Vincent Lambert : l’Elysée et la ministre de la Santé ont-ils pesé sur les derniers développements de l’affaire ?

Bonjour

Les « affaires » ont cette caractéristique bien particulière de laisser entrevoir des rouages habituellement dissimulés. C’est ce qui fait leur charme, c’est ce à quoi on les reconnaît, ce qui permet de les classer. Il en va de même, à une autre échelle, des « crises », qu’elles soient amoureuses, financières ou sanitaires. Les émotions pluriquotidiennes qui naissent de la tragédie que vit aujourd’hui la Grèce sont-elles, au fond, étrangères à celles que l’on pouvait vivre, jadis, à Delphes ? Disons que les réseaux sociaux et/ou Jean-Luc Mélenchon ont remplacé le coryphée.

Théâtre

Depuis mai 2013 l’ « affaire Vincent Lambert » dévoile, elle aussi, des rouages invisibles mais aussi des mécanismes pressentis. Depuis quelques heures le dévoilement se fait plus rapide du fait du « coup de théâtre » vécu hier 23 juillet 2015. A l’hôpital Sébastopol de Reims on attendait le verdict du Dr Daniela Simon – un résultat tenu pour acquis par la quasi-totalité des acteurs et des observateurs : une « procédure collégiale » qui annoncerait le début de la mise en place d’un « processus de fin de vie ». Et, dans quelques semaines l’annonce de la mort de Vincent Lambert par dénutrition et déshydratation sans soute associée à une discrète sédation.

Serein

C’était écrit et cela ne se fit pas. On en sait l’explication (hospitalière) officielle :

« Communiqué de presse – 23 juillet 2015

 Le 8 juillet 2015, le médecin en charge de Vincent Lambert a décidé de mettre en place une nouvelle procédure collégiale autour du patient et en a informé les représentants de sa famille. Dans ce cadre, l’évaluation de Vincent Lambert a conduit à constater que la situation clinique était comparable à celle qui avait été rapportée par les experts mandatés par le Conseil d’Etat.

Les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires à la poursuite de cette procédure, tant pour Vincent Lambert que pour l’équipe soignante, ne sont pas réunies.

En conséquence, le médecin en charge de Vincent Lambert a décidé de suspendre la procédure collégiale placée sous sa responsabilité. Les conditions d’un échange serein doivent absolument être rétablies dans l’intérêt de Vincent Lambert et de son accompagnement. »

Croire

Un communiqué à en-tête du CHU mais un texte non signé, ne renvoyant qu’au « service de communication » de l’établissement hospitalier. Comment comprendre ce qui a pu se jouer en amont de cette publication, en amont du « coup de théâtre » ? Comment des médecins pleinement conscient de l’enjeu de leurs actes ont-ils pu être conduits à interrompre une « nouvelle procédure collégiale » entamée le 8 juillet et pour laquelle ils avaient convoqué la famille de leur malade ? Qui a pesé ? Faut-il croire à l’explication officielle des « menaces »- thèse reprise et amplifiée par Laurent Joffrin dans Libération qui évoque une « phalange intégriste catholique » ? Pourquoi pas, mais pourquoi ne pas donner des preuves, pourquoi se satisfaire de la circulation de rumeurs elles-mêmes nourries du laconisme officiel ?

Admirable

Le Figaro (Delphine de Mallevoüe) de ce jour évoque  une Dr Daniela Simon « consciente des enjeux » qui aurait été « poussée à ses dessaisir  sur les conseils déontologiques de sa hiérarchie et/ou d’instances éthico-médicales ». Cette formulation est admirable. Ce n’est pas tout. Le médecin chef de service où est hospitalisé Vincent Lambert  aurait aussi pu être « poussée à se dessaisir par le procureur lui-même qui l’aurait ‘’alertée des aboutissants juridiques d’une telle plainte’’ ». Où l’on voit qu’un médecin peut être entouré quand il s’agit d’un sujet qui le dépasse. »

Clou

Reims n’a jamais été loin de Paris. Le Monde (François Béguin) daté de demain 25 juillet enfonce le clou journalistique et républicain :

« Comment expliquer cette absence de décision du docteur Simon ? Est-ce un choix de ne pas trancher dans cette querelle familiale ? Ou en raison des menaces professées à son encontre ou à ses proches, comme elle le dit ? La crainte d’une décision défavorable de la justice administrative, comme l’écrivent les avocats des parents ? Ou, enfin, des  » conseils  » l’invitant à temporiser ?  » Je l’ai sentie très tendue, comme si on lui avait imposé d’aller en ce sens, il y a dû y avoir des pressions du dessus « , raconte David Philippon, le demi-frère de Vincent Lambert.  » On a pu lui souffler la réponse, avance lui aussi Laurent Pettiti, l’avocat de Rachel Lambert.  Lors de la première réunion, elle avait l’air assez sûre d’elle et, quelques jours après, on s’aperçoit qu’elle a changé d’avis. Je ne pense pas que ce soit lié aux menaces, elle avait l’air de n’avoir peur de rien.  » »

Réel

Enquêter à Paris ?  Il faudrait interroger la ministre de la Justice pour savoir si des conseils ont été donnés au procureur de la République de Reims. Puis contacter le ministère de la Santé où l’on sait que Marisol Touraine (ministre de tutelle) suit l’affaire dans le détail et en temps réel. Au ministère on a assuré au Monde  qu’il n’y avait eu « aucune intervention »  auprès du CHU de Reims. Entendre qu’il et qu’il s’agit d’une « décision médicale qui relève de l’équipe soignante de Vincent Lambert ». Une équipe soutenue par Mme Touraine dans la mesure où elle « travaille depuis des mois dans un climat extrêmement difficile. »

Jamais

David Philippon évoque pour sa part la rencontre de Viviane Lambert [la mère de Vincent] avec le Pr Olivier Lyon-Caen, spécialiste réputé de neurologie (groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière) et depuis mai 2012 « conseiller santé » de François Hollande. Cette rencontre (organisée le 2  juillet au Palais de l’Elysée)  aurait, selon lui, « certainement joué un rôle ». Qui croire ? A l’Elysée, on a indiqué au Monde que le Pr Lyon-Caen a « écouté » Mme Lambert mais « n’a jamais eu la moindre intervention ni auprès du CHU ni auprès de l’équipe médicale ».

Faut-il, dès lors, imaginer des interventions à d’autres niveaux ? On n’imagine pas le nombre et l’efficacité des rouages habituellement dissimulés.

A demain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s