Bombe anatomique : nous avons de la lymphe dans nos méninges. Formidable nouvelle

Bonjour

C’est une bombe anatomique. Pour l’heure elle a la forme d’une lettre acceptée et publiée par Nature. C’est aussi la démonstration que le corps humain demeure, pour (une bonne) partie à découvrir. La vulgarisation (avec schéma éclairant) de cette découverte est disponible sur le site mental floss. Et Slate.fr (Aude Lorriaux) observe, avec une chauvine pertinence que, celle lumière anatomique et physiologique est due (premier signataire) à un Français.

Louveau Antoine

Ce Français méritant se nomme Antoine Louveau et il est post-doctorant à l’université de Virginie (Center for Brain Immunology and Glia, School of Medicine, University of Virginia, Charlottesville, Virginia).

Antoine (photographie), se présente ainsi :

“As a postdoctoral fellow in the Kipnis lab, I’m working on two different projects.  My first project concerns meningeal T cells that have been shown to have pro-cognitive function. Using a combination of confocal and intravital microscopy I’m trying to decipher how they enter and interact with meningeal antigen presenting cells. My second project is the study of the RNA binding molecule FMRP in the peripheral and brain-resident immune cells. Whereas fragile X is described as being a neuron-related disease, we now have evidence that FMRP is expressed in other cell type, notably microglia, which could play a role in the physiopathology of the disease. »

Licorne véritable

 Sa découverte (et celle de son équipe) est renversante. C’est l’équivalent, dit Jordan Rosenfeld sur mental floss, de tomber sur une licorne, une vraie. C’est, pour le dire moins joliment, une révolution physiologique, un tremblement de terre neuro-immunologique, le chaînon que l’on n’espérait plus.

Notre système lymphatique  (vidéo) irrigue notre cerveau. Ce système inconnu du grand public (à l’exception des ganglions célèbres drainages) est donc en contact plus qu’étroit avec cette galaxie encore largement inexplorée qu’est le système nerveux central.  Plus qu’un chaînon manquant, il s’agit là d’une forme de révolution copernicienne corporelle. La démonstration (via la biologie moléculaire) des erreurs qui ont pu être commises au fil du temps par les plus fins des anatomistes.

Totalement flippé

Mais c’est aussi une fenêtre jusqu’ici inconnue désormais entrouverte sur un mystère médical : la découverte que le système nerveux central est ouvert sur l’extérieur et non emprisonné à jamais au sein de la célèbre barrière hémato-encéphalique. Ouvert pour aider l’entrelacs infinis des neurones et de la glie à lutter contre les étrangers et les infections, en usant du système immunitaire.

Jonathan Kipnis, le patron d’Antoine Louveau, ne cache pas son enthousiasme. « Nous pensions que ceci n’existait pas, ne pouvait exister dans le cerceau confie-t-il. Lorsque nous avons vu ce résultat, j’ai complètement flippé… » Il dit aussi qu’il faut raison garder, que le cerveau humain est beaucoup plus complexe que le cerveau de la souris (sur lequel les premières observations ont été faites) et qu’il reste bien du travail avant de tirer la substantifique moelle scientifique et thérapeutique de cette découverte.

A venir

L’existence, démontrée, d’une connexion entre le système nerveux central et le système lymphatique lui laisse néanmoins espérer des avancées dans le domaine des maladies neurodégénératives (sclérose en plaques, maladie d’Alzheimer) ou dans celui les syndromes autistiques. « Les plus important reste à découvrir » dit-il.

C’est peu dire que l’on attend ces découvertes.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s