Xylella fastidiosa : Paris vole au secours de la Corse dont les clémentines ne sont pas menacées

Bonjour

Tout d’abord une information (1). Aux prises avec bien des difficultés dans les pays d’élevage, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (par ailleurs Porte-parole du Gouvernement) a trouvé, aujourd’hui, le temps d’un déplacement en Corse. Objet : Xylella fastidiosa dont un foyer vient d’être identifié dans l’île. C’était le 21 juillet dans  dans la station balnéaire de Propriano (Corse-du-Sud).

Un demi-million d’euros

« Stéphane Le Foll annonce des moyens exceptionnels et diligente une mission d’expertise en Corse » viennent de faire savoir à la presse les services de M. Le Foll. En pratique, depuis Sartène, le ministre  a annoncé qu’une première aide de 400.000 euros allait être mise à la disposition des services de l’Etat en Corse, ainsi que 100.000 euros pour la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon).

Depuis le début le gouvernement français prend l’affaire très au sérieux. « Le ministre, qui avait assisté dans la matinée à Bonifacio aux contrôles de véhicules débarquant de Sardaigne, a ajouté qu’ils allaient être renforcés et que les dérogations à l’importation de végétaux allaient être encore limitées, précise l’Agence France Presse (Pierre Lafranchi). La préfecture de Corse avait annoncé, en avril, l’interdiction d’importer dans l’île plusieurs centaines de végétaux pouvant servir de vecteur à la Xylella fastidiosa. »

Arracher et brûler

Cet agent pathogène (transportée par des insectes piqueurs et suceurs) a pour cible potentielle près de deux cents végétaux  dont la vigne, le clémentinier et l’olivier, cultures emblématiques de l’Ile de Beauté. Dans les Pouilles italiennes cette bactérie a déjà dévasté plusieurs centaines de milliers d’hectares d’oliveraies.Le seul moyen de lutte est la destruction (précoce et systématique) des végétaux infectés et de ceux, voisins, pouvant l’être  : arrachage, puis incinération.

M. Le Foll s’est rendu en zone infectée dans un rayon de cent mètres autour de la haie de la grande surface, où un plant de polygale à feuilles de myrte contaminé a été découvert. Il a aussi inspecté la zone tampon de 10 km où des spécialistes prélèvent et analysent divers végétaux.

Non à la psychose

« Les productions agricoles, comme notamment la clémentine, ne sont en rien menacées et il ne faut pas céder à la psychose, a assuré M. Le Foll. Mais nous devons être cohérents et bien nous coordonner pour conduire ensemble le plan de bataille contre la bactérie avec les collectivités locales. N’anticipons pas toujours le pire. » Il s’est enfin engagé à être « le plus transparent possible » et « à bien informer la population ».

Le collectif « anti Xylella Fastidiosa » ne l’entend pas de cette oreille. « Composé d’agriculteurs et d’élus (généralement nationalistes) il reproche à l’Etat français son « inertie » face, selon lui, à un risque de catastrophe environnementale et économique majeure, résume l’AFP. Il demande notamment le blocus complet de l’île à l’entrée de tout végétal venu notamment d’Italie. » Un blocus ? A Paris on pense que cela pourrait être interprété comme une déclaration de guerre à l’Italie. Mille ans précisément après Marignan.

A demain

(1) C’est une Xylella fastidiosa multiplex. Jeudi  30 juillet le ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a été informé par le laboratoire national de référence des premières analyses de typage de la bactérie Xylella fastidiosa détectée en Corse sur des polygales à feuille de myrte. Or la bactérie présente dans les échantillons de la région de Propriano appartient à la sous-espèce multiplex, totalement différente de la sous-espèce pauca identifiée en Italie.

Les plantes pour lesquelles les résultats de recherche de la bactérie sont positifs sont toutes des polygales à feuille de myrte issues du même lot implanté sur l’île en 2010. Tous les autres prélèvements effectués sur des végétaux, avec ou sans symptômes, autour du premier plant découvert infecté, ont abouti à des résultats négatifs à ce jour.

La mission d’expert qui sera dépêchée la semaine prochaine permettre de préciser les choses.

Une réflexion sur “Xylella fastidiosa : Paris vole au secours de la Corse dont les clémentines ne sont pas menacées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s