Le « Congrès mondial de l’hypnose de Paris » n’est-il qu’une entreprise charlatanesque ?

Bonjour

Hypnose en eaux troubles. L’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique) a pour but de « promouvoir la science contre ceux qui nient ses valeurs culturelles, la détournent vers des œuvres malfaisantes ou encore usent de son nom pour couvrir des entreprises charlatanesques ». Elle est « indépendante de tout groupe de pression et évite toute concession au sensationnalisme, à la désinformation et à la complaisance pour l’irrationnel ».

L’AFIS s’attaque aujourd’hui à l’hypnose. Ou, plus précisément,  au « congrès mondial de l’hypnose » qui vient de s’ouvrir à Paris  – le congrès  « Hypnose : racine et futur de la conscience » – dont le ministère de la Culture et de la Communication est l’un des partenaires .

Marché lucratif

« Cet événement a un objectif spécifique, mis en avant par le président du congrès, le Dr Claude Virot : faire de cette manifestation une étape de la « reconnaissance de la formation par un diplôme officiel » [déclaration au Parisien (24 février 2015)] observe l’AFIS. Mais quel genre de formation veut-on faire reconnaitre ? Et sur quelle base ? L’engouement pour l’hypnose va croissant, mais sous ce terme se trouvent mélangées des pratiques variées, certaines relevant de l’ésotérisme. Un marché lucratif se développe et se développerait encore davantage avec une reconnaissance officielle qui ne préciserait pas clairement ce qui est « reconnu » et sur quelles bases scientifiques. »

Cette association souligne que le Dr Claude Virot est lui-même le directeur d’un « Institut de Formation et de Recherche en Hypnose et Communication Thérapeutique » «  dont la plaquette de présentation a de quoi inquiéter ceux qui revendiquent une médecine fondée sur les faits et sur la science » :

« Il y est question d’auriculothérapie, discipline qui postule une correspondance entre l’oreille externe et les différents organes du corps, mais également de ‘’multi-dissociation des Univers Parallèles’’et de ‘’physique quantique appliquée à l’hypnose’’, méthode propulsant le patient sur ‘’une autre planète de lui-même où le symptôme n’existe pas’’, ou encore une invitation à découvrir ‘’les 10 commandements’’ représentant ‘’les grands éléments fondateurs de notre société’’ afin de ‘’lire et relire nos histoires familiales pour nous libérer de leurs poids’’ ».

« Hypnothérapie énergétique »

L’AFIS « déplore » que ces formations bénéficient d’une aide de la part de l’organisme gestionnaire du dispositif de Développement Professionnel Continu, soit, en dernière analyse, de l’assurance-maladie. Elle estime que ce « congrès mondial de l’hypnose » mélange dangereusement médecine, spiritualisme et ésotérisme. Ainsi quelques présentations relatives à la pratique en hôpital et en anesthésie sont-elles noyées dans des thèmes comme : « hypnose et chamanisme », « corps, psyché, sexualité et cultures », « hypnose, imagination, imaginaire, imaginal », « hypnose quantique » ou « hypnothérapie énergétique ».

Elle fait un sort particulier à l’« hypnothérapie énergétique » qui postule que « la matière, l’information et l’énergie sont les trois bases de l’Univers » et affirme qu’en « agissant sur le corps, on change le cours de l’énergie et les images intérieures », le tout sur fond d’un charabia mêlant « pratiques énergétiques extrême-orientales » et « approche énergétique bio-informationnelle ». M. Ginzburg (Universite des sciences psychologiques et sociales, Moscou , Fédération de Russie) appréciera.

Reconnaissance aveugle

On peut le dire plus simplement : pour l’AFIS l’utilisation de l’hypnose à des fins thérapeutiques ne passe pas par une reconnaissance aveugle de toutes ces pratiques. C’est un projet qui réclame  une approche sérieuse de la valeur scientifique de chacune d’elles et des indications précises d’application. Déterminer si l’hypnose est plus qu’une suggestion librement consentie passe par une indispensable clarification. Il s’agit notamment de protéger le grand public des allégations en tous genres promettant « coaching personnalisé », bien-être, remède contre les migraines incurables, solutions pour se défaire d’une addiction au tabac… Protéger contre la création de faux souvenirs.

Ce sont là de véritables questions de santé publique. Elles trouvent pour partie leur origine dans l’entrée de la pratique de l’hypnose dans les services hospitaliers. Elles sont aussi la conséquence de l’intérêt tardif (c’est un euphémisme) de la médecine officielle – sans parler de la science académique- pour un phénomène très largement méprisé, sinon redouté. Que fait, sur un le sujet, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale ? Qui investit sur la question de l’hypnose-sevrage ?

Séparer le bon grain hypnotique médical des ivraies manipulatrices et charlatanesques ? Sans nul doute. Comment ? Il n’est pas dit que la méthode adoptée par l’AFIS soit la plus efficace.

A demain

2 réflexions sur “Le « Congrès mondial de l’hypnose de Paris » n’est-il qu’une entreprise charlatanesque ?

  1. Cet article bourré de fautes d’orthographe (pour un ancien instituteur…) prouve seulement que l’auteur n’a lu que les titres des présentations sans assister à aucune d’entre elles et il en ressort seulement la peur que cela lui inspire!
    Renseignez-vous un peu plus précisément, Monsieur, et parlez de ce que vous connaissez…
    Dr RIGAL, médecin anesthésiste, formée à l’hypnose médicale, et pratiquant l’hypnose au bloc opératoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s