Questions assez dérangeantes à propos d’un «suicide médicamenteux» réussi dans une maison d’arrêt du Jardin de la France

Bonjour

30 octobre 2015. Les médias nationaux parlent beaucoup du bâtonnier du tribunal de Melun grièvement blessé par un avocat de 63 ans qui en avait fait sa « cible idéologique ». L’avocat s’est ensuite suicidé ; le « pronostic vital » du bâtonnier n’est plus « engagé ». Les mêmes médias parlent aussi de Me Jean-Michel Mariaggi ( avocat qui a défendu des proches de la bande dite « du Petit Bar « et de l’ex-nationaliste Yves Manunta ; il a été blessé par balles dans son véhicule sur une route près d’Ajaccio.

30 octobre 2015. La Nouvelle République du Centre Ouest (Olivier Brosset) : « Overdose médicamenteuse à la maison d’arrêt ». Le titre peut tromper et le papier est loin de répondre aux questions, graves, qu’il soulève. Il nous parle des obscurités structurelles de notre époque et de notre administration pénitentiaire.

« Tentative de suicide fatale »

On y apprend que « le mois dernier » un homme de 50 ans, chef d’entreprise et incarcéré depuis plusieurs mois à la maison d’arrêt de Tours, a fait une « tentative de suicide fatale ». On y apprend encore que l’homme « avait demandé à bénéficier d’un bracelet électronique » et qu’il « attendait la décision de la commission d’application des peines ».  Extraits :

 « ‘’Il était dans la cour de promenade quand il a demandé à passer un coup de fil, essaie de se remémorer son épouse. Puis il serait rentré dans sa cellule. A 13 h 57 précises, un surveillant l’aurait aperçu assis dans un coin, lui faisant signe de s’en aller.’’ Cinq minutes plus tard, ce même surveillant repasse : même position, même attitude. Inquiet, il décide de l’emmener, titubant, à l’infirmerie.

Le condamné aurait pris un cocktail médicamenteux. Il n’y survivra pas plus de quelques heures. Des heures d’angoisse terribles pour son épouse. ‘’Comment a-t-il pu, lui qui avait déjà fait une tentative de suicide en détention provisoire, considéré comme fragile, dépressif, se retrouver avec autant de médicaments ?’’ , une cinquantaine de comprimés, semble-t-il, s’interroge-t-elle encore aujourd’hui. ‘’Quand il a appris que, non seulement, il ne sortirait pas, mais qu’il n’aurait plus la faculté d’exercer dans son domaine de compétence, ça a été comme lui couper les bras et les jambes.’’ »

Antalgiques et dérivés morphiniques

La Nouvelle République nous apprend encore que cette femme aurait « appris fortuitement » cette tentative de suicide … qu’elle a remué ciel et terre pour avoir de ses nouvelles : maison d’arrêt, commissariat, préfecture et même ministère de la Justice… qu’elle a appelé tous les services … plusieurs fois si nécessaire. A chaque fois, la même réponse, pas toujours aimable : « on ne peut rien lui dire ! ». La suite :

« La tournée des hôpitaux ne donne guère plus de résultats. Finalement, un ami tiendrait de la prison qu’’il est vivant et en bonne santé.’’  Erreur. L’homme est bel et bien dans un état critique, en service de réanimation à Tours. Inconscient, intubé, ventilé. Depuis qu’il est mort, elle ne décolère pas. Qu’il ait pu mettre fin à ses jours. De n’avoir pas été prévenue de son geste, puis de son état. De n’avoir pas su où elle aurait pu aller pour un dernier au revoir.  De l’inhumanité de certains interlocuteurs, aussi. De la cruauté des écritures encore (même rapidement corrigées), comme cette domiciliation à la maison d’arrêt ou l’erreur sur l’année de décès, qui a compliqué jusqu’à la crémation…(…) »

Notre confrère a bien évidemment cherché à en savoir plus. Il a contacté l’administration pénitentiaire. Cette dernière « n’a pas souhaité répondre à ses questions ». Il a aussi contacté le procureur de la République de Tours. Ce dernier lui a confirmé l’absorption de médicaments « dont des antalgiques et des composés morphiniques ».

Tout cela pose quelques questions – des questions qui, peut-être, gênent l’administration pénitentiaire.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s