Résurgence du tétanos en France: la piste bien dérangeante du «certificat de complaisance»

Bonjour

Tours, 21 juillet 2015. Standard téléphonique toujours en carafe au Palais de justice. Mais, après une insupportable fin de non-recevoir masculine le 16 juillet, voici Cécile Ancelin, substitut du procureur de la République qui nous reçoit avec une courtoisie citoyenne. Officiellement le parquet de Tours indique qu’une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer si l’enfant souffrant de tétanos et toujours en réanimation pédiatrique à l’hôpital Gatien-de-Clocheville a bien été vacciné contre cette maladie pratiquement disparue en France.

On indique, de bonne source, que le parquet a été informé par un signalement du CHU en date du 3 juillet émanant de trois médecins spécialistes responsables de la prise en charge de cet enfant.

Information contre X

Il est acquis que le carnet de santé de l’enfant, âgé de huit ans, comporte bien la mention des trois vaccinations obligatoires (tétanos, diphtérie poliomyélite) – et le nom du pédiatre tourangeau concerné. « Je ne dispose pas encore d’éléments pour dire s’il s’agit ou non d’une anomalie biologique  d’un organisme qui ne réagirait pas à la vaccination, nous a déclaré Cécile Ancelin. Je n’ai pas plus d’éléments pour dire si le lot vaccinal présentait ou non un défaut. Ou si la vaccination n’a, en réalité, pas été pratiquée alors qu’elle est obligatoire. Des investigations sont en cours. En toute hypothèse j’ouvrirai sous peu une information judiciaire contre X et confierai le dossier à un juge d’instruction qui conduira la suite de l’enquête. Cette maladie devrait être éradiquée puisque la vaccination est obligatoire. Des sanctions pénales sont prévues en cas d’absence délibérée de vaccination. »

La substitut du procureur dit ne pas être informée des données biologiques établissant l’absence des anticorps antitétaniques dont la production est systématiquement induite par la vaccination. Il en va de même des anticorps antidiphtériques.

Techniquement impossible

A Orléans le standard de  l’hypothétique Agence Régionale de Santé (ARS) du Centre est en dérangement et la direction du CHU de Tours ne souhaite pas communiquer sur le sujet. La Nouvelle République du Centre Ouest reste assez laconique. A Paris, interrogée, la Direction Générale de la Santé ne souhaite pas, pour l’heure, prendre la parole.

Sur le site Egora.fr le Pr Jean-Paul Stahl, chef du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Grenoble, affirme : « cette absence d’anticorps est techniquement impossible. Je pense que ce garçon n’a pas été vacciné. Ou alors, il faudrait qu’il soit extrêmement immunodéprimé, et encore ». « Même si l’enfant n’a pas reçu les rappels, il devrait y avoir une trace de vaccination. « La piste du certificat de complaisance semble la plus plausible » explique-t-il. Une hypothèse pleinement partagée par ses confrères tourangeaux.

Fratrie en urgence

L’Institut médico-légal aurait été commis pour examiner l’enfant. Sa fratrie aurait été vaccinée en urgence. L’enfant est toujours hospitalisé en soins intensifs. A la différence du cas, récent et mortel, de diphtérie en Espagne personne, à Tours, ne revendique un refus de vaccination.

A demain

Une réflexion sur “Résurgence du tétanos en France: la piste bien dérangeante du «certificat de complaisance»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s