Athlétisme-leaks (2) : aux JO, le CIO appliquera le principe de la «tolérance zéro». On ne rit pas.

Bonjour

« Athlétisme-leaks » J+2. Depuis Kuala Lumpur Thomas Bach a rugi : « S’il y avait des cas concernant des résultats aux Jeux olympiques, le CIO appliquerait le principe de tolérance zéro ». C’était l’heure où les lions allaient boire. Thomas Bach est le président du Comité International Olympique. Il a 61 ans et c’est un ancien champion olympique de fleuret moucheté. C’est aussi un Allemand.  Thomas Bach, depuis Kuala Lumpur, rugissait après les nouvelles accusations de dopage dans l’athlétisme lancées dans un documentaire de la télévision allemande ARD.

Thomas Bach

Puis Thomas Bach s’est calmé : « Mais, pour le moment, il n’y a rien de plus que des allégations et nous devons respecter la présomption d’innocence ». Peu avant lui, Lamine Diack avait menacé. Lamine Diack, 82 ans est Sénégalais. Il est le président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), par ailleurs membre honoraire du CIO. Il avait mis en garde contre « une volonté de redistribution de médailles, faisons-y attention ».

Rappelons les révélations de la chaîne allemande ARD et du Sunday Times : l’analyse d’une base de données biologiques de 12 000 échantillons sanguins (détenue par l’IAAF) laisse entendre que sur 5 000 athlètes testés entre 2001 et 2012, 800 présenteraient des valeurs sanguines « suspectes ou hautement suspectes ». Sur les 146 médaillés mondiaux ou olympiques de 2001 à 2012, du 800 mètres au marathon, un tiers présenteraient des valeurs suspectes. Hier 2 août, l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) s’était dite « très inquiète » (voir Slate.fr).

Lamine Diack

Lamine Diack quitte aujourd’hui Kuala Lumpur pour le Costa-Rica. Il a eu le temps de donner un entretien à l’envoyé spécial de L’Equipe (Mark Ventouillac) en Malaisie pour couvrir la session du CIO. L’homme a besoin de récupérer avant de parler depuis sa suite qui surplombe un gigantesque parc public de KL. Les données biologiques de l’IAAF sont entre les mains de journalistes allemands et britanniques ? La justice sera saisie car ces données sont confidentielles… 146 médaillés avec des critères douteux ? Cela lui semble un peu léger… Qu’est-ce, d’ailleurs, qu’un paramètre sanguin douteux ? L’IAAF n’a jamais étouffé les cas douteux… L’IAAF n’a pas le droit de publier les données que publie la presse… Les Fédérations d’athlétisme du Kenya et de Russie ont des problèmes qu’elles doivent régler. S’il est vraiment prouvé qu’elles cachent systématiquement le dopage elles seront bannies. Si non, non.

Ethique et Monaco

Lamine Diack ajoute qu’après la première enquête d’ARD en décembre dernier il a créé une « commission d’éthique indépendante » composée de très hautes personnalités. Elles travaillent et elles sont libres. Il ne peut donc pas les presser. Il leur fait confiance. Elles sont déjà venues à Monaco, au siège de l’IAAF. Elles ont interrogé qui elles voulaient. Elles n’ont pas demandé à entendre Lamine Diack. Bientôt Lamine Diack sera à Pékin, pour les très attendus « Mondiaux d’athlétisme » (du 22 au 30 août). A Kuala Lumpur il a réfléchi : il ne choisira pas, pour lui succéder,  entre Sebastian Coe et Serguei Bubka. Il n’a pas dit pourquoi.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s