Aimeriez-vous savoir pourquoi, comme les rats, vous gardez «un peu de place pour le dessert»?

Bonjour

Traduire, pour la presse généraliste, les publications scientifiques est un véritable métier. Les traduire, les enjoliver de manière à appâter (sans trahir les auteurs) est un métier spécialisé. Le service de presse de l’Inserm vient de réussir un petit exploit avec une publication qui vient de paraître dans Cell Metabolism ; une revue qui, comme on sait, n’est pas accessible au premier venu.

Etre ou ne pas être rassasié

Gut Commensal E.coli Proteins Activate Host Satiety Pathways Following Nutrient-Induced Bacterial Growth”. C’est le titre de la publication ; un travail dirigé par Sergueï Fetissov (unité mixte de recherche « Nutrition, inflammation et dysfonction de l’axe intestin-cerveau » ; Inserm / Université de Rouen).

Traduction : « Les bactéries intestinales informent le cerveau lorsqu’elles sont rassasiées ». Extrait :

« « Vous reste-t-il encore de la place pour un dessert? » Les bactéries présentes dans votre intestin pourraient bien vouloir vous dire quelque chose. Vingt minutes après la prise d’un repas, ces bactéries produisent des protéines qui peuvent interrompre la prise alimentaire chez les animaux. Les chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Rouen montrent également comment ces protéines injectées dans des souris et des rats agissent sur le cerveau, en réduisant l’appétit. Cette découverte indique que les bactéries intestinales pourraient réguler la quantité de nourriture que nous ingérons et les moments auxquels nous avons faim. »

Rongeurs et satiété

Comment en vient-on à parler de dessert, de souris et de rats affamés ?

« Les chercheurs ont constaté qu’après vingt minutes passées à consommer des nutriments et à proliférer, les bactéries E.coli présentes dans l’intestin de rats produisent des protéines différentes de celles sécrétées avant d’être nourries. L’intervalle de vingt minutes semble coïncider avec le temps nécessaire à une personne pour commencer à ressentir une sensation de satiété ou de fatigue après un repas. Suite à cette observation, l’équipe de recherche a établi le profil des protéines bactériennes avant et après la prise alimentaire.

« L’injection de faibles doses de protéines bactériennes produites après un repas chez des rats et des souris affamés s’est accompagnée d’une réduction de la quantité d’aliments ingérés lorsqu’ils ont été à nouveau exposés à de la nourriture à volonté. Une analyse plus poussée révèle que ces protéines bactériennes « rassasiées » stimulent la libération de peptide YY, une hormone associée à la satiété. A l’inverse, les protéines bactériennes « affamées » stimulent la production de peptides GLP-1, une hormone connue pour favoriser la sécrétion d’insuline. »

Paris-Brest dominical

On appréciera « L’intervalle de vingt minutes semble coïncider avec le temps nécessaire à une personne pour commencer à ressentir une sensation de satiété ou de fatigue après un repas » qui nous permet au travers de la satiété des rats affamés à visualiser notre Paris-Brest 1910 dominical. Il faudra songer, entre poire et fromage, à rappeler que le modèle actuel de régulation de l’appétit implique des hormones de l’intestin qui signalent aux neurones lorsque nous avons faim ou quand nous sommes rassasiés. Et souligner (avant le café et les liqueurs) que, pour la première fois, l’influence des protéines bactériennes sur l’émission de signaux de l’intestin au cerveau a été observée. En résumé des protéines bactériennes sécrétées par les E.coli peuvent être impliquées dans les voies moléculaires utilisées par l’organisme pour signaler la sensation de satiété.

Serguei Fetissov : « Nous suggérons que le microbiote intestinal produit des protéines qui peuvent être présentes dans le sang à plus long terme et qui modulent ces circuits dans le cerveau. Nous devons maintenant connaître l’impact d’un microbiome intestinal altéré sur cette physiologie ».

Qui a dit que l’intestin (bactérien) était notre deuxième cerveau ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s