Transparence et vie moderne : la Sécu lève le voile sur vos dépenses maladies. Et ensuite ?

Bonjour

30 septembre 2015 : l’État français dépensera 1,3 milliard d’euros de moins en 2016 qu’en 2015 – hors charge de la dette. L’annonce vient d’en être faite par le ministère des Finances mercredi en présentant le projet de budget pour 2016. Cette baisse nette devrait permettre au déficit de l’État de refluer (en valeur absolue) de 1,3 milliard d’euros en 2016 par rapport à 2015. Soit, au final à 72 milliards l’an prochain.

30 septembre 2015 : votre Assurance Maladie met en ligne par une cartographie de vos pathologies et des dépenses associées à celles-ci. C’est depuis quelques heures en ligne sur www.ameli.fr. Des données colligées à partir des informations fournies (sans le savoir) par près de 57 millions de bénéficiaires du régime général (sections locales mutualistes comprises).

Mouvement inexorable

Soit, en pratique, 56 fiches « Pathologies » et des tableaux de résultats détaillés désormais accessibles dans l’espace « Statistiques et Publications » du site internet de l’Assurance Maladie.

Il faut voir ici la dernière étape d’un processus inexorable qui se nourrit de deux mouvements tectoniques : le Big Data et la nécessaire-maîtrise-de-l’explosion-vertigineuses-des-dépenses-de-santé. L’affaire court depuis 2010 via les  données issues du Sniiram (Système national d’information inter-régimes de l’Assurance Maladie) (1). Aujourd’hui  cette cartographie annuelle des pathologies et des dépenses qui leur sont associées vient compléter les données de dépenses de santé recensées sur les différents postes de soins (médicaments, actes de biologie, consultations…).

« Evénements de santé »

Pourquoi donc, dira le citoyen-assuré ? Pour « évaluer et suivre l’évolution du poids des pathologies fréquentes, graves et évolutives et de leur coût ».   Et c’est ainsi que cette analyse médicalisée des dépenses permet d’identifier pour chacune des cinquante-six pathologies, chaque événement de santé ou chaque traitement, le nombre de personnes prises en charge, leur profil (par classe d’âge et par sexe), leur répartition géographique, les comorbidités, etc.

Les patients concernés par ces cinquante-six pathologies (« événements de santé » ou traitements) sont identifiés dans les bases de données à partir des actes médicaux qui ont été réalisés, des médicaments qui leur ont été prescrits et des diagnostics mentionnés à la suite d’une hospitalisation – ou ayant donné lieu à une prise en charge pour ALD.

Poids du cholestérol

Mais encore ? La cartographie des dépenses liées à ces pathologies permet de prendre la mesure des dépenses remboursées par l’Assurance Maladie (environ 146 milliards d’euros) en fonction des pathologies prises en charge (le diabète, l’insuffisance cardiaque aiguë etc.) mais aussi des « événements de santé » (la « maternité », etc.) et « des traitements fréquents, graves ou coûteux » (les traitements hypolipémiants ou la transplantation rénale etc.).

Et ensuite ? Le croisement des données permet plus largement de répondre à des questions telles que : « Quel est le poids de chaque pathologie sur la population, sur le système de santé ? Quels sont les problèmes de santé dont les enjeux sont les plus importants s’agissant du nombre de personnes concernées et du coût pour la collectivité ? Comment ces effectifs et dépenses évoluent-ils ? ».

Ce sont des questions intéressantes. Les réponses qui suivront devraient l’être encore plus. Dans l’attente, découvrez (gratuitement) la cartographie des pathologies et des dépenses pour 2013 et les évolutions des effectifs et des dépenses observées pour chaque pathologie depuis 2011 sur www.ameli.fr.

A demain

(1) A ceux qui l’ignoreraient encore, rappelons que le Sniiram intègre également le PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d’Information), soit l’ensemble des données qui chiffrent l’activité du monde hospitalier français (à l’exclusion, toutefois, de l’activité de l’administration).

Une réflexion sur “Transparence et vie moderne : la Sécu lève le voile sur vos dépenses maladies. Et ensuite ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s