Vie moderne : les bénéfices démontrés du vélo et de la marche à pied dans les cités polluées

Bonjour

Il fait bon vivre à Barcelone, cette grande ville polluée et insoumise qui entend couper au plus vite les chaînes qui la relient (encore) à Madrid. Il fait bon vivre à Barcelone quand on pédale sur las ramblas  ou  devant le Nou camp – y compris lorsque l’atmosphère catalane est chargée. C’est le message paradoxal que nous délivre ce matin (1), depuis la douceur de Saint-Maurice, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS).

Corneille

Résumons : il s’agit ici de la publication d’une étude  menée par un consortium (finement) intitulé TAPAS (Transportation, Air pollution and Physical ActivitieS) http://tapas-program.org . C’est là un programme européen de recherche élaboré « dans l’optique d’aider les décideurs à concevoir des politiques urbaines qui contribuent à la lutte contre le changement climatique et encouragent des pratiques favorables à la santé tout en réduisant les risques potentiels liés à ces pratiques ». On voit le dilemme, cornélien :

« La promotion de la marche et du vélo comme modes de déplacement présente plusieurs avantages tels que la réduction des émissions de polluants et l’augmentation de l’activité physique de la population. Mais, dans le même temps, les personnes qui adoptent ces modes de transport actifs peuvent se trouver exposées à un risque accru d’accidents de la circulation et d’inhalation de polluants. »

Bruxelles

C’est peu dire qu’à Bruxelles on a phosphoré :

« Des modèles quantitatifs d’évaluation d’impact sanitaire (EIS) ont été développés dans le cadre d’une approche multidisciplinaire pour estimer les impacts globaux, dans six villes européennes, de politiques de promotion des transports actifs. »

Aujourd’hui les résultats présentés sont donc ceux de Barcelone (3,2 millions d’habitants).  Et plus précisément « l’impact de l’installation d’un système de vélos en libre-service et celui de scénarios de report de l’utilisation de la voiture vers le vélo et les transports en commun ». Nous sont ainsi détaillés « les impacts sur la mortalité et la morbidité, au regard des risques liés à une augmentation de l’inhalation de polluants et d’accidents de la circulation, et celui de l’activité physique ».

Bénéfices

Résultats : « Quel que soit le scénario, les bénéfices liés à l’activité physique induite par les modes de transport actif ou lors du report vers les transports en commun sont supérieurs aux risques associés à l’accroissement de l’exposition à la pollution de l’air et aux accidents de circulation. On observe également une diminution des émissions de gaz à effet de serre, par exemple de 9 000 tonnes par an dans le cas de la mise en place du système de vélos en libre-service à Barcelone. »

Conclusions : «  Les bénéfices sur la santé des populations de politiques urbaines visant à promouvoir la marche et le vélo sont supérieurs aux risques liés à une augmentation de l’exposition à la pollution atmosphérique et aux accidents de circulation. Pour apprécier complètement ces bénéfices, de nouvelles EIS sont nécessaires en vue d’identifier les politiques de promotion des transports actifs les plus efficaces et cerner les caractéristiques des personnes les plus à même d’adopter ces modes de transports, avec un risque environnemental et individuel le plus réduit possible. »

Masques

Il reste sans doute désormais à étudier l’impact des masques qui ornent le visage des cyclistes urbains et filtrent un air tenu pour dangereux à respirer. Mais, pour l’heure, Corneille ou pas, rien ne permet d’affirmer que ce qui est vrai de l’autre côté des Pyrénées ne le soit pas en deçà.

Ségolène Royal l’a bien compris qui, avec un sens inné des sujets sociétaux  vient d’annoncer la mise en place d’une indemnité kilométrique versée aux salariés cyclistes (volontaires) par des employeurs (volontaires). Il reste à préciser si cette indemnité kilométrique sera plus élevée avec un vélo électrique.

Londres

« Quel que soit le scénario, les bénéfices pour la santé liés au passage d’un mode de transport passif à un mode de transport actif sont largement supérieurs aux risques associés à une augmentation de l’inhalation de polluants atmosphériques et à une plus grande exposition aux accidents de la route,  a assuré à l’AFP Audrey de Nazelle (attachée à l’Imperial College de Londres), première auteure de ce travail. Selon le modèle retenu pour cette étude, le système de vélos en libre-service  aurait permis, en augmentant l’activité physique des individus d’épargner douze vies par an contre une augmentation de 0,03 décès par an dus aux accidents de la circulation et 0,13 décès par an liés à une inhalation plus importante de polluants  durant ces trajets. »

Amsterdam

Dimension politique de santé publique :  la pratique du vélo et de la marche bénéficie non seulement aux cyclistes et marcheurs mais aussi à la population générale d’une ville en réduisant le niveau de pollution. Ainsila mise en service des vélos en libre-service à Barcelone a conduit à une réduction des émissions de CO2, estimée à 9.000 tonnes chaque année. Et les bénéfices sur la santé de la population générale d’un air un peu plus pur sont « beaucoup moins importants que les bénéfices liés à l’activité physique »  du vélo et de la marche pour ceux qui les pratiquent, indique ce travail.

Pour l’heure, en France, entre 2 et 15% des transports dans les grandes villes françaises se font à bicyclette. Dans certaines villes européennes (en particulier dans le nord) comme Amsterdam, ce taux dépasse allègrement les 20%. Pourquoi ?

A demain

(1) de Nazelle A, pour le consortium TAPAS. Transports actifs et santé : programme européen TAPAS et évaluation d’impact sanitaire à Barcelone (Espagne). Bull Epidémiol Hebd. 2015;(30-31):570-9. http://www.invs.sante.fr/beh/2015/30-31/ 2015_30-31_4.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s