminé…  il est très compulsif Renaud…  pour l’instant il ne peut pas trop chanter… trop de cigarettes… trop de Ricard… il faut d’abord qu’il trouve un ORL… sinon il va bien… non ce n’est pas un AVC… il a fait un malaise nocturne qui lui a un peu tordu le visage pendant un mois… le moral est bon… je ne vous dirai pas qu’il a arrêté de boire parce que ce serait mentir mais ça va… il n’est plus saoul… »

Renaud a réagi quelques heures plus tard, sur les ondes, l’antenne de RTL. « Oui, je confirme que, depuis quinze jours, je me suis remis à écrire et que ça avance bien », a déclaré l’interprète de  Mistral gagnant, d’une voix rauque. « Chaque idée en amène une autre et chaque chanson en amène une autre. » Ce qui l’a remis debout ? « De travailler, collaborer avec  »Grand Corps Malade », qui avait un projet d’écriture en commun avec plein d’artistes et qui m’a sollicité ». Il l’affirme : toutes ces chansons seront enregistrées « bien avant l’année prochaine, en septembre, fin septembre ».

Devant un pastis

Au Parisien il avait déclaré quelques jours auparavant : « J’ai écrit 14 chansons, je veux les enregistrer vite ». Le quotidien (deux envoyés spéciaux) l’avait  très brièvement rencontré à L’Isle-sur-la-Sorgue, la commune du Vaucluse où il est désormais installé. Il l’a rencontré avec son frère, Thierry Séchan. An bord de l’eau, devant un pastis. « Homme de rituels, il vient chaque jour au Bouchon, restaurant convivial où l’on sert uniquement en terrasse. » Il parle « d’une voix caverneuse, hésitante, qui semble lui demander énormément d’énergie ».

C’est fini. Il « doit aller chez le dentiste ». Quelques fans… Il est « déjà fatigué par les quelques sollicitations qui sont autant de marques d’affection ». Puis il remontera dans « sa vaste propriété du hameau résidentiel de Saint-Antoine, sur les hauteurs de la commune ». Le « Beverly Hills de L’Isle-sur-la-Sorgue » dit un commerçant.

Maréchal Ney

Robert Domenech, le patron du Bouchon confie qu’avec Internet le monde entier sait qu’on peut le voir ici. C’était déjà vrai à La Closerie, face à la statue vacillante du maréchal Ney, à l’ombre de l’Observatoire.

« Renaud ne semble faire que des allers-retours entre sa maison et son bistrot, épaulé par des amis qui l’aident au quotidien, écrit encore Le Parisien. On a parlé d’une nouvelle compagne, il y a quelques mois. ‘’Juste une fille à qui il tenait la main de temps en temps, mais elle n’a jamais été sa compagne, réfutent plusieurs de ses proches. Il ne vit pas seul, est entouré par des assistants, chez lui, mais il n’a pas de nouvelles femme.’’ »

Ses proches ajoutent : « Renaud, c’est un animal spécial. On a toujours l’impression que c’est un phénix qui peut renaître de ses cendres ». Demain, à l’Isles-sur-la-Sorgue, ce sera la Fête de la musique.

A demain

Une réflexion sur “Toujours souffrant, Renaud tente une sortie médiatique. Entre thérapeutique et pathétique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s