Irène Frachon : «Le scandale du Mediator® c’est le silence des médecins, des sociétés savantes, de l’Académie de médecine»

Bonjour

Faut-il ne pas savoir finir une guerre ? La pneumologue Irène Frachon, 52 ans, poursuit la sienne – une guerre « qu’elle n’a pas choisie » et qui pourrait bien la ruiner.  Hier la Légion d’honneur pré-dégrafée chez Henri Nallet. Aujourd’hui RTL, les avocats des Laboratoires Servier, les médecins, les sociétés savantes, l’Agence du médicament … Jusqu’à l’improbable Académie nationale de médecine. Que se passe-t-il ?

Sur le fil des agences le Dr Frachon (CHU de Brest) est généralement présentée comme « celle qui a mis au jour en 2007 le scandale du Mediator® ». 2007 : soit bien avant que l’on ne cherche à fonctionnariser les lanceurs d’alerte. Huit ans plus tard, le Dr Frachon a acquis une sorte de légitimité inoxydable.

Cathédrale

Jeudi 6 août 2015 elle est au micro de RTL dans la section « Drôles de rencontres ». Nous sommes près parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. 6’09’’, diction ultra-rapide, indignation à flux tendu, dénonciations confraternelles en rafale.   On sent le journaliste (Cyprien Cini) comme dépassé par la vitesse, par la violence à peine contenue.

Irène Frachon est aujourd’hui « en contact permanent avec des centaines et des centaines de victimes ». Elle dénonce notamment les avocats des Laboratoires Servier face aux demandes d’indemnisation de ces dernières.

« Ils savent faire feu de tout bois avec un cynisme et une cruauté qui dépassent l’entendement (…) Dans des dossiers caricaturaux, où on a la preuve de tout, de la prise [du Mediator®], du dommage, du drame, ils contestent tout (…) Si vous avez des ordonnances ils vont considérer que ce n’est pas assez, une intervention à cœur ouvert, c’est une promenade de santé (…) quand les victimes reçoivent les contestations de Servier, ele prennent des calmants, elles ont envie de sauter par la fenêtre, elles me l’ont dit plusieurs fois, il y a parfois des des documents [de Servier] tellement violents pour les victimes que parfois on décide avec leurs avocats de ne pas leur montrer pour ne pas les détruire complètement. »

Complicité des médecins

Quand elle a vu, au départ, que le pouvoir politique prenait son relais elle pensait que le job était fait.

« En réalité on n’y arrive pas du fait du silence des médecins, de la complicité des médecins. La justice est empêtrée par les tentatives d’asphyxie des avocats de Servier, ça va prendre du temps (…) Qui peut intervenir ?  Ce sont les médecins parce que c’est leur devoir déontologique. Ils doivent protéger leurs patients ls doivent rompre leur lien avec Servier tant que ce problème n’est pas résolu. Il ne s’agit pas de prendre la place de la justice, il ne s’agit pas de mettre Servier en taule, il s’agit de dire ‘’il y a des patients qui ont souffert, il faut les indemniser, ce n’est qu’à cette condition qu’on continuera à travailler avec vous’’. »

Charnier

« Aujourd’hui le scandale du Mediator®  c’est le silence des médecins, c’est le silence des sociétés savantes, le silence de l’Académie de médecine. Je ne l’accepte pas, je ne pardonnerai jamais à mes pairs. » Irène Fracho attaque aussi l’Agence du médicament ; on a voulu la faire taire. Elle ne s’arrêtera pas. « Quand vous découvrez un charnier, qu’est-ce que vous faites ? »

L’enquête judiciaire est terminée depuis avril 2014, mais il n’y a toujours pas de date de procès fixée à ce jour. Le groupe pharmaceutique Servier  est accusé de retarder le procès. « [Le juge] Pascal Gand a mené son instruction au pas de course avec la volonté de protéger les intérêts de l’Etat, déclarait il y a quelques jours au Monde MFrançois de Castro, l’un des avocats de Servier. Nous ne cesserons de dénoncer ce dysfonctionnement qui consiste à ne désigner qu’un mouton noir et à épargner l’Agence du médicament. »  Cette dernière est mise en examen pour « homicides et blessures involontaires », mais pas pour «tromperie».

Dans cette affaire tentaculaire, avec d’innombrables acteurs, la justice dira-t-elle un jour qui a vraiment trompé qui ? Qui aurait protégé qui ? Et pourquoi ?

A demain

2 réflexions sur “Irène Frachon : «Le scandale du Mediator® c’est le silence des médecins, des sociétés savantes, de l’Académie de médecine»

  1. C’est surprenant de dénigrer le docteur Frachon sur des arguments de formes (débit rapide, violence contenue), ou pire, ad hominem (légitimité inoxydable). On peut ne pas apprécier le médecin Frachon, mais on ne peut lui retirer la fierté d’avoir dénoncer la tromperie d’un laboratoire aidée du silence (complice?) de nombreux experts.

    • Bonjour
      Aucun « dénigrement ». Des faits. « Légitimité inoxydable »: légitimité qui résiste au temps. Il ne s’agit nullement d' »apprécier » ou de ne « pas apprécier », pas plus que de « retirer la fierté » de ce médecin. Des faits, juste des faits.
      J.-Y. N.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s