Grossesse : lorsque les futures mères fument, les enfants souffrent de troubles du comportement

Bonjour

Nous avons souvent écrit que l’Inserm trahissait sa mission de santé publique en ne travaillant pas la question du tabagisme. C’est une triste règle qui comporte quelques exceptions. Ainsi  des chercheurs de cette Institut viennent-ils (avec d’autres de l’Université Pierre et Marie Curie et en collaboration avec six CHU français) de faire une découverte originale autant qu’inquiétante – une découverte qui, en toute rigueur, devrait avoir des prolongements pédagogiques, médicaux et politiques – s’il existait, en France, une véritable politique cohérente de lutte contre le tabagisme.

Emotions troublées

Les auteurs de ce travail ont analysé les données d’exposition tabagique pré et post natales au domicile de 5200 enfants scolarisés en primaire. Ils révèlent que cette exposition est liée au risque de troubles du comportement chez les enfants – et tout particulièrement aux troubles dans le contrôle des émotions et des conduites. L’association est plus forte quand l’exposition au tabac a lieu à la fois pendant la grossesse et après la naissance. « Ces données révèlent le risque associé au tabagisme dans la vie précoce ainsi que ses répercussions comportementales lorsque l’enfant est en âge d’aller à l’école » souligne l’Inserm.

Ces résultats sont publiés dans la revue Plos One (1).

« Les conséquences de l’exposition au tabac sont largement documentées, rappellent les chercheurs. Celle-ci induit de nombreuses maladies dont l’asthme. Cependant, le rôle potentiel de la fumée de tabac ambiante (FTA) est beaucoup moins connu lorsqu’il s’agit de la relier aux problèmes comportementaux chez l’enfant. » C’est dans ce contexte que l’équipe d’Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche Inserm au sein de l’Unité 1136 « Instituit Pierre Louis de santé publique » (Inserm / UPMC) a examiné l’association entre l’exposition à la FTA dans la période pré et post natale et les problèmes de comportement chez les enfants.

Tabagisme in utero

Ces données proviennent des travaux menés dans six villes (Reims, Créteil, Strasbourg, Clermont Ferrand, Bordeaux, Marseille) et des données recueillies auprès de 5221 enfants d’écoles primaires. L’exposition prénatale (tabagisme in utero) et postnatale à la fumée du tabac à la maison a été évaluée à l’aide d’un questionnaire standardisé rempli par les parents. Les troubles du comportement ont quant à eux été évalués via le « Questionnaire des Forces et Difficultés (The Strengths and Difficulties Questionnaire, SDQ) » fréquemment  utilisé pour évaluer le fonctionnement comportemental et l’adaptation psycho-sociale chez les enfants. Il était lui aussi rempli par les parents.

En pratique les troubles émotionnels sont associés à l’exposition à la FTA à la fois pendant les périodes prénatale et postnatale – et ce pour 21% des enfants de l’étude. Des troubles de la conduite sont également associés à l’exposition à la FTA chez ces enfants. L’association existe aussi dans le cas d’une exposition prénatale ou postnatale seule (mais de manière moins prononcée).

Croissance neuronale altérée 

Les auteurs: « Ces observations semblent confirmer celles réalisées chez l’animal : à savoir que la nicotine contenue dans la fumée de tabac peut avoir un effet neurotoxique sur le cerveau. Pendant la grossesse, la nicotine de la fumée de tabac stimule les récepteurs acétylcholiniques et est à l’origine d’altérations structurelles du cerveau. Dans les premiers mois de vie, l’exposition à la fumée de tabac engendre un déséquilibre protéinique à l’origine d’une croissance neuronale altérée.  Nos données indiquent que le tabagisme passif en plus des effets sanitaires bien connus doit être évité aussi en raison des troubles comportementaux de l’enfant qu’il peut provoquer. »

Et maintenant, que fait-on ? Ou, plus précisément, qui fait quoi ? Les mêmes questions valent pour l’alcool et le cannabis. Elles n’épargneront pas les pères. Dans l’attente, quelques réponses seraient appréciées.

A demain

(1) “Postnatal environmental tobacco smoke exposure related to behavioral problems in children”  PLoS ONE 10(8): e0133604. doi:10.1371/journal.pone.0133604

Julie Chastang, Nour Baïz, Jean Sebastien Cadwalladder, Sarah Robert, John Dywer, Denis Andre Charpin, Denis Caillaud, Frederic de Blay, Chantal Raherison, François Lavaud, Isabella Annesi-Maesano

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s