Cancer du sein et tri génétique des embryons humains : après «Le Monde », «La Croix»

Bonjour

Après Le Monde hier, demain La Croix (Marine Lamoureux). Après les faits, les commentaires. Nous avons rapporté cette première française annoncée il y a peu : une femme à risque de transmission d’une mutation du gène BRCA1 (prédisposant au cancer du sein et de l’ovaire) a pu bénéficier d’un diagnostic préimplantatoire (DPI). Le quotidien chrétien revient sur le sujet. Il rappelle que selon la loi de bioéthique cette technique  ne peut concerner que des couples risquant de transmettre à leur enfant une maladie génétique d’une particulière gravité, et incurable au moment du diagnostic.

Critères d’hier

Après bien des controverses le législateur n’a pas voulu établir de liste de maladies susceptibles de donner lieu à un DPI. Pour plusieurs raisons, rappelle La Croix : ne pas stigmatiser les personnes atteintes de ces pathologies ; tenir compte de l’évolution des connaissances dans le champ de la génétique. « Il y a vingt ans, on avait répertorié environ mille maladies génétiques… Aujourd’hui, on en dénombre huit mille … » résume le Pr Pascal Pujol, spécialiste de génétique des cancers au CHU de Montpellier. Jusqu’ici les critères étaient clairs : risque tumoral élevé, âge précoce d’apparition de la maladie, son incurabilité ou le caractère invalidant du traitement.

Mais le risque du cancer du sein associé à une mutation du BRCA1 ? Rien de comparable.  « La nouvelle peut jeter un trouble, laissant craindre à certains des dérives » observe, dans La Croix, le philosophe Pierre Le Coz, ancien membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). L’apparition de la maladie n’est pas une certitude, la maladie est d’apparition nettement plus tardive et les thérapeutiques (préventives et curatives) existent.

Incurabilité

« Ces maladies sont graves mais pas incurables, c’est pour cela que nous n’avons pas recommandé qu’une demande de DPI soit a priori recevable » souligne, toujours dans La Croix, le Dr Dominique Stoppa-Lyonnet, chef du service de génétique à l’Institut Curie et professeur à l’université Paris-Descartes. Et puis, comme toujours, il y a les cas particuliers. Comme celui de Montpellier. « La jeune femme n’a connu ni sa mère – décédée lorsqu’elle était toute petite –, ni sa tante, ni sa grand-mère, qui sont toutes mortes très jeunes d’un cancer du sein », explique le Pr Pujol. L’aspect psychologique entre en ligne de compte, dans une approche au cas par cas. Contrairement à ce que l’on croit, et malgré les progrès médicaux importants de ces dernières années, on meurt encore du cancer du sein. On reste bien dans le cadre de la loi, qui fixe des critères stricts tout en laissant une marge d’appréciation indispensable aux médecins. »,

Fœtus parfait

Cette autorisation « reste une exception » assurent ceux qui l’ont prise. Qu’en savent-ils ? Cette activité augmente. En 2012, 566 demandes de DPI ont été acceptées, sur 729 examinées. Le cadre législatif et la déontologie médicale suffiront-ils à résister à la « tentation du fœtus parfait » dans un monde où règne « un idéal de performance », demande La Croix.

Le quotidien chrétien reprend ici les mots du Pr Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé (mai 2002-mars 2004) et spécialiste de pédiatrie et de génétique médicale.  Ce dernier, sans juger le cas d’espèce, met en garde : « Le risque d’eugénisme est réel à terme car nous vivons dans une société de plus en plus individualiste où la logique utilitariste s’impose. Chaque petit pas peut sembler anodin mais on finit par se retrouver là où on ne pensait jamais aller ».

Le Pr Mattei, ancien membre du Comité d’éthique, « pense notamment au diagnostic prénatal à grande échelle de la trisomie 21 ». L’ancien ministre ne juge pas. Il pense mais n’en dira pas plus aux lecteurs de La Croix. Que doivent-ils comprendre ? Aller où l’on ne pensait pas aller ? Gattaca? Et après ?

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s