La pénurie croissante de médicaments ? Un phénomène auto-entretenu par les fabricants

Bonjour

La fatalité est rarement la bonne solution des problèmes auxquels nous sommes confrontés. C’est tout particulièrement vrai pour tout ce qui touche aux médicaments. A commencer par ceux qui devraient être dans les pharmacies d’officine et qui, mystère, ne s’y trouvent pas. Le Parisien/ Aujourd’hui en France (Daniel Rosenweg) de ce 10 août 2015 y consacre un intéressant dossier – sans jamais dramatiser.

Esprit de lucre

Où l’on apprend que Issam Bouha, pharmacien à Clamart (Hauts-de-Seine) vient d’adresser une alerte sanitaire à l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm).  Et de mettre en demeure son « grossiste répartiteur » et plusieurs fabricants contre ce qu’il analyse comme un « dysfonctionnement organisé » et aux conséquences d’un contingentement nourri par un esprit de lucre consubstantiel à l’espace européen et capitalistique. Exemple de spécialités concernées par cette « pénurie » :

Inspra® de Pfizer contre l’insuffisance cardiaque (38,34 euros les 30 comprimés)

Exforge® anti-hypertenseur de Novartis Pharma (19,68 euros les 30 comprimés)

Razilez® anti-hypertenseur de Novartis Pharma (20,95 euros les 30 comprimés)

Il y a encore les exemples, multiples, des vaccins pédiatriques. Ou celui, proprement incompréhensible du Mantadix® (voir notre chronique « L’affaire Mantadix® ou la désinvolture de Bristol-Myers Squibb ») datée du 14 mars dernier.

Ethique de Big Pharma

Et Le Parisien de se pencher sur « la douteuse pratique du contingentement ».

« Cette pratique des laboratoires consiste à limiter les livraisons aux grossistes, c’est de notoriété publique accuse Emmanuel Déchin, président de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP) : ‘’ 500 des 600 médicaemnts sur les 10 000 présentations disponibles font l’objet d’un contingentement’’. Et si les labos contingentent, c’est pour empêcher les grossistes d’exporter. En effet ces derniers vendent des médicaments dans des pays o ils sont mieux remboursés : l’Allemagne, l’Italie… A la clé, des marges plus importantes pour les grossistes et un manque à gagner pour les laboratoires. »

Rien d’illégal, ici ; une activité autorisée dans la jungle européenne de la concurrence. Et une réalité que devrait reconnaître Les Entreprises du médicaments (LEEM) qui n’a de cesse d’invoquer les « ruptures de stock » et les pénurie de matière première ». Rien d’illégal mais une activité aux conséquences pratiques plus que fâcheuses et qui vient, une nouvelle fois, soulever la question de l’éthique des entreprises pharmaceutiques.

A demain

5 réflexions sur “La pénurie croissante de médicaments ? Un phénomène auto-entretenu par les fabricants

    • Il y a les ruptures de stock passagères et il y a des pénuries chroniques qui amènent les autorités politiques et médicales à adapter les traitements à la pénurie pendant plusieurs années. C’est le cas par exemple du BCG intravésical, médicament de référence pour traiter les tumeurs de la vessie non infiltrant le muscle (80% des cas) qui est produit en quantité insuffisante depuis la fermeture en 2012 de l’usine de Sanofi-Pasteur à Toronto. Le ministère de la santé et l’association française des urologues ont restreint l’emploi du BCG à certaines tumeurs, ont limité le nombre d’instillations et supprimé le traitement d’entretien pourtant recommandé. Cela n’est plus de la médecine mais de la gestion de la pénurie. Depuis 2012, Sanofi annonce la reprise de de l’activité de son usine de Toronto, la ministre se fait l’écho de ces annonces trompeuses, mais rien ne vient. On peut se demander si l‘espoir de commercialiser, dans un an ou deux, de nouvelles molécules, n’incite pas les laboratoires à traîner les pieds. Un collectif cancer vessie s’est créé (cancer.vessie@orange.fr) pour demander que soit rétabli l’approvisionnement régulier du BCG intravésical.

  1. je persiste et je signe: les trois produits cités n’ont aucun intérêt thérapeutique !! ASMR de faible importance et cout élevé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s