Urgences intérimaires : l’association de Patrick Pelloux radicalement fermée à toute fermeture

Bonjour

La réaction n’a pas tardé. Quelques heures après la sortie du Figaro (tirant les conséquences d’un rapport officiel préconisant de facto la fermeture de plus de 10% des services d’urgences) l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a opposé son veto.

Béton armé

Car c’est un discours radical, en béton, que tient l’association de Patrick Pelloux ; un discours qui embarrassera passablement Marisol Touraine :

« Alors que ces vingt dernières années, de nombreux services ont été fermés, l’AMUF considère que descendre en dessous du seuil actuel de services existant mettrait la population en danger.

Certains évoquent la pénurie de médecins pour justifier cette proposition. Il faut savoir que cette pénurie a été sciemment créée depuis près de trente ans pour justifier justement les restructurations et les fermetures de service. Par ailleurs cette pénurie s’est aggravée ces dernières années par la fuite et l’abandon du métier par un nombre croissant de collègues, jeunes et moins jeunes, face à la pénibilité et à la dégradation des conditions d’exercice. Cela a d’ailleurs été la raison de notre mouvement de grève à la fin de l’année 2014. La solution n’est sûrement pas de demander aux médecins généralistes qui connaissent également une situation démographique dégradée de se transformer en « médecins correspondant de SAMU ».

« Notre  première exigence est d’appliquer sans délai le protocole d’accord sur le temps de travail avant d’éviter le départ de nouveaux médecins et de pouvoir rendre le métier plus attractif pour les jeunes.

Deuxièmement, il faut former plus de médecins urgentistes et adapter les quotas par région aux besoins prévisionnels. La bonne option n’est pas de créer une nouvelle spécialité, comme cela semble se dessiner sous la pression des hospitalo-universitaires, mais de maintenir le système actuel est ciblant les postes prioritaires avec des embauches directement sur le statut de praticien hospitalier avec une accélération de carrière. En effet comment accepter que certains de nos jeunes collègues se voient proposer comme premier emploi, des CDD de trois mois ! Si l’objectif était de les faire fuir, on ne s’y prendrait pas mieux.

Enfin, nous demandons maintenant depuis dix ans de créer des pôles territoriaux d’urgence avec des équipes de médecins exerçant sur plusieurs sites, à l’instar de ce qui est déjà fait dans le Vaucluse depuis plusieurs années, afin de maintenir les sites de proximité en lien avec le site de référence. »

Epine irritative politique

Conclusions : « l’AMUF demande le maintien de tous les services d’urgences existant actuellement en France ».

Les urgences sont une épine irritative politique récurrente et de grande puissance. On l’a à nouveau vérifié cet été avec la fermeture temporaire (faute de personnel) de plusieurs services. Parmi eux celui de l’hôpital de Valognes (Manche) à l’origine d’une forte mobilisation locale œcuménique réunissant Philippe Gosselin (Les Républicains) et Stéphane Travert (PS). Tous disaient leurs inquiétudes quant aux conséquences sanitaires de cette décision – d’autant que les besoins de la population augmentent chaque été avec l’afflux de touristes se pressant sur les plages du Débarquement, situées à une trentaine de kilomètres. En 2013, l’hôpital de Valognes a enregistré 13 000 passages aux urgences.

Difficultés de recrutement

L’agence régionale de santé (ARS) Basse-Normandie a justifié cette « suspension d’activité temporaire » par une pénurie de médecins urgentistes et « d’importantes difficultés de recrutement », nuisant au bon fonctionnement du service. Les usagers doivent se rendre à Cherbourg ou à Saint-Lô (respectivement à 25 et 40 minutes en voiture de Valognes). Le Quotidien du Médecin a évoqué une lettre de Marisol Touraine assurant au maire de la Valogne  qu’« aucune considération budgétaire n’est entrée en ligne de compte dans les décisions de suspension d’activité ». La ministre de la Santé a précisé dans le même courrier avoir demandé à l’ARS de « garantir  la réouverture  du service dans les meilleures conditions, et ce dès le mois de septembre ».

Pour sa part Avenir hospitalier s’alarme d’une situation « non exceptionnelle » subie par plusieurs services « en dépendance totale de l’intérim médical ». Il souligne le « manque chronique d’effectifs médicaux », notamment pour les spécialités à permanence des soins. Dans ce contexte, cette intersyndicale attend pour cette rentrée « un électrochoc » qui « redonne confiance et espoir dans l’avenir des hôpitaux ».

Orages de rentrée

L’électrochoc ? Après le rapport du Dr Jean-Yves Gall et la rationalisation des urgences, ce sera le rapport de l’ancien sénateur socialiste Jacky Le Menn (ancien directeur hospitalier de Saint-Malo) sur l’attractivité des carrières hospitalières, très attendu. Il a été remis à Marisol Touraine en juillet. Avant l’été le ministère confiait qu’il serait rendu public en septembre « accompagné d’un plan d’action cohérent  avec les orientations définies dans le projet de loi de santé ».

Après un beau, calme et long été la rentrée s’annonce sous des cieux agités.

A demain

2 réflexions sur “Urgences intérimaires : l’association de Patrick Pelloux radicalement fermée à toute fermeture

  1. Le plus violent: la vérité sur la soi-disant pénurie de médecins aboutissant au scandale des médecins intérimaires … Toute ma sympathie pour les jeunes confrères embauchés sur des CDD: j’ai « résisté » seize ans au service des admissions médicales devenu service des urgences malgré une rémunération minime : attention aux passionnés lorsqu’on leur arrache leur activité …Le boomerang est plus violent que ne l’aurait cru le médecin au naturel doux que je reste : un mémoire , un documentaire à la rentrée , deux colloques où je dois faire des interventions sur le burn-out …Mais surtout la dédicace réconfortante du cofondateur du SAMU, le Professeur Christian VIRENQUE …Quand on aime on ne compte pas …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s