Les deux valises cadavériques de l’hôpital Beaujon et l’incroyable procès de Nanterre

Bonjour

Aujourd’hui 21 octobre 2015, quelques lignes de l’Agence France Presse mandées de Nanterre évoquent la mine médiatique que peuvent constituer les cours d’assises. Celle des Hauts-de-Seine vient de condamner à la réclusion criminelle à perpétuité (assortie d’une peine de sûreté de 22 ans) un homme de 53 ans exerçant la profession d’entrepreneur en bâtiment. Le procès s’était ouvert le 12 octobre.

L’accusé était poursuivi trois ans après l’impensable découverte de deux valises contenant chacune un cadavre. Les deux cadavres de deux sœurs disparues à treize années d’intervalle. L’entrepreneur en bâtiment était le beau-frère de ces deux femmes. Tamer Zaky répondait également de viols répétés commis sur une troisième sœur, sa femme. C’était avant qu’ils ne reprennent la vie commune, après une séparation. Cette femme avait obtenu que les débats se déroulent à huis clos.

Simenon au carré

Nous sommes dans une forme de Simenon au carré. Les deux valises avaient été retrouvées en décembre 2012, à Clichy-La Garenne (Hauts-de-Seine), non loin de cette forteresse qu’est l’hôpital Beaujon. « Elles étaient au fond d’une camionnette de location, précise l’AFP. Dans la première, la police avait découvert le squelette de Djaouida, volatilisée treize ans plus tôt, en 1999, à 34 ans. Dans la seconde, le cadavre de Fatma, atteinte de sclérose en plaques et disparue en novembre 2012 à l’âge de 57 ans alors qu’elle ne sortait plus de chez elle. »

« Depuis trois ans, cet homme de 53 ans nie, accusant la belle-famille de Djaouida pour le premier crime, et l’un de ses employés embauché sur des chantiers pour le second, racontait il y a quelques jours Le Parisien (qui publie un cliché de la camionnette Avis-la mobilité clé en main). Fin stratège — l’accusé est joueur d’échecs –, il risque d’avoir du mal à convaincre les jurés de son innocence. »

Chaussures ensanglantées

Bien vu : près six heures de délibéré, la cour a écarté le mobile crapuleux privilégié lors de l’instruction. Elle  a reconnu l’accusé coupable de ces crimes et condamné au maximum prévu par la loi, conformément aux réquisitions de l’avocat général. Celui-ci avait demandé de retenir la circonstance aggravante de particulière vulnérabilité dans le meurtre d’une des sœurs, qui était malade. Dès le départ, dans l’enquête sur la disparition de la quinquagénaire, les soupçons s’étaient portés vers le beau-frère : il était la dernière personne à l’avoir vue.

Il faut ici lire la dépêche de l’AFP :

« En possession de la carte bancaire de Fatma, il avait tenté de retirer de l’argent peu après sa disparition. Du sang de la victime avait également été retrouvé sur l’une de ses chaussures. C’est lors de son arrestation que les enquêteurs avaient mis la main sur des clés de boxes et de voitures, conduisant la police judiciaire des Hauts-de-Seine jusqu’à la camionnette.

Si l’autopsie des dépouilles a déterminé que la disparue de 2012 était morte étranglée, les circonstances et causes de la mort de sa sœur sont demeurées indéterminées. Devant la cour d’assises, l’accusé a reconnu les viols sur son épouse, sous l’emprise de somnifères, mais a nié avoir tué les deux autres sœurs. »

Soucis de trésorerie

Au terme des débats, les meurtres restent inexpliqués. Son avocat Me Jean-François Delmas a plaidé l’acquittement. Il a, pour cela, soulignant l’absence de mobile. Son client n’a, dit-on,  guère parlé durant son procès. Il aurait précisé connaître des soucis ponctuels de trésorerie. Pour autant il aurait indiqué n’avoir eu aucune raison de perpétrer ces meurtres.

Puis, comme il en avait le droit, il a fait appel de sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité (assortie d’une peine de sûreté de 22 ans). Avait-il le choix ?

A demain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s