Alerte de l’OMS : la poliomyélite est de retour en Ukraine, aux frontières de l’Union européenne

Bonjour

C’est une information de l’OMS – et c’est une mauvaise nouvelle. Deux cas de paralysie due au virus de la poliomyélite (dérivé du vaccin poliovirus de type 1 – cVDPV1) viennent d’être confirmés. Deux enfants âgés quatre ans et dix mois. L’apparition des symptômes paralytiques datent du 30 juin et du 7 juillet.

Les deux cas ont été observés dans l’oblast de Transcarpatie  (sud-ouest de l’Ukraine) aux frontières de la Roumanie, de la Hongrie, de la Slovaquie et de la Pologne. Les derniers cas de poliomyélite diagnostiqués sur le Vieux Continent l’avaient été  Russie en 2010 : quatorze personnes avaient alors été paralysées à partir d’une souche de poliovirus sauvage importée du Tadjikistan

Couverture vaccinale

Le cas de figure d’aujourd’hui est différent. Les données virologiques démontrent en effet que l’épidémie a commencé à partir de la forme atténuée du virus qui est utilisé dans l’élaboration du vaccin. C’est un phénomène parfois observé (en Afrique notamment) quand la couverture vaccinale est insuffisante dans la population. C’est aussi une donnée de nature à alimenter, paradoxalement, les rumeurs quant à la nocivité de la vaccination.

L’OMS rappelle précisément que l’Ukraine était particulièrement exposée au risque de cette émergence virale en raison de d’une couverture vaccinale insuffisante. En 2014, seuls 50% des enfants ukrainiens étaient complètement vaccinés contre la poliomyélite et les autres vaccinations pédiatriques, recommandées ou obligatoires.  Il est hautement probable qu’un grand nombre d’enfants ont également été infectés par la souche du poliovirus sans développer de symptômes.

Riposte vaccinale urgente

L’OMS a déclaré que le risque de propagation du virus dans le pays était « élevé » et que l’épidémie devait être rapidement maîtrisée.

 Des discussions sont actuellement en cours avec les autorités sanitaires nationales pour planifier et mettre en œuvre une riposte vaccinale urgente. Soit, dans l’idéal, un minimum de trois vaccinations supplémentaires à grande échelle avec un vaccin antipolio oral- campagne à commencer dans les deux semaines suivant la confirmation de l’épidémie et couvrant une population cible de deux millions d’enfants âgés de moins de cinq ans ; déclaration publique de l’épidémie comme une urgence nationale de santé publique.

Etre à jour

L’OMS recommande que tous les visiteurs devant se rendre dans cette région soient à jour quant à leur vaccination antipoliomyélitique, et que tous les résidents et que tous ceux qui séjournent depuis plus d’un mois puissent bénéficier d’une dose supplémentaire vaccinale de rappel.

En toute hypothèse l’espoir d’une éradication planétaire de la poliomyélite (espoir encore caressé il y a quelques années par l’OMS) s’éloigne un peu plus.

A demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s