Alcoolisme et loi Macron : la loi Evin n’est pas «détricotée», elle est totalement «vidée». Marisol Touraine est interpellée

Bonjour

Dans l’après-midi du vendredi 10 juillet, à l’heure où nous écrivons ces lignes, le projet de loi Macron est considéré comme définitivement adopté par le Parlement. Adoption post-caniculaire au lendemain d’un ultime recours du gouvernement à l’article 49-3 de la Constitution (et en l’absence d’une motion de censure).

Texte emblématique

Hier le Premier ministre annonçait Manuel Valls à la tribune de l’Assemblée nationale, qu’il engageait (pour la troisième fois) sa responsabilité sur le projet de loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » du ministre de l’Economie Emmanuel Macron – un texte emblématique pour l’exécutif. La droite, fragile, usée, ailleurs, avait alors renoncé au dépôt  d’une motion de censure. Et le groupe maigrelet des  députés du Front de gauche ont échoué à rassembler les cinquante-huit signataires nécessaires.

Le front anti-Macron n’est pas dissous pour autant dans sa partie santé publique. C’est ainsi que  les principales associations concernées par les dispositions concernant le « relâchement » des dispositions sur  publicité alcooliques viennent de rebondir : ils ont écrit au président de la République et au Premier Ministre. – et ils réclament à Marisol Touraine une initiative à laquelle elle ne pourra pas ne pas répondre.

Extraits :

« Au moment où la loi Macron est adoptée sans vote par le 49-3 avec l’amendement gouvernemental qui remet en cause l’encadrement de la publicité sur les boissons alcooliques jusqu’à la vider la loi Evin de son sens, l’ensemble des associations sur le champ des addictions (1) écrivent au président de la République et au Premier ministre pour dénoncer cette mesure.

En effet, malgré une situation sanitaire alarmante, dont l’InVS confirmait encore récemment la gravité ainsi que les conséquences sur les dépenses de santé, le gouvernement a choisi, par un amendement à la loi Macron, de stimuler la consommation de toutes les boissons alcooliques en autorisant pour leur publicité l’accès aux contenus incitatifs et à l’ensemble des medias, y compris la télévision et le cinéma, et ce sans aucune protection pour la jeunesse. Cette ouverture permise à la publicité pour les alcools aura mécaniquement un impact à la hausse sur la consommation, et notamment sur la consommation des jeunes qui sont davantage sensibles à la pression publicitaire. Les conséquences sanitaires et sociales sont malheureusement tout à fait prévisibles.

C’est pourquoi les associations et sociétés savantes sur le champ de la prévention des risques et de la réduction des dommages sanitaires et sociaux liés à l’alcool et aux conduites addictives demandent à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, une véritable mobilisation et l’élaboration d’un Plan national de réduction des dommages sanitaires et sociaux dus à la consommation d’alcool, deuxième cause de mortalité prématurée et évitable dans notre pays. »

 Désavouée 

C’est donc une nouvelle action de santé publique qui commence ; une entreprise assez passionnante. Peut-être pourrait-on d’ores et déjà, dans la foulée, envisager un « Programme national de réduction de l’alcoolo-tabagisme » ? Quel politique pourrait, en toute logique, s’y opposer ?

Pour l’heure nous sommes en démocratie. La loi Macron est votée mais rien n’interdit au président de la République, au Premier ministre, de répondre de manière argumentée aux attaques virulentes dont ils font l’objet pour ce qui est de la loi Evin – une loi profondément socialiste, rocardienne, à laquelle ils ont eu, l’un et l’autre, la faiblesse de dire qu’ils y étaient attachés. Et rien n’interdit non plus à Marisol Touraine de répondre publiquement au courrier que les professionnels de la lutte contre les addictions viennent de lui adresser.

Claude Evin

La ministre de la Santé avait courageusement pris publiquement parti contre cette disposition de la loi Macron. Si rien ne devait être fait en matière de « Plan national de réduction des dégâts dus à l’alcool » Marisol Touraine se sentirait-elle désavouée ? Avec quelles conséquences ? Et, un quart de siècle plus tard, que pense le rocardien Claude Evin de l’actuelle gauche de gouvernement ?

A demain

 (1) Il s’agit de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) : www.anpaa.asso.fr , de l’Automobile Club Médical de France (ACMF) : https://www.acmf.asso.fr , de l’APPRI , d’Avenir Santé, de CAMERUP : http://www.camerup.fr/  du Collège Professionnel des Acteurs de l’Addictologie Hospitalière (COPAAH) : http://copaah.e-monsite.com/, du Collège Universitaire National des Enseignants en Addictologie (CUNEA), d’Emevia : http://www.emevia.com/, de la Fédération Addiction : http://www.federationaddiction.fr/, de  Fédération Alcool Assistance : www.alcoolassistance.net , de la Fédération Française d’Addictologie (FFA) : www.addictologie.org, de la  Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) : http://www.mutualite.fr/, du Fonds Actions Addictions – http://actions-addictions.org , de la Ligue Contre la Violence Routière, de La Mutuelle Des Etudiants (LMDE) : www.lmde.com, de la Société Française d’Addictologie  www.sfalcoologie.asso.fr, de la Société Française de Santé Publique  www.sfsp.fr  et de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire  http://www.ufsbd.fr/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s