Urgences intérimaires : Marisol Touraine fait publiquement la leçon à un journaliste du Figaro

Bonjour

Il n’est pas fréquent qu’un ministre face (publiquement) la leçon à un journaliste (en privé c’est une autre paire de manches). Une affaire de bénéfices/risques. C’est le cas aujourd’hui lundi 31 août avec la « Mise au point sur la politique gouvernementale vis-à-vis des services d’urgence » que vient de diffuser le service de presse de Marisol Touraine, ministre de la Santé, des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes.

Disparitions

Voici ce communiqué de fin de soirée :

« Le quotidien Le Figaro a publié ce matin, dans le cadre d’un article intitulé « Hôpital, l’inévitable restructuration des urgences », une liste de services d’urgence supposés « menacés de disparition ».

 Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, tient à préciser qu’il n’existe aucune liste de services d’urgences menacés de fermeture. Au contraire, le gouvernement renforce, depuis 2012, le service public des urgences, conformément à la promesse du Président de la République lui-même de garantir à chaque Français un accès aux soins urgents en moins de trente minutes.  

 La liste mentionnée par Le Figaro n’émane en aucun cas du ministère chargé de la Santé. Elle ne figure pas davantage dans le rapport remis par Jean-Yves Grall, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de Nord-Pas-de-Calais, à Marisol TOURAINE, le 22 juillet dernier et consultable depuis cette date sur les sites Internet du ministère. Cette liste, construite par le journaliste, résulte seulement d’une extrapolation et d’une lecture partielle et erronée des conclusions de ce rapport. »

Construction journalistique

« Le journaliste » tancé par la ministre se nomme Guillaume Guichard. Nous le citions dans notre premier billet matinal sur ce sujet. Il vient de nous adresser, en toute confraternité, un commentaire :

« (…)  je ne prétends à aucun moment dans mon article avoir obtenu le rapport Grall « en exclu ». Je dis bien qu’il a été rendu à la ministre officiellement en juillet. Malheureusement l’AFP a mal compris cela. Je n’ai peut-être pas été assez clair.

Sur le fond, il me semblait intéressant de noter que certains petits services d’urgence, loin de la réalité de plus grand services effectivement surchargés, ont une activité assez faible, et traitent peu d’urgences vitales (ces dernières étant déjà déroutées vers les centres hospitaliers « de référence »). La question de leur transformation en centre de soins non programmés semble donc effectivement pertinent dans certains cas. »

Emotion au ministère

Comment ne pas partager cette analyse et l’intérêt qu’il y a à soulever cette question?  Rappelons que le travail du Figaro a consisté ici à croiser les éléments du rapport du Dr Grall et la base de données Hospi Diag. Ce matin l’AFP précisait (parlant du Figaro) : « selon le quotidien conservateur, on hésite, au ministère de la Santé, sur les suites à donner au rapport Grall ». Peu après cette publication le Dr Patrick Pelloux et l’AMUF réagissaient avec virulence quant à l’hypothèse même de fermer des services d’urgences doté d’une faible activité.

On imagine l’émotion embarrassée ainsi générée, tout au long de la journée, au cabinet de la ministre de la Santé. Avant que des médias s’en souviennent on rappelle « la promesse du Président de la République lui-même de garantir à chaque Français un accès aux soins urgents en moins de trente minutes ». C’était en octobre 2012 (voir notre papier sur Slate.fr : « La mort d’un nouveau-né et la question sensible des déserts médicaux »).

Zéro pointé

Et puis ce commentaire qui claque comme une appréciation du maître au bas d’une mauvaise copie ; un zéro pointé qui dit plus l’embarras que la sérénité face à un vrai sujet de santé publique :

« Cette liste, construite par le journaliste, résulte seulement d’une extrapolation et d’une lecture partielle et erronée des conclusions de ce rapport »

Que va-t-on dire, de tout cela, Figaro ou pas, à Champagnole, à Gourdon  à  ou à Mortagne-au-Perche ?

A demain

Une réflexion sur “Urgences intérimaires : Marisol Touraine fait publiquement la leçon à un journaliste du Figaro

  1. Comment ne pas croire ce journaliste alors que la fermeture du service des urgences de Si Valognes a déclenché un tollé justifié cet été ?Si l’on souhaite « désengorger » les urgences des grands centres hospitaliers il ne s’agit pas de multiplier les fermetures des services en périphérie !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s