Bioéthique : des biologistes anglais veulent modifier coûte que coûte le génome d’embryons humains

Bonjour

La machinerie est en place, rien ne semble de nature à pouvoir la freiner ; encore moins l’arrêter. Aujourd’hui c’est une information de la BBC qui en apporte la confirmation : des biologistes anglais veulent modifier coûte que coûte le génome d’embryons humains.

Il y a quelques jours le  Hinxton Group, lobby scientifique juridique et politique anglo-saxon, réclamait (avec les formes) qu’on laisse les coudées franches aux biologistes et aux généticiens qui voudraient créer des embryons humains génétiquement modifiés. Des modifications qui, le cas échéant, pourraient être transmissibles aux générations suivantes via les lignées germinales.

Prises de brevets

C’est là, selon ce groupe, un sujet de la plus haute importance; une affaire dont les bénéfices scientifiques et médicaux seraient considérables. On trouvera ici le document du Hinxton Group et les noms de ses auteurs (parmi lesquels aucun citoyen français) : « Statement on Genome Editing Technologies and Human Germline Genetic Modification ». Pour ce groupe de pression un tel projet est « moralement acceptable ». Et si les Etats refusent de financer ces travaux (comme c’est le cas aux Etats-Unis) ils devraient, au minimum, ne pas les interdire : ils seront alors financés par le privé pharmaceutique ; avec prises de brevets.

Quelques jours plus tard voici que des scientifiques britanniques demandent officiellement l’autorisation de modifier génétiquement les embryons humains. Il s’agit ici, précise la BBC, de  chercheurs de l’Institut Francis Crick de Londres veulent utiliser une technique génétique controversée à mener des recherches sur la stérilité. Les embryons seraient détruits après la recherche et non implantés dans l’utérus. Dans un premier temps du moins.

Léthargie éthique

« Nous avons récemment reçu une demande d’utiliser la nouvelle technique CRISPR / cas9 dans un de nos projets de recherche agréés ; il sera examiné en temps voulu » a confirmé un porte-parole de la Human Fertilisation and Embryology Authority. Aucune réponse, a priori, avant quelques semaines, ou quelques mois. Mais il est acquis qu’un feu vert sera donné et que d’autres demandes suivront. Et, sauf catastrophe majeure tout laisse penser que l’on sortira progressivement du champ de la recherche fondamentale au terrain de la recherche appliquée. Et le Royaume-Uni entend tout mettre en œuvre pour faire la course en tête.

Des réserves éthiques ? L’Union européenne est, ici aussi, inaudible. Et personne, en France, ne semble plus s’intéresser à une réflexion qu’elle avait longtemps su élaborer et porter à l’échelon du Conseil de l’Europe. A quoi tient cette entrée en léthargie, cet épuisement énergétique et éthique ?

A demain

Une réflexion sur “Bioéthique : des biologistes anglais veulent modifier coûte que coûte le génome d’embryons humains

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s