Cannabis : la police saisit six tonnes de résine à Vitrolles. Le président de la République se réjouit.

Bonjour.

Applaudissements soutenus du gouvernement. Félicitations appuyées du président de la République. Un record. Dimanche 26 juillet a mis la main sur près de six tonnes de résine de cannabis destinées à la région marseillaise. D’abord 150 kg lors d’une transaction en flagrant-délit, puis 5,6 tonnes lors d’une perquisition dans une villa à Vitrolles. Comme dans un film genre Gabin-Melville.

Sur le vif

Les coulisses sont racontées : près de vingt policiers de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) ont travaillé des mois sur cette affaire, «24 heures sur 24 ces dernières semaines», a précisé devant la presse Patrick Laberche l’adjoint au chef de l’OCRTIS

Comme dans un film en noir et blanc : la drogue, arrivée du Maroc par ferry avant de passer par l’Espagne par voie terrestre, est arrivée il y a quelques jours, a-t-il raconté. Ces jours ont été mis à profit par les policiers pour organiser une surveillance. Puis, dimanche, saisissant sur le vif une transaction, ils sont passés à l’action: deux personnes interpellées et une première belle saisie: 150 kg.

Ici et maintenant

Ce n’était qu’un début : en suivant le convoi, ils avaient déjà localisé une villa, à Vitrolles. C’est là qu’ils ont interpellé un troisième homme et découvert une quantité record de cannabis. Pour moitié, une résine de qualité correcte, d’une valeur de 1.500 à 2.000 euros le kilo, et l’autre moitié, d’une qualité supérieure très recherchée à 4.000 euros le kg, soit une valeur totale estimée à presque 15 millions d’euros. Nul ne sait si, quand, où et comment ces quinze millions d’euros seront détruit. BFMTV-RMC sera-t-elle conviée à assister ?

Pourquoi ici et maintenant ? «Ce point de stockage intermédiaire avait été privilégié par une équipe,  probablement en fonction des ramifications à suivre. Peut-être une redistribution sur les quartiers marseillais, une possible montée en Ile-de-France d’une autre partie, et peut-être aussi un acheminement vers un pays étranger, du côté de la Côte-d’Azur», estime Patrick Laberche. Local ou international c’est dans tous les cas, un «coup porté au trafic». D’abord un coup «économique», mais c’est un coup «plus commercial»: «La confiance dont disposait l’équipe qui était chargée de sécuriser la remontée du produit et sa distribution perd beaucoup en légitimité.» Comme dans certains films de Melville.

 Trafics et logistiques

«Ces équipes, il est intéressant de les fragiliser, parce qu’on met un terme à leur activité», juge le commissaire divisionnaire.  Après, les fournisseurs qui sont au Maroc, ont encore de la marchandise disponible.» Il leur faudra trouver de nouveaux circuits commerciaux. En France ou ailleurs. Pour ce qui est de Vitrolles les policiers français estiment avoir  mis la main sur des trafiquants d’une certaine envergure. «On les a surveillés, on les a vu travailler, ils travaillent très, très bien. Ce sont des gens très sûrs, aguerris, qui ont un rôle de logisticiens. Chacun, désormais, a sa spécialité » explique l’adjoint au chef de l’OCRTIS.

Ce n’est pas tout. « Le succès de l’opération policière a conduit François Hollande et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve à ajouter à leur visite lundi 27 juillet dans le Var une étape supplémentaire à Marseille, pour féliciter les enquêteurs » précise l’AFP. « C’est une prise considérable (…) et c’est un trafic qui, dans les prochaines semaines, va se trouver démantelé», s’est réjoui le président de la République, saluant la prise «la plus spectaculaire depuis cinq ans».

Incohérences

Il faut néanmoins relativiser : cette saisie représente environ 2% de la quantité de cannabis nécessaire pour satisfaire la demande française. Cette demande est estimée, par les autorités, à 300 tonnes annuelles. La plus grosse prise française date de 1999 : 23,5 tonnes de cannabis avaient été saisies dans le port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

«Ici, à Marseille, le résultat est particulièrement impressionnant, dans tous les domaines de la lutte contre la violence et de la délinquance. C’est la raison pour laquelle les moyens ont été mis et les résultats sont là», a aussi déclaré le chef de l’Etat.

Pour une lecture plus politique de la question du cannabis et de la dépénalisation de sa consommation, de sa commercialisation et de sa production on peut se reporter au site de Terra Nova, le think tank socialiste et au fameux rapport « Réguler le marché pour sortir de l’impasse » qui avait fait tant de bruit en décembre dernier. . Il expliquait comment l’Etat pouvait, avec le cannabis, se faire de l’argent. Pour la question du tabac, voir le Programme national de réduction du tabagisme.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s