Xylella fastidiosa : après la Corse cette bactérie pathogène est arrivée à Nice (Alpes-Maritimes).

Bonjour

Ce n’est pas une bonne nouvelle. Les services du ministère français de l’Agriculture viennent d’annoncer la  découverte de la présence de la bactérie Xylella fastidiosa dans le département des Alpes-Maritimes. C’est la première fois qu’un cas similaire à ceux identifiés en Corse (sous-espèce multiplex) est localisé sur le continent. Ces cas sont voisins mais différents de ceux responsables de l’épidémie qui sévit en Italie (région de Pouilles) où elle est responsable de la destruction d’oliviers.

Massif arbustif de Nice

Une première alerte avait ici été enregistrée le 16 septembre.  Dans le cadre de la « vigilance renforcée des services de l’Etat, »un arbuste Polygale à feuille de myrte (Polygala myrtifolia) situé dans un massif arbustif de la commune de Nice avait été identifié comme présentant des « symptômes douteux ». La présence de la bactérie Xylella fastidiosa sous-espèce multiplex a été confirmée le 12 octobre.

« Compte-tenu des fortes similitudes avec l’épidémiologie des cas découverts en Corse depuis la fin du mois de juillet, les services de l’Etat dans les Alpes-Maritimes ont, sans attendre la confirmation du cas, mis en œuvre des mesures pour éviter la propagation de la bactérie (identification des vecteurs sur place, désinsectisation, protection des plantes par filets), précise le service de presse du ministère de l’Agriculture. Par ailleurs, le recensement des végétaux sensibles dans une zone de 100 mètres de rayon autour du végétal suspect a débuté début octobre afin  de gérer au mieux une éventuelle confirmation de foyer. »

Filière en fort développement

 La zone d’éradication du foyer et la zone tampon ont été définies. Les mesures suivantes sont immédiatement mises en œuvre : identification et arrachage des végétaux sensibles, restriction de mouvements des végétaux et surveillance officielle intensive.

Le ministère de l’Agriculture ajoute que l’enquête sur la « filière de production des polygales » déclenchée au mois d’août avait permis d’identifier une filière en fort développement depuis environ cinq ans, avec peu de producteurs mais un nombre important de revendeurs identifiés en France (Bretagne, Sud-Est). « Un renforcement des contrôles réalisés par les services de l’Etat sur les polygales à feuille de myrte issus de ces circuits avait été mis en place fin août sur le continent et n’avait pas conduit, jusque-là, à y détecter la présence de la bactérie. »

Les moissonneurs bleus

C’est le jusque là qui, ici, est important. Sonnera-t-il le glas de la production et de la commercialisation des Polygale à feuille de myrte ? Polygala myrtifolia  est un gentil petit arbuste à feuilles allongées, persistantes, voisines, mais différentes,  de celles du myrte, jadis consacré à Vénus.

« Par dessus les buissons de myrte on apercevait des moissonneurs bleus dans les céréales de cuivre et des passantes sur la route. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901).

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s