Ethique pharmaceutique: l’affaire Daraprim®, vieil antiparasitaire soudain vendu au prix de l’or

Bonjour

C’est un fait divers médicamenteux et américain. Il éclaire sur les absurdités du capitalisme débridé dans le champ de l’industrie pharmaceutique. Ce n’est certes pas le premier, mais celui-ci offre un effet de loupe qui n’est pas sans vertus pédagogiques. L’affaire est rapportée dans le détail par The New York Times (Andrew Pollack). Elle l’est aussi, sous une forme résumée, par la BBC.

Le sujet concerne la pyrimethamine un bien vieil antiparasitaire (paludisme, toxoplasmose, leishmaniose) revenu de toutes les guerres, mais toujours d’active et enrôlé sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Il est commercialisé en France sous le nom de  Malocide® par Sanofi-Aventis (12,94 euros les 20 comprimés ; remboursé à 65% par la sécurité sociale).

Ethique pharmaceutique

Aux Etats-Unis il était commercialisé sans histoire sous le nom de pour Daraprim®. Jusu’au moment (c’était en août) où la firme Turing Pharmaceuticals a acquis les droits sur ce médicament. Son prix est alors passé de 13,50 $ à 750 $. Une culbute par un facteur de plus de 50. 5500% d’augmentation.

En quelques heures le PDG de Turing, 32 ans, ancien des « hedge fund » s’est fait un nom : Martin Shkreli. Il est aujourd’hui la cible de nombreuses attaques émanant de ceux qui croient encore en une éthique de la profession pharmaceutique. Pour l’heure M. Shkreli explique, calmement qu’avec les profits à venir il investira dans le recherche et le développement. Et qu’il faut compter avec les coûts du marketing et ceux de la distribution. Une rhétorique classique qui n’est pas sans rappeler celle de Gilead Sciences et le Sovaldi®. Certains, aux Etats-Unis commencent à se demander si M. Shkreli ne les prend pas, tout simplement, pour des imbéciles.

Abusif et injustifiable

Et à la diférence de ce qui se passe en France des sociétés savantes concernées viennent de se manifester. The Infectious Diseases Society of America et  the HIV Medicine Association viennent ainsi de publier une lettre ouverte exhortant la firme à reconsidérer sa position. « Ce prix est injustifiable pour la population de patients médicalement vulnérables qui ont besoin de ce médicament et il est insoutenable pour le système de soins de santé», écrivent  les responsables de ces associations. Le Dr Wendy Armstrong (HIV Medecine Association)  conteste d’autre part  la nécessité de développer de nouveaux traitements contre  la toxoplasmose.

« Les prix abusifs de ce type sur le marché des médicaments de spécialité constitue un scandale » a déclaré Hilary Clinton, citant l’affaire Daraprim®. Où l’on voit qu’aux Etats-Unis, la liberté des prix pharmaceutiques est associée à des capacités de réactions médicales et d’indignations politiques qui, en France, semblent avoir disparu.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s