Certains fumeurs sont protégés de l’asphyxie progressive causée par le tabac. Voici pourquoi

Bonjour

Comment certains fumeurs peuvent-ils conserver une fonction pulmonaire plus ou moins intacte en dépit de leur consommation de tabac ? Ce phénomène troublant est un argument régulièrement avancé pour justifier la poursuite du tabagisme. Le fumeur renvoie le médecin à ses études et se gausse de la science épidémiologique. Big Tobacco, en coulisse, fait de même en brûlant des cierges pour que ces exceptions se multiplient.

50 000 personnes

La donne vient de changer radicalement avec  un travail publié dans The Lancet Respiratory Medicine dont on trouvera l’abstract ici. C’est une somme signée par trente-neuf généticiens dirigés par le Pr Prof Ian P Hall, (Division of Respiratory Medicine, University of Nottingham, Queen’s Medical Centre, Nottingham). Travaillant pour le Medical Research Council britannique, cette équipe a décrypté les bases génétiques de plus de 50 000 personnes dont les échantillons biologiques sont conservés dans la « UK Biobank » afin de comprendre les mécanismes physiopathologiques de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). C’est là une forme d’essouflement-asphyxie progressive qui (avec le cancer broncho-pulmonaire) constitue la principale complication mortelle de la consommation de tabac.

Ces chercheurs annoncent aujourd’hui (dans The Lancet et devant la Société européenne de pneumologie réunie en congrès à Amsterdam) avoir identifié des mutations génétiques « favorables » en ce qu’elles semblent protéger le fumeur de la BPCO. Ils disent espérer trouver ainsi des voies médicamenteuses qui permettraient d’améliorer l’état des personnes concernées dont la vie est actuellement uniquement maintenue par l’administration plus ou moins permanente d’oxygène.

Comparaisons des génomes

Pour autant ces scientifiques rappellent que le principal message à retenir est que la meilleure option est de na pas commencer à fumer du tabac – ou de tout mettre en œuvre pour arrêter de le faire. Il faut aussi ajouter que la BPCO peut toucher des personnes qui n’on jamais consommé de tabac.

C’est la comparaison des génomes des fumeurs et des non fumeurs qui a permis de parvenir à cette identification des « bon gènes » et des « mauvais gènes ». Co-directeur de ce travail le PrMartin D. Tobin (National Institute for Health Research, Glenfield Hospital, Leicester) explique que ces gènes semblent jouer un rôle sur les mécanismes de développement et d’auto-réparation des lésions pulmonaires.  « Il ne semble toutefois pas y avoir une formule magique qui donnerait à quiconque une garantie totale de protection contre la fumée de tabac » a-t-il assuré à la BBC, ajoutant que les personnes fumeuses et « protégées » ont néanmoins des poumons moins sains que ceux qu’elles auraient si elles n’avaient pas fumées. « La meilleure chose que les fumeurs peuvent faire pour conserver leur santé future concernant la BPCO –mais aussi toutes les maladies liées au tabagisme, cancers et les maladies cardiaques –  c’est d’arrêter de fumer. »

Prendre soin de ses poumons

Commentant ce travail, Ian Jarrold, responsable de la « British Lung Foundation » a quant à lui déclaré : « Ces résultats représentent une étape importante pour nous aider à obtenir une image plus claire de la réalité fascinante et complexe de la santé pulmonaire. La compréhension de cette prédisposition génétique est essentielle, non seulement nous aider à développer de nouveaux traitements pour les personnes souffrant de maladies pulmonaires, mais aussi pour enseigner aux personnes saines à mieux prendre soin de leurs poumons. »

Ce sont là deux belles illustrations de ce pragmatisme que la Grande Bretagne cultive comme  une spécialité. Un pays qui est passé sous la barre des 20% de fumeurs quand la France, impuissante, progresse au dessus des 30%.

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s