Vie moderne: « l’hypersensibilité aux ondes » peut désormais donner droit à une allocation d’adulte handicapé

Bonjour

C’est une première judiciaire. L’information vient d’être diffusé par l’association Robin des Toits :

« Le Tribunal du Contentieux de l’incapacité (1) de Toulouse vient de rendre un jugement reconnaissant le droit à une allocation pour le handicap « d’électrosensibilité ».

Le jugement fait état du « Syndrome d’hyper sensibilité aux ondes électromagnétiques » précisant que « la description des signes cliniques est irréfutable ».  La déficience fonctionnelle de Marine Richard est évaluée à 85%.  Une allocation pour adulte handicapé lui est donc attribuée par décision de justice pour trois ans renouvelables en fonction de l’évolution de son handicap. »

Marine Richard a récemment publié « Sans Mobile » aux éditions « Le Square ». Elle a été journaliste, poète et auteure dramatique ; elle a été deux fois primée par le Centre National du Théâtre (…) Selon Etienne Cendrier porte-parole de Robin des Toits: « Il s’agit d’un grand pas en avant pour la reconnaissance de ce Syndrome d’Électro-hypersensibilité; la Justice – comme souvent – est en avance sur les politiques. » »

Irréfutable

« Passé inaperçu » lors de sa publication début juillet, ce jugement confirme donc «expertise médicale à l’appui » que Marine Richard, la plaignante, souffre d’un syndrome dont « la description des signes cliniques est irréfutable ».  Selon l’AFP ce jugement accorde le droit à une allocation pour adulte handicapé d’environ 800 euros par mois.

« C’est une percée », a commenté Mme Richard, 39 ans, qui « vit dans la précarité ».  « Cette ancienne dramaturge et réalisatrice de documentaires radio de Marseille vit aujourd’hui de l’aide de sa famille, recluse dans les montagnes de l’Ariège en raison de ses troubles, dans une ancienne grange retapée, sans électricité ni route, avec l’eau d’une source et deux mètres de neige en hiver, nous dit encore l’AFP. Mme Richard, qui a contracté plus de 50 000 euros de frais et dont l’allocation promise mais toujours pas perçue « ne couvre même pas (s)es traitements », souhaite qu’on abaisse les seuils de toxicité des champs électromagnétiques. « On sait faire des technologies beaucoup moins polluantes. Après, c’est un choix politique », dit-elle. Dans l’immédiat, « il faut créer des endroits préservés, car il y a des milliers de personnes qui ne savent pas où se mettre ». »

Jurisprudence

Selon Me Terrasse, l’avocate de Mme Richard cette première pourrait faire jurisprudence et « des milliers de personnes »  sont concernées. « Elles sont très isolées, ont très peu de contacts avec le monde et, pour elles, ce sont des démarches qui sont extrêmement compliquées » dit-elle.

Mme Richard précise qu’une autre association militante, Next-up [écouter ici], a recensé jusqu’à 70 000 cas de personnes « électro-sensibles à des niveaux variables en France ». « Malheureusement, on n’en parle pas parce que ce sont des gens qui vivent dans des caravanes, dans des grottes, sous des tentes dans les bois a-t-elle déclaré à l’AFP. On est obligé de se désocialiser et, du coup, on n’apparaît plus dans l’espace public. »

Florissant

Officiellement identifiée par l’OMS l’hypersensibilité aux ondes magnétiques n’est pas reconnue officiellement en France comme une maladie. Elle fait (c’est un euphémisme) l’objet de controverses. Comment pourrait-il en être autrement ? Il n’existe aucun critère diagnostique clinique ou biologique objectif permettant d’établir une relation irréfutable de causalité entre la symptomatologie et une exposition corporelle aux champs électromagnétiques.  Dans ce contexte on observe le développement (florissant) de diverses propositions (généralement coûteuses) à visée thérapeutique.  Elles n’intéressent pas, pour l’heure, la justice.

A demain

(1) Le tribunal du contentieux de l’incapacité (TCI) règle les litiges avec la Sécurité sociale relatifs à l’invalidité ou à l’inaptitude au travail. On  peut saisir le TCI si l’on est assuré (ou ayant droit) et que l’on a vous a un litige portant sur l’état ou le degré d’invalidité en cas d’accident ou de maladie ou sur l’état d’inaptitude au travail.

4 réflexions sur “Vie moderne: « l’hypersensibilité aux ondes » peut désormais donner droit à une allocation d’adulte handicapé

  1. L’électrophypersensibilité est effectivement reconnue comme une maladie ( http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs296/fr/ ), mais sans lien de causalité reonnue avec les ondes électromagnétiques (je cite l’OMS: « A l’intention des médecins :le traitement des individus touchés doit se concentrer sur les symptômes sanitaires et sur le tableau clinique et non sur le ressenti de la personne quant à la nécessité de réduire ou d’éliminer les CEM à son poste de travail ou à son domicile. »). Mais ça, quand les Robins des Toits et autre disent que la maladie est reconnue par l’OMS, ils oublient toujours cette partie, bizarrement….

  2. Comme il vaut mieux prévenir que guérir, il faudrait commencer par interdire aux pouvoirs publics le bombardement systématique (en augmentation explosive) des véhicules automobiles avec les ondes électromagnétiques de leurs radars, à nos frais et sans notre consentement ….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s