Mediator® et Légion d’honneur. Irène Frachon marque un point contre contre Henri Nallet

Bonjour

C’est un match commencé  le 16 juillet dernier. Qui a rebondi le lendemain sous la forme d’un courrier adressé au président de la République.  Puis rebondi encore le 21 juillet.  Nous sommes le 5 août et le premier point vient d’être marqué, contre l’ancien ministre Henri Nallet. Ce n’est pas un match strictement politique : Le Figaro et Libération sont dans le même camp.

Salarié

Henri Nallet, ancien responsable socialiste de haut grade, ancien ministre sous François Mitterrand, ancien garde des Sceaux, ancien collaborateur de Jacques Servier, directeur-fondateur des Laboratoires Servier, créateur-vendeur du Mediator ®. Henri Nallet distingué par le ministre de l’Agriculture porte-parole du gouvernement. Henri Nallet qui avait aidé à la création des Restos du cœur

De juin 1997 à décembre 2008, l’ex-garde des Sceaux a, aussi,  été salarié des Laboratoires Servier. Il y a successivement été  directeur chargé du développement international,  directeur général (affaires extérieures et communication), directeur des affaires européennes de conseiller du président. Puis vint l’affaire du Mediator® . Affaire médicale, affaire statistique, affaire médiatique, affaire judiciaire.

Rémunéré

« Les magistrats en charge de l’instruction ont découvert qu’il avait reçu [de juin 1997 à décembre 2008] une rémunération totale de 2,7 millions d’euros, soit 20 000 euros par mois, rappelait en juillet Le Figaro. Puis, de 2009 à avril 2013, il a été consultant du groupe Servier pour une rémunération totale de 812 000 euros, soit 15 600 euros par mois. « En décembre 2013, au moment de son audition, Henri Nallet était toujours rémunéré par Servier : 110 000 euros hors taxes par an pour six jours de travail par mois » pouvait-on lire dans Libération. L’ancien garde des Sceaux a, ici, eu le statut de témoin assisté.

Libération rapportait les réponses aux juges de M. Nallet sur son rôle dans le groupe pharmaceutique : «Mon travail, c’était d’avoir des contacts réguliers avec le président, M. Servier, que je rencontrais très fréquemment et avec lequel j’échangeais sur les questions communautaires et internationales. »

Vérifié

Interrogée par l’AFP, le Dr Irène Frachon avait fait part de son indignation : « La Légion d’honneur est donnée pour des actions méritantes pour l’intérêt général. Or, Nallet a défendu les intérêts privés d’un laboratoire qui est un labo criminel. »  Puis l’avocat des victimes du Mediator® avait annoncé qu’il allait déposer un « recours gracieux » auprès du président de la République pour qu’il « suspende » cette décoration et ordonne une enquête « pour vérifier les conditions » de son attribution. Il s’agit ici de Me Charles Joseph-Oudin [voir son portrait sur Slate.fr].

Plus précisément Me Joseph-Oudin a annoncé qu’il allait saisir François Hollande, au nom de cinq victimes, selon l’article R49 du code de la Légion d’honneur (1), la réception par M. Nallet de sa décoration et pour qu’il ordonne une enquête pour vérifier que les conditions de cette promotion sont réunies.  Face à lui Me Yves Baudelot, le défenseur de Henri Nallet (qui préside la Fondation Jean Jaurès, proche du PS) met en garde contre les amalgames. «Les juges d’instruction ont considéré qu’il n’y avait pas matière à mettre Henri Nallet en examen. Je vois mal, dans ces conditions, ce qui peut justifier les demandes des victimes du Mediator® » avait-il déclaré sur RTL.

Informé

Aujourd’hui 5 août 2015. Toujours bien informé sur ce dossier Le Figaro (Anne jouan) révèle que le Grand Chancelier de l’ordre a suspendu la nomination de l’ancien ministre. « Selon nos informations, Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de la Légion d’honneur, a bien compris les  »réactions suscitées par la présence de M. Henri Nallet sur le décret du 13 juillet portant promotion et nomination dans l’ordre de la Légion d’honneur »» écrit Le Figaro

.Cela reste une procédure rarissime, explique encore  Le Figaro puisque ces vérifications sont censées avoir lieu avant la prise de décision. Et de citer un haut fonctionnaire anonyme qui commente cette décision d’un laconique : « Elle signifie qu’ils sont bien ennuyés. »

On ne demandera pas au Figaro de citer ses sources. On regrettera peut-être que certains hauts fonctionnaires, déjà protégés de tout, le soient aussi par l’anonymat

A demain

(1) Article R49 « La réception est différée s’il se révèle, après publication du décret de nomination ou de promotion, que les qualifications du bénéficiaire doivent, dans l’intérêt de l’ordre, être à nouveau vérifiées. S’il se confirme après enquête que l’intéressé ne possède pas les qualifications requises, il peut être décidé par décret qu’il ne sera pas procédé à la réception ».

Une réflexion sur “Mediator® et Légion d’honneur. Irène Frachon marque un point contre contre Henri Nallet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s