Dopage athlétique et tête dans le sable : l’organisateur du spectacle crie au «sensationnalisme médiatique »

Bonjour

On l’attendait la voici : la réponse en forme de déni. Non pas des révélations mais de simples allégations. La chaîne de télévision allemande ARD et le quotidien britannique Sunday Times n’ont pas mis en évidence une épidémie chronique de dopage dans le monde de l’athlétisme et plus particulièrement des courses de fond (voir notre chronique sur Slate.fr). Ils n’ont fait que jeter  une insidieuse suspicion sur un sport jadis roi devenu spectacle doré sur tranche de platine iridié. Ce sont là des initiatives « sensationnalistes et trompeuses » vient de crier la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), dans un communiqué destiné à la presse et que l’on peut lire ici.  On trouvera d’autre part ici la très bonne synthèse que fait la BBC de ce sujet.

Suspicions

« La suspicion seule n’est pas une preuve de dopage » tonne l’IAAF. Ce qui n’est pas faux mais qui ne saurait, non plus, dispenser de présenter un alibi. L’objet du délit potentiel est constitué des résultats biologiques obtenus sur les échantillons sanguins de 800 athlètes – des résultats donnant des valeurs « suspectes ou hautement suspectes ». Selon la chaîne allemande et le journal britannique  cette suspicion concernerait environ un tiers des 146 médaillés « mondiaux » ou « olympiques » de 2001 à 2012 du 800 m au marathon. Et la seule chose qui gêne véritablement l’IAAF tient au fait que ce médailles puissent devoir être rendues par les titulaires et remises à d’autres athlètes (les suivants) sont rien, d’ailleurs, ne prouvent qu’ils ne sont pas, eux non plus, dans le péché.

« Les résultats auxquels il est fait référence ne sont pas des contrôles  positifs et d’ailleurs à la fois ARD et le Sunday Times admettent que leurs évaluations de ces données ne valent pas preuve de dopage » se défausse, mollement, l’IAAF. Les deux médias fondaient leurs accusations sur 12.000 échantillons sanguins prélevés entre 2001 et 2012 et concernant 5.000 athlètes – soit une « base de données » qui existe bel et bien et qui est détenue par l’IAAF. Ils citaient deux chercheurs australiens, Michael Ashenden et Robin Parisotto (spécialistes, notamment, de la détection de l’EPO). Selon eux le dopage dans l’athlétisme serait aujourd’hui devenu une forme d’équivalent de ce que le cyclisme a connu il y a plusieurs années (sans que l’on puisse ici véritablement utiliser complètement le mode passé).

Hématologue-leader

Pour Robin Parisotto l’athlétisme est « entre dix et quinze ans » derrière le cyclisme. L’IAAF a son propre expert en défense : le Pr Giuseppe D’Onofrio, présenté comme l’un des leaders mondiaux en matière d’hématologie. « Il n’y a pas de place pour les raccourcis, les approches simplistes ou le sensationnalisme quand la réputation et la carrière des athlètes est en jeu » a déclaré M. D’Onofrio. Ce qui n’est pas faux mais qui ne répond pas à la question posée.

Après les accusations d’ARD et du Sunday Times l’Agence Mondiale Antidopage s’était déclarée « très inquiète ». Ce qui n’est pas fait pour rassurer, sur son canapé, le spectateur des Mondiaux d’athlétisme programmés pour dans trois semaines. Dopée ou pas la crème des athlètes se retrouvera dans le Nid d’oiseau des JO 2008.

Les spectateurs sur canapés peuvent toutefois se rassurer le patron du Comité international olympique, Thomas Bach, vient de faire savoir que son organisation appliquerait un principe de « tolérance zéro » en matière de dopage. Les prochains JO ? Ce sera l’an prochain, à Rio de Janeiro. Puis pour ceux de 2022 nous serons à nouveau à Pékin. Les canapés seront toujours là, mais le dopage, alors, aura été vaincu.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s