Attentats de Paris : « Monstres psychopathes », l’oxymore diplomatique de M. John Kerry

Bonjour

Temps de guerre ou temps de paix, les diplomates parlent rarement de « psychopathie ». Codifié à l’extrême le langage diplomatique est allergique aux mots de la psychiatrie – des mots qui nous parlent d’un autre univers, d’autres souffrances.

John Kerry, 71 ans, est secrétaire d’Etat américain depuis février 2013. Il connait le sens et le poids des mots des diplomates. C’est, aussi, un francophile averti. M. Kerry est arrivé à Paris hier, lundi 16 novembre. Il est venu témoigner du soutien des États-Unis envers la France après les attaques terroristes du vendredi 13. Les mesures de sécurité entourant M. Kerry ont été considérablement renforcées. Interdiction faite aux journalistes l’accompagnant de parler de sa visite en Europe avant que l’avion ne se pose sur le sol français. Il semble que ce soit la première fois qu’une telle interdiction soit prononcée.

Zéro civilisation

Dans sa première allocution  M. Kerry a déclaré que la France et les États-Unis n’étaient pas «seulement des amis ». « Nous sommes de la même famille» a-t-il précisé. Le secrétaire d’État s’est également engagé à continuer le combat contre le groupe armé État islamique, qui a revendiqué les attentats de Paris. M. Kerry a fait valoir que ces affrontements n’avaient rien « d’une guerre de civilisations ». « Ils sont en fait des monstres psychopathes. Il n’y a rien de civilisés chez eux», a-t-il déclaré, repris par Associated Press.

Extraits de la BBC :  «« Your American sisters and brothers will stand with you shoulder to shoulder as we have stood together throughout history. Tonight we are all Parisians, » he said. Mr Kerry added that the fight against IS was not a clash of civilisations. « They are in fact psychopathic monsters. There’s nothing civilised about them, » he said. After he spoke the building was illuminated in the blue, white and red of the French flag.” »

Nous ne sommes donc pas, pour M. Kerry, dans une « guerre de civilisations », formule utilisée en juin dernier par Manuel Valls et qui donne lieu à d’innombrables interprétations. La formule « monstres psychopathes » pourra, elle aussi, soulever bien des questions biologiques, philosophiques, éthiques. Parfois utilisée par les médias (généralement pour désigner des meurtriers  d’une particulière cruauté) cette expression prend, dans le champ diplomatique, une dimension plus que troublante. Ne serait-ce que parce que l’on se plait à imaginer le diplomate comme débarrassé des passions humaines.

Psychopathes inhumains

Résumons le trouble. Comment le « monstre » (par définition hors de l’humanité) pourrait-il souffrir d’une pathologie psychiatrique ? Sa monstruosité même interdit d’imaginer qu’il souffre et soit accessible à une thérapeutique. On peut le dire autrement : « monstre » ou « psychopathe », il faut choisir. Un choix qui renvoie à la question de  la destruction.  La guerre contre les « monstres »  peut aisément être justifiée au nom même de leur inhumanité devenue menace mortelle. Les choses sont éminemment plus complexes, pour des Etats de droit, avec  les « psychopathes ». Faut-il revoir notre conception génétique du monstre ou nier toute humanité au malade psychopathe ?

Troubles. Nous sommes désormais en guerre contre un « Etat » dont on nous dit qu’il n’en est pas vraiment un, contre une entité que nous dénommons désormais « barbarie », contre des « barbares » qui ne sont plus ceux que le mot désignait jadis. Nous redessinons nos frontières. Nous vivons, en somme, des temps  incertains. « Le Rivage des Syrtes » ou « 2084 » en témoignent : il n’est jamais rassurant de ne pas avoir  les mots qui nomment,  précisément, l’ennemi.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s