Mediapart vole au secours de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce menacé d’une infamie immobilière

Bonjour

On ne savait pas Mediapart à ce point ami des militaires, si proche de la religion. Le sabre et le goupillon.  La preuve en est apportée (gratuitement) sur le site avec une tribune à l’ancienne, datée du 16 août, et signée dde l’Officier général, contrôleur général des armées Jacques Perget et du médecin général inspecteur Yves Buisson qui s’expriment au nom de l’association au nom de l’Association des amis du Val-de-Grâce.  

Transaction immobilière

On sait que cet hôpital situé dans l’un des cœurs historiques de Paris est sous respiration artificielle terminale. « Jacques Perget et Yves Buisson en appellent au chef de l’Etat pour éviter ‘’l’anéantissement’’ de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, dont le ministère de la défense a prévu l’arrêt définitif en 2016, résume Mediapart. Ils demandent ’que la fermeture de l’hôpital ne soit pas marquée par l’infamie d’une transaction immobilière avantageuse’’ et proposent, à la place, la création d’un centre international de recherche et de soins consacré à la réadaptation des grands blessés, aux victimes de la guerre, du terrorisme et des catastrophes collectives du monde moderne.

On lira cette tribune ici. Quelques extraits :

« Vous avez dit Val-de-Grâce ? S’agit-il de cet hôpital militaire vétuste, inadapté aux besoins actuels de nos forces armées, devenu un gouffre financier insupportable pour le budget de la Nation et dont le ministère de la Défense a décidé la fermeture ? Que peut-on demander encore à cet établissement, hier emblème de la médecine militaire française, dont l’autorité de tutelle a entrepris le démantèlement ? Peut-être des qualités en voie de disparition comme efficacité, sens du devoir et sécurité (…)

Rites et symboles

Comme tous les régimes, la République a besoin de symboles et de rites. À ses enfants qui ont été victimes d’une prise d’otages et qui ont pu être libérés après des mois ou des années de vie dans des conditions misérables, elle réserve un protocole d’exception pour une indispensable expertise médicale évoquant l’amorce d’un rituel de purification.

Héritier d’un passé religieux et monarchique, puis révolutionnaire et militaire, le Val-de-Grâce offrait des conditions incomparables pour accompagner nos malheureux compatriotes dans leur retour vers la santé (…)

En détruisant un à un les plus beaux fleurons de la République ; c’est la France que l’on appauvrit.

Le pouce de François Hollande 

Nous en appelons au Chef de l’État, Chef des armées, pour que la fermeture de l’hôpital du Val-de-Grâce ne soit pas marquée par l’infamie d’une transaction immobilière avantageuse, mais pour qu’elle annonce un projet ambitieux et généreux, digne de notre histoire, répondant aux défis de l’actualité et à la hauteur de notre savoir-faire : un centre international de recherche et de soins qui pourrait être consacré à une noble cause, la réparation et la réadaptation des grands blessés, victimes de la guerre, du terrorisme et des catastrophes collectives du monde moderne. »

François Hollande baissera-t-il le pouce ? Mediapart n’est pas le seul à s’émouvoir paradoxalement de la mort du Val-de-Grâce. Dans l’une de ses chroniques de Charlie Hebdo, hebdomadaire antimilitariste, le Dr Patrick Pelloux larmoyait il y a peu sur la fermeture du célèbre hôpital militaire. Une fermeture décidée par celui qui venait de le décorer dans l’Ordre national de la légion d’honneur : le président de la République.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s