Sexualité médicalisée : et voici, dès demain, Addyi® qui n’est en rien un Viagra® féminin

Bonjour

Les médias parleront, c’est immanquable, de Viagra® féminin. France Inter elle-même n’y résiste pas. Puis viendront les débats radiophoniques, les sujets sur plateaux télévisés. RMC à coup sûr. Et France Culture, bien sûr. On peut apprécier The New York Times : « F.D.A. Approves Addyi, a Libido Pill for Women ».

Médicaliser ou pas la sexualité féminine ? Neurotransmetteurs versus psyché. Esprits mécaniques contre immortels romantiques.

Pour l’heure l’information est américaine, et l’information officielle, celle de la Food and Drug Administration (FDA) est ici :

’FDA approves first treatment for sexual desire disorder Addyi approved to treat premenopausal women

10% de satisfactions

Ainsi donc après plusieurs refus la FDA a finalement, le 18 août, fini par donner son feu vert à Addyi® nom de marque pour flibanserin. La FDA avait a rejeté à deux reprises ce candidat médicament en 2010 et 2013. Elle a  finalement suivi les recommandations formulées en juin dernier par un comité consultatif d’experts favorables à sa commercialisation (par 18 voix contre 6). La décision de la FDA s’appuie sur les résultats de trois essais cliniques menés aux États-Unis et au Canada (dose de 100 milligrammes – 2 400 femmes non ménopausées âgées de 36 ans en moyenne) qui souffraient de ce syndrome de faible désir sexuel pendant cinq ans.

Environ 10 % des participantes ont fait part d’une amélioration significative de leur satisfaction dans leurs relations sexuelles (en termes de désir et aussi de diminution de l’angoisse) précise la FDA. Pour autant ce médicament « n’a apparemment pas amélioré les performances sexuelles ».

Entrée officielle

Il s’agit donc désormais de prendre en charge par voie médicamenteuse (et sur prescription) ce qu’il est convenu  de désigner plus ou moins comme une « hyperactivité du désir sexuel » – ou  hypoactive sexual desire disorder (HSDD). Cette autorisation « fournit aux femmes souffrant d’un faible désir sexuel une option de traitement », a déclaré  le Dr Janet Woodcock, directrice du centre d’évaluation et de recherche sur les médicaments de la FDA. C’est la première spécialité de ce genre à être autorisée à entrer (officiellement) sur le marché américain.

« La FDA vise à protéger et promouvoir la santé des femmes, et nous sommes engagés à soutenir le développement de traitements sûrs et efficaces pour la dysfonction sexuelle féminine » a ajouté le Dr Woodcock

Femmes non ménopausées

Cette entité est caractérisée (chez des femmes non ménopausées) par un très faible désir sexuel qui provoque une souffrance marquée et/ou des difficultés interpersonnelles.  Elle n’est en rien le symptôme d’une affection médicale ou psychiatrique co-existante, ou sous-jacente. Elle ne résulte pas a priori de difficultés au sein d’une relation établie ou d’effets secondaires médicamenteux.

Les interactions potentiellement  dangereuses avec les boissons alcooliques (et certains médicaments) font que les prescriptions seront (autant que faire se peut) médicalement encadrées outre-Atlantique  (risques de chutes tensionnelles et de syncopes). Et les impasses durables de la biologie de la sexualité féminine font que l’on ne sait guère comment agit cet agoniste-antagoniste des récepteurs cérébraux. Prise quotidienne au moemnt du coucher. Possible effet placebo. Arrêter le traitement au bout de deux mois si aucun effet notable positif n’a été noté.

Boehringer Ingelheim a perdu

Les consommatrices et les professionnels de soins de santé sont fortement encouragés à signaler les effets indésirables de l’utilisation de Addyi® au programme MedWatch de déclaration des événements indésirables de la FDA au www.fda.gov/MedWatchou en téléphonant au 1-800-FDA-1088.

Après avoir été longtemps développée et défendue par Boehringer Ingelheim,  Addyi® avait été racheté par Sprout Pharmaceuticals, basée à Raleigh, en Caroline du Nord. C’est cette firme qui la commercialisera. La démonstration que dans ce domaine ce ne sont pas toujours, à la fin des fins, les Allemands qui gagnent.

A demain

Une réflexion sur “Sexualité médicalisée : et voici, dès demain, Addyi® qui n’est en rien un Viagra® féminin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s