Xylella fastidiosa : en Corse, l’Etat demande de dénoncer les charlatans et leurs faux traitements. RAS sur le continent

Bonjour

La peur est mauvaise conseillère – en Corse plus qu’ailleurs. Heureusement l’Etat français veille, qui demande de raison garder. Le préfet de Corse-du-Sud vient ainsi de lancer l’alerte – la Corse où l’on a découvert la présence (fin juillet, à Propriano) de la bactérie Xylella fastidiosa. Depuis l’annonce de la présence de ce pathogène les scientifiques spécialistes des pathogènes végétaux sont au travail, tout comme les services déconcentrés de l’Etat. C’est aussi le cas des charlatans qui, comme toujours, trouvent dans une situation fortement anxiogène une nouvelle source, inattendue, de revenus.

« Depuis la découverte de la présence de la bactérie Xylella fastidiosa en Corse, un certain nombre de sollicitations sont quotidiennement adressées aux particuliers et professionnels concernés potentiellement par la bactérie, vient d’alerter la préfecture de Corse-du-Sud. Les auteurs de ces messages proposent ainsi de fournir des traitements ou des solutions « naturelles », qui permettraient d’éradiquer la bactérie ou d’en détruire les insectes vecteurs. »

Solutions « naturelles »

Pour l’Etat, aucun doute n’est permis : ces propositions doivent être considérées « comme une pratique commerciale trompeuse, voire une tentative d’escroquerie. » Le préfet rappelle « qu’à ce jour, aucun traitement n’existe pour lutter contre les effets de la Xylella fastidiosa sur les végétaux infectés ».

On peut le dire autrement : « seules les mesures mises en place sur le terrain depuis la détection du premier cas positif à Propriano, conformes aux préconisations européennes, c’est-à-dire la désinsectisation et l’arrachage de certains végétaux, permettent de lutter avec efficacité contre une éventuelle propagation de la maladie. »

Sollicitations

Pour lutter contre cette nouvelle mauvaise herbe, le préfet menace et incite à la dénonciation : « toute sollicitation de ce type devra faire l’objet d’un signalement aux directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations de Corse-du-Sud (ddcspp@corse-du-sud.gouv.fr) ou de Haute-Corse (ddcspp@haute-corse.gouv.fr), ou auprès des forces de l’ordre ».

Comment un tel message sera-t-il reçu par les insulaires ? Et par les indépendantistes ? Comment le serait-il sur le Continent s’il venait à l’idée des préfectures de pousser ainsi à la délation des charlatans ?

Lambda-cyhalothrine

Dans l’attente les travaux de désinsectisation continuent dans l’Ile. A la suite de la confirmation de nouveaux cas de polygales à feuilles de myrte contaminés (par Xylella fastidiosa multiplex, différente de la Xylella fastidiosa pauca des Pouilles italiennes) le service de lutte anti-vectorielle du Conseil départemental de la Corse-du-Sud procède à des opérations dans un périmètre de 100 mètres autour des plants infectés. Ces opérations se sont déroulées le jeudi 6 août à Peri, à partir de 19 h puis à Alata, à partir de 20 h 30. Aujourd’hui vendredi 7 août ce sera  à Sartène et Olmeto, à partir de 19 h.

« Le produit employé (lambda-cyhalothrine), aux doses utilisées, n’a pas d’effet particulier établi, ni pour les personnes ni pour les animaux, précise la préfecture. Le temps de dispersion dans l’air est de quelques minutes seulement. Il est toutefois recommandé à la population présente de rester à l’intérieur des bâtiments et de fermer les fenêtres pendant les interventions et environ quinze minutes après la fin de l’opération. »

 A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s